Google conteste l'amende de 1,49 milliard d'euros infligée par Bruxelles

 |   |  313  mots
La Commission défendra sa décision devant le Tribunal de l'Union européenne, a, pour sa part, réagi l'exécutif européen.
La Commission défendra sa décision devant le Tribunal" de l'Union européenne, a, pour sa part, réagi l'exécutif européen. (Crédits : HANNAH MCKAY)
Le géant américain de l'internet Google a fait appel devant la justice européenne de l'amende de 1,49 milliard d'euros infligée par Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles concernant sa régie publicitaire AdSense, selon une source proche du dossier.

Google ne se laissera pas faire. La firme de Mountain View (Californie) fait appel de l'amende de 1,49 milliard d'euros prononcée à son encontre par Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles concernant sa régie publicitaire AdSense, rapporte, ce mercredi 5 juin, une source proche du dossier. La Commission défendra sa décision devant le Tribunal" de l'Union européenne, a, pour sa part, réagi l'exécutif européen.

Google avait été sanctionné le 20 mars par la Commission, sa troisième amende en un peu moins de deux ans. Bruxelles reproche à l'américain d'avoir imposé un certain nombre de clauses restrictives dans les contrats passés avec des sites web tiers (tels des détaillants en ligne ou des journaux) empêchant ainsi ses concurrents de placer leurs publicités contextuelles sur ces sites.

Google déjà condamné en 2018

"Du fait de ce comportement qui a perduré pendant plus de 10 ans, les autres sociétés se sont vu refuser la possibilité d'affronter la concurrence sur la base de leurs mérites (...) et les consommateurs ont été privés des avantages de la concurrence", avait alors expliqué la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Lire aussi : La Commission européenne met (encore) Google à l'amende

En juillet 2018, le groupe de Mountain View avait déjà été sommé de payer 4,34 milliards d'euros - un record dans l'histoire de la concurrence européenne - pour avoir abusé de la position dominante d'Android, son système gratuit d'exploitation pour smartphone, afin d'asseoir la suprématie de son service de recherche en ligne.

Et un an auparavant, en juin 2017, c'était une amende de 2,42 milliards d'euros pour avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix "Google Shopping" au détriment de services concurrents. Dans ces deux cas, Google avait également fait appel devant la Cour européenne de justice à Luxembourg.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2019 à 13:39 :
Pourquoi payer des impôts ? Quand c’est mieux de détruire 50% des emplois dans le monde ?
a écrit le 06/06/2019 à 9:24 :
Faiblesse politique dramatique et surtout stratégie autoritaire idiote envers les futurs maitres de l'économie mondiale.

JE conseille aux avocats de google de parler de la stratégie européenne officielle d'évasion fiscale et de demander aux autorités européennes pourquoi son oligarchie peut tout se permettre, jusqu'à tester des gaz sur des cobayes humains, tandis que eux sont systématiquement montrés du doigt et agressés.
a écrit le 05/06/2019 à 20:19 :
Arrêtez de nous racontez des sornettes! L'UE n'a pour rôle que de supprimer les États pour nous mettre sous leurs dominations!L'UE de Bruxelles n'est pas démocratique!
Réponse de le 06/06/2019 à 9:17 :
"Supprimer les Etats pour nous mettre sous leurs dominations" ?
Le recul de la culture (la maitrise du français comme ci-dessus par exemple) va de pair avec le développement des partis populistes...
Descartes au secours !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :