Abus de position dominante : l'Europe sanctionne Google d'une troisième amende

 |   |  553  mots
En deux ans, Google a été condamné trois fois par la Commission européenne pour abus de position dominante.
En deux ans, Google a été condamné trois fois par la Commission européenne pour abus de position dominante. (Crédits : Dado Ruvic)
La Commission européenne vient d'infliger une amende de 1,49 milliard d'euros à Google pour abus de position dominante à travers sa régie publicitaire AdSense. C'est la troisième fois en deux ans que le géant américain est condamné par l'exécutif européen.

Et de trois. La Commission européenne a infligé, ce mercredi 20 mars, une nouvelle amende de 1,49 milliard d'euros à Google, l'accusant, une fois de plus, d'abuser de sa position dominante au détriment de la concurrence.

 [La troisième affaire Google : Google est condamné à une amende d'un montant de 1,49 milliards d'euros pour des pratiques illégales de courtage en publicité par les agences de recherche afin de renforcer sa position dominante sur le marché. Ils ne devraient pas le faire - cela a privé les consommateurs du choix, des produits innovants et des prix équitables.]

Le dossier concerne cette fois-ci sa régie publicitaire AdSense. Suite à une enquête lancée en juillet 2016, le gendarme de la concurrence en Europe reproche au géant américain d'avoir imposé un certain nombre de clauses restrictives dans les contrats passés avec des sites web tiers (tels des détaillants en lignes ou des journaux) empêchant ainsi ses concurrents de placer leurs publicités contextuelles sur ces sites.

"Ces pratiques sont illégales au regard des règles de l'Union européenne en matière de pratiques anticoncurrentielles", a déclaré la commissaire européenne chargée de la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans un communiqué.

"Du fait de ce comportement qui a perduré pendant plus de 10 ans, les autres sociétés se sont vu refuser la possibilité d'affronter la concurrence sur la base de leurs mérites (...) et les consommateurs ont été privés des avantages de la concurrence", a ajouté Margrethe Vestager.

8,25 milliards d'euros d'amende en deux ans

Cette amende est la troisième décidée en moins de deux ans par l'exécutif européen à l'encontre de Google. Elle est toutefois bien moins élevée que les deux premières. En juillet 2018, le groupe de Mountain View avait été sommé de payer 4,34 milliards d'euros --un record dans l'histoire de la concurrence européenne-- pour avoir abusé de la position dominante d'Android, son système gratuit d'exploitation pour smartphone, afin d'asseoir la suprématie de son service de recherche en ligne.

> Lire aussi : Démanteler les Gafa ? L'idée ressurgit aux Etats-Unis

Un an auparavant, le 27 juin 2017, c'était une amende de 2,42 milliards d'euros pour avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix "Google Shopping" au détriment de services concurrents. Google a fait appel de ces deux décisions devant la Cour européenne de justice à Luxembourg, tout en réglant les sommes exigées.

"Nous avons toujours pensé que la compétitivité des marchés est dans l'intérêt de tous", réagit via communiqué de presse Kent Walker, vice-président directeur des affaires internationales et chef des affaires juridiques chez Google. "Nous avons déjà apporté de nombreuses modifications à nos produits pour répondre aux préoccupations de la Commission. Au cours des prochains mois, nous effectuerons de nouvelles mises à jour pour donner plus de visibilité à nos concurrents en Europe."

 > Lire aussi : Abus de position dominante : "Google est un éléphant dans un magasin de porcelaine"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2019 à 20:17 :
question bête: Est que les amendes ont été payées ?
Réponse de le 20/03/2019 à 23:28 :
C’est une question tout à fait pertinente ! Bizarrement, je doute qu’on obtienne la réponse.
Réponse de le 21/03/2019 à 8:04 :
@adb 20/03/2019 à 20:17
Google a payé: c'est même provisionné dans les comptes de la maison mère Alphabet (voir 10-Q form) mais il y a appel, probablement pour discuter des montants des deux premières amendes.
Cordialement
Réponse de le 21/03/2019 à 11:34 :
Les résultats financiers de Google en 2018 indiquent 5 milliards payés en amendes à l'UE en 2018. Plus que ses impôts.
a écrit le 20/03/2019 à 16:41 :
Très bonne chose, maintenant faudrait faire comme L'Autorité Australienne de la Concurrence qui demande que Google rendent ses codes publics afin de développer l'émergence d'une concurrent local.
Cette boite devient tentaculaire et étouffante !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :