L'exposition de Capgemini aux Etats-Unis inquiète la Bourse

 |   |  260  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'action du géant européen des services informatiques a signé l'une des plus fortes baisses de l'indice CAC 40, jeudi matin. Les investisseurs redoutent l'impact d'une dégradation de la conjoncture économique américaine sur l'activité du groupe.

Douche écossaise pour Capgemini. Le géant européen des services informatiques a vu son cours de Bourse chuter de 10% jeudi matin, à 35 euros, signant ainsi l'une des plus fortes baisses de l'indice CAC40. Un peu plus tôt dans la matinée, le groupe dirigé par Paul Hermelin avait pourtant publié un bond de 25,7% de son bénéfice net, au titre du premier semestre, à 127 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires en hausse de 12,9%, à 4,7 milliards.

Mais c'est sur les objectifs pour l'ensemble de l'année que le bat a blessé. Les analystes escomptaient un relèvement des estimations du groupe, comme son concurrent Atos l'avait fait la veille, en rehaussant son objectif de marge opérationnelle pour 2011 à 6,2%. Las, Capgemini continue de tabler sur une hausse d'un demi-point à un point de sa marge opérationnelle cette année, après les 6,8% dégagés en 2010. Une prudence qui inquiète les investisseurs.

Ces derniers redoutent de surcroît l'exposition du groupe aux Etats-Unis, où la conjoncture macro-économique est incertaine. Capgemini réalise en effet 18,5% de son activité en Amérique du Nord. "Nous sommes la société du CAC 40 la plus exposée aux Etats-Unis", a reconnu Paul Hermelin, lors d'une conférence téléphonique.

Enfin, les analystes pointent du doigt la trésorerie nette, ramenée de 809 millions d'euros il y a un an à 169 millions au 30 juin. La conséquence, en partie, de la stratégie de croissance externe du groupe qui a racheté pas moins de sept sociétés depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2012 à 19:41 :
Cela en fait aussi une cible plus vulnérable pour un IBM ou un Accenture...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :