Nouvelle-Zélande : la douane autorisée à demander le mot de passe de votre smartphone

 |   |  285  mots
En 2017, les douanes néo-zélandaises ont fouillé 537 appareils électroniques alors que l'archipel avait reçu 6,6 millions de visiteurs étrangers.
En 2017, les douanes néo-zélandaises ont fouillé 537 appareils électroniques alors que l'archipel avait reçu 6,6 millions de visiteurs étrangers. (Crédits : Reuters/Eduard Korniyenko)
Les douaniers néo-zélandais peuvent légalement exiger le mot de passe des appareils électroniques de voyageurs en vertu d'une nouvelle loi promulguée cette semaine. Qui tentera de s'y soustraire écopera d'une amende de 2.800 euros et verra la destruction des appareils visés (tablettes, smartphones, ordinateurs). Le Conseil pour les libertés civiles de Nouvelle-Zélande s'est ému, ce vendredi 5 octobre, de ces pouvoirs "largement excessifs".

Le Conseil pour les libertés civiles de Nouvelle-Zélande s'est indigné, ce vendredi 5 octobre, d'une nouvelle législation entrée en vigueur cette semaine qui autorise les douanier du pays à demander aux voyageurs le mot de passe de leurs appareils électroniques. Quiconque refuse de se soumettre à cette législation sur la "fouille digitale" s'expose à une amende de 5.000 dollars néo-zélandais (2.800 euros) ainsi qu'à la saisie et la destruction des appareil visés (smartphones, tablettes ou encore ordinateurs).

Le Conseil pour les libertés civiles de Nouvelle-Zélande a dénoncé des pouvoirs "largement excessifs" et disproportionnés accordés aux douaniers. Thomas Beagle, président du Conseil, anticipe potentiellement de "graves atteintes à la vie privée" dans le fait d'autoriser les agents des douanes à accéder aux mots de passes contenus dans les smartphones, et par conséquent à des données confidentielles comme par exemple les courriels ou informations médicales.

Une mesure déjà en place dans plusieurs pays

"Nous sommes en train de permettre aux douanes d'accéder à l'intégralité de notre vie numérique dans le but potentiel d'empêcher quelqu'un d'importer un film piraté ou d'échapper aux taxes", a-t-il ironisé.

"La réalité de cette loi est qu'elle donne aux agents des douanes le pouvoir de forcer le déverrouillage d'un smartphone sans justification, et sans recours possible pour son propriétaire", a-t-il ajouté. De son côté, la douane néo-zélandaises se justifie en affirmant que leurs homologues dans de nombreux pays ont le pouvoir de demander les mots de passe pour avoir accès aux appareils électroniques. Mais c'est selon eux la première fois que cette capacité est inscrite dans la loi.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2018 à 17:10 :
Google, Amazonne et consort connaissent tout de vous.....sans parler des "assistants"........
dans 10 ans, c est Matrix........pas franchement rassurant, et on nous demande colique que c est le progres, pour notre conforter notre bien
a écrit le 06/10/2018 à 9:22 :
Les destinations touristiques ayant un profile analogue a la NZ sont assez nombreux pour boycotter cette destination. CQFD
a écrit le 05/10/2018 à 15:20 :
"Nous sommes en train de permettre aux douanes d'accéder à l'intégralité de notre vie numérique dans le but potentiel d'empêcher quelqu'un d'importer un film piraté ou d'échapper aux taxes", "

5 ans plus tôt:

Nous sommes en train de permettre aux système marchand d'accéder à toutes nos informations personnelles via notre téléphone portable.

10 ans plus tôt:

Nous sommes en train de mettre toute notre vie sur nos téléphones portables.

...
a écrit le 05/10/2018 à 14:57 :
Espérons que cette excellente idée sera importée au plus tôt dans nos belles démocraties...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :