Un drone ambulance qui se porte au secours des personnes faisant une crise cardiaque

 |   |  331  mots
Le drone intègre une caméra connectée à une chambre de contrôle permettant à un opérateur paramédical d'intervenir.
Le drone intègre une caméra connectée à une chambre de contrôle permettant à un opérateur paramédical d'intervenir. (Crédits : Alec Momont)
Le robot, inventé par un jeune ingénieur belge ayant étudié aux Pays-Bas, sera en mesure de conduire un défibrillateur sur le lieu de l'accident en quelques minutes.

Les personnes frappées d'une crise cardiaque pourraient bientôt être sauvées par un robot. Un défibrillateur volant pour la précision, dont un prototype a été dévoilé mardi 28 octobre par un ingénieur belge de 23 ans, Alec Momont.

Le drone ambulance, qui peut voler à une vitesse de 100 km/h, sera ainsi en mesure de se porter au secours des malades en quelques minutes. Equipé de six propulseurs, il peut transporter une charge de quatre kilos: le poids d'un défibrillateur. Il capte les appels d'urgence sur mobile et utilise un GPS pour s'orienter.

Le drone intègre par ailleurs une caméra connectée à une chambre de contrôle permettant à un opérateur paramédical d'intervenir, notamment d'instruire les personnes qui viennent en aide à la victime tout en les observant.

Alec Momont, qui a étudié aux Pays-Bas, a insisté sur l'utilité de son invention lors d'une présentation à son université, la Delft University of Technology:

"Environ 800.000 personnes sont frappées par un arrêt cardiaque dans l'Union européenne chaque année et seulement 8% survivent. La raison principale est que le temps de réponse des services d'urgence est assez long, d'environ 10 minutes, alors que la mort cérébrale voire la mort tout court interviennent en l'espace de quatre-six minutes".

"Le drone ambulance peut emmener un défibrillateur au patient en une minute sur une zone de 12 kilomètres carrés, augmentant ainsi les chances de survie de 8% à 80%", a souligné le jeune inventeur.

Un coût de 15.000 euros

Certains services d'urgences, notamment ceux d'Amsterdam, auraient déjà manifesté leur intérêt pour le prototype, selon le quotidien hollandais Algemeen Dagblad.

Son inventeur espère pouvoir le rendre complètement opérationnel dans les cinq années à venir. Il devrait coûter autour de 15000 euros.

Alec Momont envisage d'ailleurs de développer son idée, en équipant le drone d'autres outils de secours, tels qu'un masque d'oxygène ou une injection d'insuline contre le diabète.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2014 à 20:18 :
800 000 par an. Pas par jour. Ouf !
a écrit le 02/11/2014 à 17:20 :
800 000 / jours
8% y survivent soit 64 000
donc 92% en meurent soit 736 000.
ce qui fait 264 960 000 de morts par an.

Vous ne passez pas en cm2.
a écrit le 02/11/2014 à 12:14 :
Créé par un belge et présenté en Belgique à Living Tomorrow. Il faut insister là dessus.
a écrit le 02/11/2014 à 4:50 :
"Environ 800.000 personnes sont frappées par un arrêt cardiaque dans l'Union européenne chaque jour"
Certain de ce chiffre ? Ca me parait enorme non. Merci
Réponse de le 02/11/2014 à 18:19 :
Zut, le rafraichissement du site m'a fait tout perdre ! (perte pour les réponses, pas les messages "neufs")
800 000 * 365 jours = 292 millions par an.
505 millions de personnes en Europe. Moitié hommes -> 255 millions.
Chaque homme a donc un arrêt cardiaque par an ! Voire deux pour les malchanceux.
Peut-être 800 000 / an ?
a écrit le 01/11/2014 à 14:40 :
Comment s'oriente-t-il en altitude ? Les coordonnées X et Y, oui, par GPS, mais à part une altitude de sécurité, s'il y a un building, aïe ... Radar latéral ?
Idée à creuser, au lieu d'avoir des appareils un peu partout mais parfois déchargés, possiblement vandalisés (si certains y cherchent du cuivre), ... J'en ai vu un où il est écrit qu'il faut connaitre les gestes de secours pour s'en servir. Bon, ben, on passe, tant pis. Un autre, si y a personne à la mairie, faut casser la vitre pour entrer dans les locaux...
S'il y a une aide au bout du "fil", ça rend service (quelqu'un des urgences ?).
Il faut que ce soit synchronisé, pour pas que deux appels provoquent une collision de drones (peu de risque) à part avec celui d'Amazon qui livre ses colis.
a écrit le 01/11/2014 à 12:24 :
Tres bonne idee, neanmoins il y a deja un deploiement massif de defibrilateur et la multiplication des servuices via les drones vont poser de nombreux problemes de vols ...
a écrit le 01/11/2014 à 11:07 :
J'ai une meilleure idée, le drone équipé d'un Taser pour défibriller sans se poser et à distance...
a écrit le 01/11/2014 à 10:16 :
Bravo bravo
Urgent à mettre en place

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :