Digilinx lève 18 millions d'euros pour exporter ses événements BtoB à l'étranger

 |   |  452  mots
Chaque grand week-end organisé par Digilinx compte une phase de speed-dating entre prestataire et décisionnaires.
Chaque grand week-end organisé par Digilinx compte une phase de speed-dating entre prestataire et décisionnaires. (Crédits : LesBigBoss)
Digilinx, maison-mère de l'agence d'événementiel LesBigBoss, boucle sa première levée de fonds. Elle veut développer ses week-end mi-business mi-détente en Europe et au Canada.

Discuter de contrats en costard le matin, puis se retrouver en maillot de bain à la piscine l'après-midi. C'est ce qu'offre LesBigBoss, l'agence d'événements BtoB de Digilinx. En huit ans, elle est parvenue à stabiliser sa clientèle en France, et veut maintenant s'étendre à l'international. Pour passer cette étape, la jeune pousse vient de lever 18 millions d'euros en série A auprès d'un unique investisseur, le fonds parisien Montefiore Investment. Avec cette enveloppe, le fondateur de Digilinx, Hervé Bloch, envisage déjà d'acquérir d'autres agences d'événementiel pour s'implanter en Italie, en Espagne, ou encore au Canada, pour accélérer sa croissance.

Rencontre commerciales le matin, plage l'après-midi

LesBigBoss se sont fait connaître grâce à leurs deux grands événements annuels : un en hiver, dans une station de ski, et l'autre l'été dans une station balnéaire, à chaque fois sur trois jours. L'objectif : instaurer une relation entre décisionnaires et prestataires du numérique, en amont de la signature de contrats commerciaux. Le matin, les prestataires ont sept minutes montre en main pour présenter aux décisionnaires de grands groupes leurs services, lors d'un speed-dating géant. L'après-midi, ces mêmes personnes se retrouvent sur les pistes de ski ou à la plage pour discuter plus calmement, dans un cadre informel.

Les décideurs - les fameux "BigBoss" - doivent piloter une enveloppe d'au moins d'un million d'euros, mais ils ne déboursent pas un centime pour participer à l'événement. Les prestataires, qui sont des startups mais aussi des PME ou des géants comme Google et Salesforce, payent leur participation. En 2018, Capital chiffrait à 20.000 euros le coût du grand week-end. Pour rentabiliser leur investissement, ils doivent donc conclure des contrats. Justement, Digilinx leur promet de « réaliser l'équivalent de six mois de prospection en trois jours ». Pour se faire, la startup assure qu'elle réunit autour de la table les interlocuteurs les plus pertinents grâce à son logiciel d'optimisation. Pour des résultats satisfaisants : l'entreprise indique que près de 300 prestataires ont généré en tout plus de 90 millions d'euros de volume d'affaires au cours de ses 80 événements.

À partir de ces deux événements annuels qui attirent autour de 600 participants, LesBigBoss a décliné son offre. L'entreprise s'adresse désormais à tous les secteurs (Retail, santé, tourisme, RH ...), et organise aussi des événements plus courts, sur un week-end, une journée, voire sur un dîner en comité réduit. La startup compte aujourd'hui 25 salariés. Hervé Bloch espère doubler, voire tripler ses effectifs à court terme. Depuis 2013, LesBigBoss a stabilisé sa clientèle française, et génère entre 6 et 8 millions de chiffre d'affaires annuel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :