Comment, au G7, Macron s'est retrouvé à faire la pub de la startup Awake

 |   |  721  mots
Emmanuel Macron a présenté aux dirigeants présents au G7 une montre produite par la startup Awake, une entreprise vieille d'à peine un an.
Emmanuel Macron a présenté aux dirigeants présents au G7 une montre produite par la startup Awake, une entreprise vieille d'à peine un an. (Crédits : Sputnik Photo Agency)
À Biarritz, le président Emmanuel Macron a fait la publicité d'une montre fabriquée en matériaux recyclés par une startup française née il y a un an à peine. Une exposition miraculeuse pour l'entreprise, contactée en janvier par l'organisation du G7 alors qu'elle venait à peine de sortir sa première série.

Pendant quelques secondes, au G7, Emmanuel Macron s'est fait le porte-voix d'une startup française nommée Awake Concept. En ouverture de la session de travail élargie sur le climat, la biodiversité et les océans, le président Emmanuel Macron a pris le temps de présenter le cadeau distribué aux participants.

"Cette montre est le produit d'un recyclage complet. Elle est l'illustration de ce que nous voulons faire", explique-t-il en présentant la montre, un œil sur ses notes. "Elle est faite avec du plastique qui a été récupéré dans l'océan et qui polluait."

Une montre entièrement recyclable, spécialement créée pour le G7

Derrière cette montre éditée à 100 exemplaires se trouve la startup Awake. Cette entreprise d'à peine un an d'existence se spécialise dans la création de montres à partir de matériaux recyclables. Pour s'en offrir une, il faut débourser au moins 229 euros. Un prix relativement élevé, dû notamment au mécanisme de la montre, qui fonctionne avec un mouvement solaire. Cette technologie propriétaire du constructeur japonais Seiko permet de charger la batterie en trois heures d'exposition au soleil, pour une autonomie de... six mois. Mais surtout, elle évite d'utiliser des piles, et donc de créer des déchets supplémentaires.

Très jeune, la startup n'a pas la notoriété des stars de la French Tech. Mais grâce à la réussite de son opération de financement participatif lancée en juillet 2018, Awake avait fait parler d'elle dans plusieurs publications, nationales (Le Figaro Magazine, Elle...), mais aussi internationales (New York Times, Financial Times). En une heure, elle avait dépassé son objectif sur la plateforme Kickstarter, et récolté en tout plus de 400.000 dollars pour produire près de 1.300 précommandes.

Grosse publicité pour petite startup

C'est ce succès sur Kickstarter qui a attiré l'attention des organisateurs du G7.

"Nous avons été contactés en janvier via l'application Messenger. Ils cherchaient quelque chose d'innovant, qui illustrerait les enjeux de la table ronde dédiée au climat et aux océans", explique Lilian Thibault, le fondateur d'Awake. Qui ajoute, amusé : "On pensait au début que la personne faisait une blague. Mais non, ils nous ont trouvés par une recherche sur Google, grâce aux articles écrits après notre Kickstarter", précise-t-il.

D'ordinaire, la startup travaille avec une entreprise australienne qui crée les matériaux de ses bracelets à partir de déchets récupérés dans l'océan. Pour le G7, à la demande de l'organisation, la jeune pousse a noué un autre partenariat avec une entreprise européenne. Le bracelet distribué par Emmanuel Macron est constitué quant à lui de matériaux recyclés à partir de filets de pêche, dénoncés pour leurs effets désastreux sur la faune maritime.

"On sait que nos montres ne vont pas suffire à débarrasser les déchets qui polluent les océans. Mais c'est un produit symbolique, qui peut servir à sensibiliser", clarifie le dirigeant.

Capitaliser sur cette notoriété inespérée

Lilian Thibault ne savait pas que le Président allait prendre la parole pour présenter son produit. Encore mieux, Emmanuel Macron portait la montre le même soir, au journal télévisé de France 2, à une heure de grande écoute.

Lilian Thibault explique avoir facturé les montres à prix-coûtant, c'est-à-dire sans marge. Ce prix ne reflète pas le temps investi en R&D pour créer un matériau à partir des filets de pêche, même si la startup souhaite désormais développer une gamme à partir de ce produit.

Le chemin sera long, car Awake sort à peine du nid. Aujourd'hui, la startup ne compte que deux employés à temps plein. Elle envisage d'organiser une levée de fonds de love money [quand l'argent provient des amis et proches, Ndlr] pour commencer à recruter. L'entrepreneur fourmille de projets: permettre aux acheteurs de choisir une association à qui une partie de son chiffre d'affaires sera reversé, ou encore proposer à ses anciens clients de recycler leurs montres Awake contre un bon d'achat dans la boutique. À terme, il espère que son entreprise parviendra à suivre les traces de son modèle, la marque de vêtements éco-conçus Patagonia. Avec un rêve : que la fabrication éco-responsable devienne à la mode.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2019 à 9:17 :
Avec un million de tonnes de plastique déversé chaque mois dans les océans il va nous en falloir des montres hein...
a écrit le 28/08/2019 à 18:22 :
Ridicule, Un bracelet en matériaux recyclé de 10 grammes, pour sauver les océans !!!
a écrit le 28/08/2019 à 12:50 :
Le cœur de la montre c'est son mouvement, tout le reste c'est de l'emballage.

Il se trouve que je suis propriétaire d'une Seiko Solar et je peux témoigner que le mécanisme est bluffant et qu'en plusieurs années elle n'a jamais été totalement déchargée alors qu'elle est parfois rangée dans un tiroir pendant des semaines.

Pour le reste il s'agit d'une coque en bon acier, d'un verre minéral et d'un bracelet également en acier. Sauf accident ils me survivront (et seront éventuellement recyclables), ce qui vaut tous les trucs en plastique du monde.

La chose importante pour l'environnement, c'est le mécanisme de recharge solaire qui rend inutile le remplacement annuel des piles. Et c'est l’œuvre de Seiko, et pas de la boite française.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :