Foodtech : le livreur de repas Delivery Hero (Foodora) veut entrer à la Bourse de Francfort

 |   |  232  mots
La société, qui a réalisé 347 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, affirme avoir levé depuis ses débuts déjà plus d'un milliard de dollars.
La société, qui a réalisé 347 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, affirme avoir levé depuis ses débuts déjà plus d'un milliard de dollars. (Crédits : DR)
La société allemande de livraison de repas à domicile Delivery Hero, qui possède entre autres Foodora, concurrente de Deliveroo, a annoncé vouloir s'introduire à la Bourse de Francfort dans les mois à venir. Elle espère lever environ 450 millions d'euros.

La société allemande de livraison de repas à domicile Delivery Hero, concurrente de Deliveroo, a annoncé mardi vouloir s'introduire à la Bourse de Francfort. "L'entrée en Bourse devrait avoir lieu dans les mois à venir, étant sujette aux conditions de marché", indique la société berlinoise dans un communiqué. Grâce à cela, la foodtech espère lever environ 450 millions.

Créée en 2011 et ayant racheté en 2015 Foodora, un autre livreur de repas, Delivery Hero revendique une présence dans plus de quarante pays dans le monde et compte plus de 6.000 employés, nombre auquel s'ajoutent les milliers de livreurs.

Récente levée de fonds de 387 millions de dollars

La société, qui a réalisé 347 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, affirme avoir levé depuis ses débuts déjà plus d'un milliard de dollars. Elle vient d'ailleurs de boucler un impressionnant tour de table de quelque 387 millions de dollars auprès du géant Naspers, multinationale sud-africaine du secteur des médias (Media 24) et également l'un des investisseurs principaux du secteur de la tech. Preuve, s'il en est, que le secteur de la Foodtech n'en est encore qu'à ses balbutiements, alors que les différents acteurs se livrent une concurrence sans merci.

Actuellement, environ 35% de Delivery Hero est détenu indirectement par l'incubateur de startups berlinois Rocket Internet (-0,28% à 21,44 euros), déjà coté lui-même à la Bourse de Francfort.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :