Le leader mondial méconnu EfficientIP lève 9,9 millions d'euros pour mieux protéger les réseaux

 |   |  729  mots
Les services de DDI ont pour mission de garantir la stabilité des réseaux.
Les services de DDI ont pour mission de garantir la stabilité des réseaux. (Crédits : EfficientIP)
La startup française EfficientIP, spécialiste de l'adressage IP, c'est-à-dire de la liaison entre les appareils informatiques, lève 9,9 millions d'euros en série B. L'objectif : recruter des forces commerciales pour ne pas se laisser distancer par ses deux concurrents dans l'acquisition de nouveaux clients.

La startup équipe Netflix, Carrefour et des centaines d'autres clients, mais n'est pas connue du grand public. Et pour cause : EfficientIP se présente comme l'un des trois géants mondiaux du DDI, un ensemble de services invisibles avec lesquels nous sommes pourtant tous les jours en contact. Car derrière les trois lettres du DDI se trouve un besoin commun à la très grande majorité des entreprises. Avec la multiplication du matériel et des services informatiques, sur place et à distance dans le cloud, il faut des outils pour organiser et protéger des réseaux toujours plus complexes. Si ce service de gestion n'est pas correctement assuré, l'entreprise s'expose à des fuites de données, des attaques informatiques ou des ralentissements dus aux erreurs humaines.

C'est ici qu'intervient la startup. Persuadée que son marché va bientôt exploser, EfficientIP a convaincu Jolt Capital d'investir 11 millions de dollars (9,9 millions d'euros) à son capital pour maintenir sa croissance à deux chiffres. La jeune pépite se dit déjà rentable mais doit renforcer sa force de frappe commerciale, notamment auprès des grands comptes, pour ne pas se faire larguer par ses deux concurrents américains.

Trois services en un

Les services de EfficientIP regroupent trois briques informatiques, toutes liées aux adresses IP, ces numéros d'identification attribués aux périphériques reliés à un réseau informatique. La première brique, l'IPAM (IP adress management) consiste à donner aux équipes informatiques de l'entreprise un outil pour organiser et allouer ses milliers, voire millions, d'adresses IP.

"Parmi nos clients, nous avons Carrefour, qui a plus de trois millions d'adresses IP. Un hypermarché, c'est 1.500 adresses IP : il y en a par exemple pour les caisses enregistreuses, pour les réfrigérateurs, pour les ordinateurs... Quand Carrefour ouvre ou ferme un magasin, il faut pouvoir identifier les adresses IP et les allouer selon leur localisation et l'appareil qui est au bout", développe David Williamson, le CEO de EfficientIP.

Vient ensuite la deuxième brique prise : le DNS (domain name system). Ces serveurs spécialisés font la relation entre le nom de domaine (par exemple latribune.fr) et l'adresse IP sur lequel le serveur réside. S'ils ne fonctionnent pas correctement, les utilisateurs ne peuvent pas entrer en contact avec l'application qu'ils souhaitent. Ces serveurs sont particulièrement sollicités, car ils agrègent un volume de trafic très important, ce qui rend leur gestion complexe. D'autant plus que le DNS est devenu un chemin très utilisé par les hackers pour réorienter ou extraire les données, par exemple pour demander ensuite une rançon à l'entreprise attaquée.

Dernière brique de la verticale technologique d'Efficient IP, le DHCP, sorte d'étiquetteuse d'adresses IP.

"Quand vous allumez votre téléphone, il affiche un message "recherche" : c'est parce qu'il entre en contact avec un serveur DHCP, qui va lui allouer une adresse IP. Plus généralement, le DHCP va descendre une adresse sur l'appareil qui lui en demande une", explique le dirigeant.

Tout sur le développement commercial

Fin 2011, EfficientIP avait levé 4 millions d'euros en série A auprès de Plus Finance et Oséa pour se lancer sur le marché américain. "A l'époque, nous faisions 2,5 millions d'euros de facturation. Aujourd'hui, nous en faisons 10 fois plus, dont 70% à l'international", se félicite David Williamson, arrivé dans l'entreprise en 2009 pour appuyer le développement commercial de l'entreprise. Depuis cette série A, l'entreprise a autofinancé son développement.

"Aujourd'hui, le marché du DDI s'accélère car beaucoup d'entreprises n'ont pas de solutions robustes et industrielles en place : ils ont souvent un patchwork de solutions, issues de plusieurs sources", explique le CEO.

Et ce n'est pas tout : la prise de conscience autour des enjeux de cybersécurité attire de plus en plus de nouveaux clients vers ce type de service. La startup française doit donc lever des fonds pour maintenir son rythme d'acquisition de nouveaux clients, et ne pas se faire distancer par ses concurrents qui eux aussi lèvent des fonds.

"L'objet est d'investir dans des forces commerciales sur les 57 pays où nous sommes présents. Nous voulons embaucher des profils seniors pour conquérir de plus gros clients", se projette David Williamson.

EfficientIP va également investir dans le financement de sa R&D sur ses offres de cloud et de cybersécurité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :