Traiteurs en ligne : ezCater lève 150 millions de dollars et devient une licorne

 |   |  655  mots
L'entreprise a racheté à l'été 2018 son homologue français GoCater.
L'entreprise a racheté à l'été 2018 son homologue français GoCater. (Crédits : Reuters)
En atteignant désormais une valorisation de 1,25 milliard de dollars, la plateforme ezCater entre dans la catégorie des "licornes". C'est depuis son siège mondial situé à Paris qu'elle compte utiliser une partie de l'argent levée pour s'internationaliser.

L'expansion de l'Américain ezCater continue, avec des bénéfices potentiels pour la France. La plateforme permettant aux entreprises de commander des services de traiteurs en ligne a annoncé cette semaine une nouvelle levée de fonds, de 150 millions de dollars. L'opération porte le financement total de l'entreprise, depuis sa création il y a 8 ans, à 310 millions de dollars, et marque son entrée dans la catégorie des "licornes", puisqu'elle atteint désormais une valorisation de 1,25 milliard de dollars -contre 700 millions lors du précédent tour de table de juillet 2018.

Aux côtés des fonds américains Lightspeed Venture Partners, Light Street Capital, Wellington Management et Iconiq Capital, elle voit aussi pour la première fois la participation de deux investisseurs non américains : le fonds souverain singapourien GIC et le fonds français Quadrille Capital. Le signe "d'une culture et d'ambitions devenues désormais globales", analyse Stephen Leguillon, directeur Europe d'ezCater.

Les effectifs parisiens destinés à tripler

L'entreprise, qui à l'été 2018 a racheté son homologue français GoCater, créé vingt mois plus tôt justement par Stephen Leguillon, compte en effet se servir de l'argent frais levé non seulement pour renforcer sa position aux États-Unis, où elle compte déjà 60.000 traiteurs et restaurants partenaires, mais aussi pour accentuer son expansion internationale. Et c'est depuis Paris et sous la marque GoCater -désormais devenus respectivement le siège et le nom de l'Américain en Europe- que la stratégie d'internationalisation va être déployée, avec un effet significatif en termes d'emplois.

"Alors que depuis le rachat nous sommes déjà passés de 12 à 35 salariés -ainsi que de 200 à 600 partenaires-, nous comptons encore doubler voire tripler nos effectifs parisiens avant la fin de 2019", souligne Stephen Leguillon, pour qui le choix d'établir en France le QG international de la licorne a largement contribué à attirer des capitaux français.

Une internationalisation qui doit commencer en Europe

Bien qu'ezCater reste "ouverte à toutes opportunités", les premiers pays qu'elle compte investir sont européens, soit en acquérant d'autres startups, soit en ouvrant de nouveaux marchés elle-même, explique le directeur Europe de l'entreprise. Et elle compte s'appuyer sur l'expérience développée pendant huit ans aux États-Unis, lui permettant de proposer des services adaptés aux deux volets d'un marché aussi spécifique qu'en effervescence.

"Encore dominé par les traiteurs traditionnels, ce marché se transforme très rapidement, en Europe comme aux États-Unis", note en effet Stephen Leguillon.

Les restaurateurs investissent le marché

D'une part, attirés par un panier moyen de 300 euros, et par un marché global de 25 milliards d'euros en Europe dont 7 en France, nombre de restaurateurs commencent en effet à l'investir, en créant parfois même des postes de "catering managers" voire des cuisines dédiées. En échange d'une commission oscillant entre 15 à 20% de la commande, ezCater leur facilite l'accès à la demande, tout en leur permettant de paramétrer leur offre (temps de préparation, zones de livraison etc.) en fonction de leurs besoins de fonctionnement. La plateforme prend même en charge le recouvrement des factures, en leur assurant un paiement à la fin du mois, et met à leur disposition un outil accélérant la recherche de livreurs professionnels.

D'autre part, malgré cet élargissement du choix, les entreprises qui commandent de la nourriture pour leurs réunions, formations, ou clients, peuvent grâce à la plateforme retrouver l'ensemble de l'offre sur un seul site, assortie d'avis clients et d'évaluations de ponctualité - ce qui représenterait selon ezCater une économie de temps de 34 minutes par commande. Elle bénéficient également d'un service clients téléphonique, d'une conciergerie pour des conseils personnalisés, ainsi que d'une facture consolidée à la fin du mois pour l'ensemble de leurs commandes.

"C'est la compréhension de ces spécificités qui explique jusqu'à présent notre succès", estime Stephen Leguillon.

Il compte donc bien l'exporter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :