Un Lorrain de 14 ans lauréat de la Google Science Fair

 |   |  416  mots
Eliot Sarrey montre l'application qui permet de commander le robot à distance.
Eliot Sarrey montre l'application qui permet de commander le robot à distance. (Crédits : Capture d'écran Youtube)
Eliott est devenue le premier lauréat français du Google Science Fair. Son projet, un robot jardinier dirigé via une application smartphone, a séduit le jury du concours du géant de Mountain View.

Article publié le 5 août 2015 à 15h38, actualisé le 22 septembre 2015 à 10h

S'il n'a pas gagné le premier prix, une bourse d'étude de 50.000 dollars, le Lorrain peut se vanter d'être le premier Français lauréat du "Google Science Fair", un concours ouvert aux 13-18 ans, qui récompense les jeunes scientifiques à travers le monde. Avec "The Incubator Award Open Close", décerné le 21 septembre, Elliott a gagné 10.000 dollars et un an de tutorat par la firme de Moutain View, pour continuer à développer son projet. Il a été choisi parmi plusieurs étudiants de 13 à 15 ans dont le projet montre des promesses extraordinaires dans le domaine scientifique. Sur Twitter, Google a félicité les gagnants :

Ce jeune homme de 14 ans, qui doit entrer en classe de troisième, a défendu son invention, en Californie, devant un jury de 16 personnes externes à Google. Ils travaillent, pour la plupart, chez les partenaires auxquels la firme s'est associée pour organiser le concours "Google Science Fair" (The Lego Group, National Geographic, Scientific American, Virgin Galaric et plusieurs organismes d'enseignement).

Un robot qui jardine pour vous

Le Lorrain présentait un robot jardinier un peu particulier : Bot2Karot. Relié à une application smartphone, il permet de visionner son potager en trois dimensions et effectue toutes les taches d'entretien d'une parcelle de terre donnée. Elliot Sarey souhaite aider les personnes à mobilité réduite ou celles qui n'ont pas le temps de s'occuper de leurs jardins.

Originaire de Meurthe-et-Moselle, Elliot a conçu son robot de A à Z, en 3 mois, du bras articulé pour l'arrosage au prototype d'application pour smartphone. Deux pour la recherche et la modélisation et le dernier pour la construction. Ce délai étant un peu trop court, il a montré un projet encore en cours à la firme californienne, en mai dernier.

Mais l'idée leur a plu : « Je crois que ce qui intéresse Google, c'est la démarche de conception plus que le projet abouti. Et puis je compte bien profiter de mes vacances pour améliorer le prototype » avait à l'époque précisé le jeune homme au monde.fr.

Dans la vidéo ci-dessous, Elliot Sarey présente son projet :

Elliot a finalisé son robot durant l'été, afin d'être prêt pour la finale du concours, selon France Bleu Lorraine. Il était, déjà, le dernier Français en course, parmi les 90 demi-finalistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2015 à 13:27 :
Félicitations à lui !
a écrit le 22/09/2015 à 21:37 :
Un bon conseil pour lui: expatriation des que possible :)
Réponse de le 23/09/2015 à 7:23 :
et si toi tu partais tout de suite ? Cela augmenterait le niveau en france !
a écrit le 22/09/2015 à 16:43 :
bravo à ce jeune!!! qu'on ne peut qu'encourager.... mais pour le binage (travail de la terre) il serait bon de supprimer d'urgence cette fonction qui appartient aux techniques de jardinage du passé!!!! aujourd'hui quand on est à la pointe de l'innovation on fait de la permaculture sans travail du sol!!! Claude et Lydia Bourguignon analysent des sols depuis des années et expliquent pourquoi il est fon-da-menta-le-ment inutile (voir nocif) de retourner la terre!!!
a écrit le 22/09/2015 à 14:27 :
J'avais vu le reportage à la télé. Il n'avait pas l'air de se prendre la tête et chapeau à lui pour avoir conçu cet appareil en si peu de temps.
a écrit le 06/08/2015 à 10:00 :
J'ai regardé ses vidéos: très impressionnant!
Ce qu'il a conçu en trois mois est remarquable. Bravo à lui.
a écrit le 06/08/2015 à 9:46 :
Ah la prog et conception avec un raspberry pi ou arduino... Ca devrait être mis dans les mains des gamins au collège voir même cm2.

En tout cas bravo à ce jeune homme, je croise les doigts pour lui et son projet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :