Après les « Google cars », des « avions Google » pour faire des cartes en 3D

Pour améliorer ses cartes numériques, le moteur de recherche affrète des avions pour prendre des photos aériennes. Après les fameuses voitures Google qui arpentaient les routes, il envoie aussi des randonneurs équipés de caméras, dans les lieux inaccessibles. Apple devrait cependant abandonner Google Maps pour sa propre technologie.

5 mn

Luc Vincent, directeur de l'ingénierie, équipé de Street View Trekker, lors de la conférence de presse mercredi. Copyright AFP.
Luc Vincent, directeur de l'ingénierie, équipé de Street View Trekker, lors de la conférence de presse mercredi. Copyright AFP. (Crédits : DR)

Après les « Google cars », ces voitures équipées de caméras pour alimenter le service « Street View » qui fournit des images à 360° d'une rue ou d'un carrefour comme si vous y étiez, sources de nombreux contentieux pour atteinte à la vie privée, le géant de l'Internet va encore plus loin pour améliorer ses services de cartographie, Google Maps et Google Earth.« En quête permanente de la carte parfaite », comme il l'explique lui-même sur son blog officiel, le moteur de recherche a l'ambition de « modéliser le monde en 3 dimensions » : dans un premier temps, il prévoit de donner accès à des vues en relief « de zones urbaines couvrant 300 millions d'habitants d'ici à la fin de l'année » sur Google Earth pour téléphone mobile. Pour accomplir cette tâche gigantesque, Google va utiliser, pour la première façon de façon systématique, « des avions équipés d'un système maison de prises de vues, en positions coordonnées » afin de prendre le plus d'angles possibles d'un immeuble ou d'une devanture, a expliqué le directeur produit Google Earth, Peter Birch. Le groupe Internet « a une flotte d'avions qui volent exclusivement pour Google », qu'il affrète mais dont il n'est pas propriétaire, et non des drones, a précisé Brian McClendon, le responsable de l'ingénierie pour les services de cartographie, lors d'une conférence de presse mercredi à San Francisco.

Donner l'illusion de survoler la ville dans son hélicoptère privé
Les photos sont prises à un angle de 45° et sont ensuite traitées par des algorithmes sophistiqués de photogrammétrie avancée, travaillant aussi sur les couleurs, qui génèrent automatiquement en 3D des paysages urbains (bâtiments, terrains et même les paysages). « La qualité [de ces cartes 3D] vous donne vraiment l'illusion de survoler une ville, presque comme si vous étiez dans votre propre hélicoptère privé ! » s'est félicité Peter Birch, après avoir fait la démonstration d'une carte en relief incroyablement réaliste de la ville de San Francisco. Il y aura aussi une fonction « guide touristique » pour aider l'utilisateur à explorer les endroits intéressants. Dans son ambition de fournir une carte du monde la plus complète possible, Google veut aussi partir à la conquête de toutes les zones difficiles d'accès en véhicule, en particulier des « territoires sauvages accessibles uniquement à pied. » Le français Luc Vincent (X-Mines), directeur de l'ingénierie, à l'origine de la fonctionnalité Street View, a fait la démonstration de « Street View Trekker », un équipement complet avec plusieurs caméras tenant dans un sac à dos, qu'il avait testé à ski près du lac Tahoe, entre la Californie et le Nevada, et qui donne « la possibilité de photographier des lieux magnifiques tels que le Grand Canyon. » Street View a valu à Google plusieurs poursuites en justice pour atteinte à la vie privée. En Suisse, il vient d'être dispensé de flouter les visages et les plaques d'immatriculation par le tribunal fédéral.

Navigation hors connexion, une autre innovation très demandée
Autre nouveauté annoncée par Google : les utilisateurs équipés d'un smartphone sous Android, son système d'exploitation mobile devenu leader sur le marché, pourront accéder à Google Maps hors connexion « dans plus d'une centaine de pays d'ici à quelques semaines. » Nokia avait annoncé le mode hors connexion de ses propres cartes il y a déjà près de deux ans. Concrètement, il sera possible d'accéder aux cartes même dans le métro, sans connexion à la 3G par exemple. Il faudra avoir identifié le lieu avant, sélectionné la carte et demandé à y accéder « offline. » On pourra même la zoomer, sans perdre en précision. Utile aussi à l'étranger, si l'on peut sélectionner sa carte en WiFi à l'hôtel et éviter les frais d'itinérance. Les Google Maps veulent vraiment remplacer les bons vieux plans en papier.


Apple pourrait abandonner Google Maps
Malgré ces améliorations, Google Maps devrait perdre un utilisateur de poids. La rumeur circule déjà depuis plusieurs mois. Apple pourrait annoncer la semaine prochaine, lors de sa conférence annuelle pour les développeurs (Worldwide Developer Conference), une nouvelle version du système d'exploitation pour iPhone et iPad, iOS, qui abandonnerait Google Maps au profit de sa propre technologie de navigation qui serait 3D elle aussi, et serait préinstallée sur les appareils de la marque à la pomme. Apple a acquis trois sociétés de cartographie numérique, en particulier le suédois C3 Technologies en octobre dernier. Ce serait un vrai coup dur pour Google : selon l'analyste Gene Munster de Pipper Jaffray, Apple représenterait 40% du chiffre d'affaires sur mobile du moteur de recherche, avec lequel il a conclu un accord de licence (pour Maps et la recherche classique), soit de l'ordre de 1,6 milliard de dollars cette année, c'est-à-dire environ 2% du chiffre d'affaires total de Google. Autre mauvaise nouvelle pour Google, Apple aurait décidé d'ajouter le moteur de recherche chinois Baidu (près de 80% de part de marché localement) sur l'iPhone en Chine, même si Google resterait le moteur par défaut.
 

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 09/06/2012 à 14:19
Signaler
Il ne faudrait pas entendre parler de nouvelles polmiques, avec ça ! Sinon bonne initiative de Google, demain on visitera le monde depuis son PC !

à écrit le 09/06/2012 à 7:59
Signaler
Où est l'époque lorsque les cartes dites "d'état-major" (actuelles 25000èmes bleues IGN) étaient à diffusion confidentielle ? Aujourd'hui, sans tomber dans la paranoïa, on va trop loin dans ces investigations à l'usage du tout public, Google s'attrib...

le 08/06/2013 à 12:17
Signaler
L'article ne dit pas que les suisses mettent un bémol a Google earth. Bien au contraire puisque la bas, Google n'a plus besoin de flouté les visages la bas!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.