Fleur Pellerin promet un Conseil national du numérique « indépendant »

 |   |  951  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La ministre déléguée au numérique a présenté les 30 nouveaux membres du CNN, dont 6 sont clairement identifiés à gauche. Le CNN se penchera notamment sur la fiscalité du numérique, la net neutralité et éventuellement la Lex Google.

Promis, le nouveau Conseil national du numérique (CNN) officialisé par Fleur Pellerin ne sera pas « un comité Théodule ». La ministre déléguée à l'Economie numérique a demandé à ce que cette instance, dont la tâche principale est de rendre des avis sur des projets de texte relatifs au numérique, soit « le poil à gratter du gouvernement ». « Bousculez-nous ! » a invité la ministre. Comme la Tribune l'avait révélé en décembre dernier, c'est Benoit Thieulin, président de l'agence la Netscouade, qui devient président du Conseil.

Un collège moins "paillettes"
Créé par Nicolas Sarkozy, le Conseil national du numérique, censé être l'interlocuteur principal du monde du numérique, a énormément évolué dans sa forme. Dans sa précédente version, les 18 membres du collège parmi lesquels Xavier Niel, Marc Simoncini, Gilles Babinet, Jean-Baptiste Descroix-Vernier ou Marie-Laure Sauty de Chalon - avaient principalement un profil d'entrepreneur ou de cadre dirigeant. Nicolas Sarkozy avait nommé plusieurs personnalités connues sur la place publique. Le nouveau collège est moins "paillettes" et comprend beaucoup d'anonymes même à l'échelle du numérique. Plusieurs chercheurs comme Serge Abiteboul, directeur de recherche de l'Inria, ou Christine Balagué, titulaire de la chaire "Réseaux sociaux" à l'Institut Mines-Télécoms, y font leur entrée. Des industriels en font toujours partie, mais leurs représentants sont souvent des numéros deux, voire trois des groupes auxquels ils appartiennent, comme Pascal Daloz, directeur général adjoint de Dassault Systèmes, ou Cyril Garcia, directeur de la stratégie de Cap Gemini. La banque est représentée avec Virginie Fauvel directrice banque en ligne chez BNP Paribas, ou Nathalie Andrieux, directrice du numérique du groupe La Poste.

Fleur Pellerin pas rancunière envers Marie Ekeland
Fleur Pellerin a-t-elle voulu montrer que le gouvernement de François Hollande n'était pas rancunier ? Il a en tout cas nommé Marie Ekeland, associée chez Elaia Partners, et co-présidente de France Digitale, une association qui défend les capital-risqueurs, qui devient membre du CNN. Pourtant, cette dernière avait en octobre dernier signé le violent communiqué des 12 organisations patronales, dont le Medef, intitulé « Etat d'urgence », contre le projet de loi de gouvernement sur la taxation des plus-values.

Beaucoup de proches du Parti Socialiste
Si évidemment, la ministre s'est défendue d'avoir choisi des personnalités pour leurs affinités à gauche, force est de constater que plusieurs membres ont des accointances avec le Parti socialiste. A commencer par le président Benoit Thieulin, qui fut responsable multimédia sous Lionel Jospin, avant de rejoindre Ségolène Royal en 2007, dont il fit le site Désirs d'avenir. Stéphane Distinguin, à la tête de FaberNovel, qui a refusé, selon nos informations, la présidence du CNN et qui vient d'obtenir celle du pôle de compétitivité Cap Digital, est réputé proche de François Hollande. Tariq Krim, auquel la ministre a confié une mission sur Paris Capitale Numérique, assure avoir maintenu toujours de la distance avec la politique. Il avait rencontré Ségolène Royal en 2004, et l'ancienne candidate à la présidentielle avait utilisé la société qu'il avait créée, Netvibes, pour diffuser les informations sur sa campagne. Audrey Harris, à la tête de la start-up Soubis, est l'ancienne assistante du député PS Christian Paul. Godefroy Beauvallet a fait partie du cabinet de l'actuel ministre du travail Michel Sapin entre 2000 et 2002. Enfin, Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation pour l'Internet Nouvelle Génération (FING), a fait partie de l'équipe de campagne de Martine Aubry.

Exit la vieille garde
Contrairement à ce qui était attendu, aucun des 18 membres du bureau précédent ne fait partie du nouveau Conseil, alors que certains comme Gilles Babinet (Captain Dash), ou Giuseppe de Martino (Dailymotion) étaient pressentis. « Ce n'est pas une question de personne », a assuré Fleur Pellerin. Toujours est-il que le gouvernement a été fort marri l'an passé de la démission collective du dernier collège, suite à la nomination au poste de secrétaire général de Jean-Baptiste Soufron, ancien membre du cabinet de la ministre. Ce mouvement a de facto rendu difficile les candidatures, même si certains sont revenus frapper à la porte du gouvernement. Enfin, plusieurs prises de positions sur des dossiers sensibles, comme celui des Pigeons, n'ont pas toujours été bien accueillies.

Net neutralité, Lex Google, fiscalité du numérique
Reste au CNN à se mettre au travail. La ministre a déjà annoncé qu'elle saisirait le Conseil sur la Net neutralité et le rapport sur la fiscalité du numérique remis par Nicolas Colin et Pierre Collin ce vendredi. La piste de fiscalisation des données proposées par le duo ne sera pas la seule étudiée. « On regardera aussi la taxe au clic, la taxation de la bande passante ou les propositions du CNN », a précisé la ministre.

Le CNN pourrait être aussi amené à travailler sur la Lex Google, le système de rémunération réclamé par les éditeurs de presse, et sur un éventuel projet de loi audiovisuel « s'il pose question sur la transition au numérique », a précisé Fleur Pellerin. Neuf membres supplémentaires (2 députés, 2 sénateurs et 5 « personnes investies localement ») doivent encore être nommées afin d'élaborer le « programme de travail » annuel du Conseil. En attendant, Benoit Thieulin a constitué un bureau restreint composé de 4 vice-présidents : Tariq Krim (en charge de l'écosystème), Godefroy Beauvallet (service public et vie citoyenne), Valérie Peugeot, chercheuse à Orange Labs (société de la connaissance) et Christine Balagué (libertés publiques).

 

Ici, la liste complète des 30 membres

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2013 à 14:43 :
Alors comme ça les autres, ceux qui ont démissionné (les seuls que je sache en France madame la politicienne) étaient de vulgaires représentants cachés de forces occultes? On ne pourra pas dire en tout cas que les socialistes manquent de culot. Plus c'est gros plus ils espèrent que ça passe. Évidemment, si la presse nationale reconnue pour la rectitude et la profondeur de ses analyses impartiales abonde, alors tout est permis!
a écrit le 18/01/2013 à 23:30 :
Organisme bidon, faussement indépendant, pour donner l'illusion d'un processus démocratique à des mesures politiques mal réfléchies.
a écrit le 18/01/2013 à 19:59 :
Encore une nouvelle taxe en vue
a écrit le 18/01/2013 à 18:42 :
Quand on voit comment a été nommé le nouveau patron du CSA Mr Schramek, on est tout à fait rassurés !!!
Réponse de le 18/01/2013 à 19:57 :
C'est aussi un indépendant, n'est ce pas ? càd un membre ou un copain du PS ?
Réponse de le 18/01/2013 à 21:41 :
http://www.numerama.com/magazine/24825-le-csa-veut-reguler-vos-videos-personnelles.html
a écrit le 18/01/2013 à 16:28 :
Donc indépendant, ça veut membre ou proche du PS. C'est bien ça n'est ce pas ?
Réponse de le 18/01/2013 à 16:50 :
il est claire que françois hollande par des nominations de journaliste et de "cfdtiste", est en train de remercier ses amis pour services rendus( et à rendre)
Réponse de le 18/01/2013 à 17:19 :
Tant d'amis à trahir et tant de gens à remercier... c'est clair (sans "e")
Réponse de le 18/01/2013 à 19:58 :
Mais où est "élu PS" pour nous dire ce qu'il faut penser (en toute indépendance, bien sûr)?
a écrit le 18/01/2013 à 16:27 :
C'est bien, pour l'independance d'avoir nommé Ludovic Blecher, rédacteur en chef de Libération.
a écrit le 18/01/2013 à 16:26 :
Mais indépendant de quoi ??? Des lobby des grands de l'industrie informatique avec Bull en tête (Même si je ne devrait pas le dire comme cela car j'aime cette boite et j'y ai des amis) ? Des Télécoms (Avec le clique des vrais-faux fonctionnaires FT qui on rongé la DGME) ?? des X, des Mines ? Ou tout simplement juste les nouveaux amis de M Hollande qui n'ont pas plus de "vista" que les autres ?

Ce conseil mérite des gens qui portent une vision pour la France sans avoir de position partisane, ni de représentation de certains centre d'intérêt. Si tel est la cas alors oui cette commission a tout son sens. Sinon, ...
a écrit le 18/01/2013 à 16:06 :
Mme Fleur Pellerin, ...c'est qui cette dame? vraiment des inconnus au gouvernement, ou des "factices"...., c'est charmant, diversifié, avec la ministre du logement, c'est le TOP !
Réponse de le 18/01/2013 à 16:33 :
L'avantage avec la parité, c'est qu'on va se rendre compte que le problème ne venait pas de l'absence de parité...
Réponse de le 18/01/2013 à 16:57 :
la république française est censée ne pas faire de différences entre les individus: la parité est antirépublicaine. Perso je pense que l'on peut faire des exceptions pour changer les mentalités, mais alors il faudrait dire clairement que c'est provisoire et fixer la durée(par exemple 70% de femmes aux legislatives pendant 2 élections)
Réponse de le 18/01/2013 à 17:10 :
@Vraiefemme: +1
s'il y a des vertus bien féminines, on ne peut nier qu'il y a des femmes dépourvues d'âme
Réponse de le 18/01/2013 à 18:18 :
@vraiefemme: quel rapport avec le nouveau Conseil? Et qu'est-ce qui fait la vraie femme?
Laissons le bénéfice du doute à ce Conseil dont la composition est pour partie très encourageante et on réfléchira aux deux pôles de l'humanité une autre fois...
a écrit le 18/01/2013 à 14:59 :
Encore un nouveau Conseil national, bien entendu celui-ci sera efficace et il ne servira pas à planquer ses copains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :