Netflix accuse un ancien vice-président passé chez Yahoo d'avoir reçu des pots-de-vin

 |   |  242  mots
Selon la plainte, déposée à la cour d'État de San Jose (Californie), les paiements auraient été effectués à la propre entreprise de conseil de Mike Kail, directeur de l'information chez Yahoo depuis août 2014.
Selon la plainte, déposée à la cour d'État de San Jose (Californie), les paiements auraient été effectués à la propre entreprise de conseil de Mike Kail, directeur de l'information chez Yahoo depuis août 2014. (Crédits : reuters.com)
Le service de streaming vidéo appuie ses accusations sur des copies d'emails. Désormais directeur de l'information chez Yahoo!, Mike Kail aurait notamment reçu près d'un demi-million de dollars en cash de la part de deux entreprises.

Vidéos et pots-de-vin à la demande chez Netflix ? L'entreprise américaine a, selon plusieurs médias américains, porté plainte le 24 novembre contre un ancien dirigeant, Mike Kail, désormais directeur technologique chez Yahoo!, lui reprochant d'avoir reçu des pots-de-vin en cash et conclu des accords avec d'autres vendeurs en échange d'actions, en argent ou en cartes-cadeaux.

Près d'un demi million de dollars de dessous-de-table

Chargé de négocier les contrats avec les fournisseurs de produits et systèmes pour le parc informatique de Netflix, Mike Kail aurait bénéficié de 12 à 15% de commissions dans le cadre d'accords signés avec deux entreprises, qui auraient été payées quelque 3,7 millions de dollars (3 millions d'euros) depuis 2012, d'après Netflix. Ce qui veut dire que l'ancien vice-président chargé des opérations de technologie de l'information aurait récupéré entre 450.000 (360.000 euros) et 560.000 dollars (près de 450.000 euros). Selon la plainte, déposée à la cour d'État de San Jose (Californie), les paiements auraient été effectués à la propre entreprise de conseil de Mike Kail, directeur des systèmes d'information chez Yahoo! depuis août 2014.

L'entreprise spécialisée dans le streaming vidéo appuie ses accusations avec des copies d'emails envoyés par son ancien employé. Dans l'un d'eux, rédigé en novembre 2013, Mike Kail a ainsi écrit à un fournisseur qu'il approuvait ses factures mais "qu'il serait bon de comprendre avec qui travailler pour obtenir le paiement de [sa] part".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2014 à 7:09 :
Chez les politiques on appelle cela du lobbying ! :))
a écrit le 01/12/2014 à 20:03 :
Il a touché des pots-de-vin ?
Ben quoi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :