Apple serait prêt à tuer iTunes au profit du streaming

 |   |  586  mots
iTunes a déjà 18 ans, et sa fin pourrait être annoncée par Tim Cook ce 3 juin.
iTunes a déjà 18 ans, et sa fin pourrait être annoncée par Tim Cook ce 3 juin. (Crédits : Reuters)
A l'approche de la conférence des développeurs d'Apple (WWDC) qui débute ce lundi, la fin du logiciel iTunes devrait être actée. Elle se fera au profit de trois applications distinctes (Music, TV, Podcast). C'est un changement d'ère pour le géant californien, qui marque la fin du téléchargement et l'avènement du streaming.

A 19 heures ce 3 juin, le directeur général d'Apple Tim Cook lancera la conférence des développeurs (WWDC). Selon plusieurs médias américains, comme Bloomberg, cette prise de parole actera la fin du logiciel iTunes, lancé en 2001. Les fonctionnalités aujourd'hui regroupées sur iTunes devraient être éclatées en trois nouvelles applications (Music, TV, Podcasts).

Logiciel phare de la transition numérique de l'industrie musicale, il est de moins en moins utilisé avec la baisse des téléchargements payants et l'émergence du streaming payant. Si les fonctionnalités d'iTunes survivraient à sa disparition dans les trois nouvelles applications, il s'agit aussi de tourner la page des années 2000-2010 pour Apple. Le service payant de streaming musical Apple Music, lancé en juin 2015, aura pour charge de reprendre le flambeau comme service phare de la marque.

iTunes va mourir, vive Music app ?

Créé en janvier 2001, iTunes a popularisé la bibliothèque de musique numérique et le passage de l'industrie au format mp3. Le logiciel a accumulé onglets et fonctionnalités au cours de ses 18 ans d'existence et est critiqué pour sa lourdeur. C'est pourquoi Apple ferait le choix de répartir son contenu dans trois nouvelles applications. D'après 9to5mac, la prochaine application musicale, sobrement baptisée "Music" comme son équivalente iOS, serait construite à partir de la structure d'iTunes et non d'un portage de l'application pour iPhone et iPad. Elle remplacerait naturellement la partie musicale d'iTunes, tout en se débarrassant de la lourdeur de l'interface de son aîné. Parmi les fonctionnalités, on devrait retrouver les outils de gestions de la bibliothèque, les playlists intelligentes et les outils de synchronisation avec les appareils d'Apple. Sur le même schéma, les parties TV et Podcasts devraient avoir leur propre app macOS. Cette nouvelle structure des services s'inscrit dans la stratégie récente d'Apple, qui mise sur la simplicité d'utilisation pour les utilisateurs avec des interfaces toujours plus épurées.

Un symbole de la victoire du streaming sur le téléchargement

En 2004, iTunes intégrait une boutique de téléchargement de morceaux de musique. A son apogée, entre 2011 et 2014, le téléchargement représentait près de 30% du chiffre d'affaires mondial de la musique enregistrée (Global Music Report 2019 de l'IFPI) à plus de 4 milliards de dollars. Mais en 2018, il ne pesait plus que 12% dans une industrie en croissance de 9,7%. Pire, les revenus issus du téléchargement diminuent de plus de 20% par an.

A l'inverse, le streaming musical, popularisé par le suédois Spotify (créé en 2008) a fortement participé à la relance de l'industrie. Pour moins de 10 euros par mois, les utilisateurs ont accès à une bibliothèque de plus de 50 millions de titres, et n'ont plus besoin de télécharger. Le géant européen accumule aujourd'hui plus de 217 millions d'utilisateurs, dont plus de 100 millions d'abonnés. Résultat, le streaming pèse 46,9% dans le chiffre d'affaires global du marché, et les revenus tirés des abonnements ont augmenté de 32,9% en 2018.

Apple a mis du temps à reconnaître la pertinence des services de streaming, et n'a lancé qu'en 2015 son service Apple Music. Mais en ne proposant pas d'offre gratuite, le groupe californien a participé à la popularisation du modèle par abonnement, et fait mûrir un marché du streaming qui n'était pas tout à fait stabilisé. Apple Music s'est rapidement hissé à la place de dauphin de Spotify, avec 56 millions d'abonnés, et dépasse déjà la startup suédoise aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2019 à 16:30 :
C'est logique, pas d'avenir.
a écrit le 03/06/2019 à 14:53 :
" baisse des téléchargements payants et l'émergence du streaming payant."

Traduction éloquente de l'économie financiarisée s'il en est, on est passé de l'achat de supports physiques à l'achat de fichiers numériques pour maintenant acheter ben... rien du tout.

J'espère que les prix ont du coup largement baissé en proportion hein...
Réponse de le 03/06/2019 à 16:19 :
Vous allez voir sur "PLEX" par exemple.
Réponse de le 03/06/2019 à 17:38 :
une idée de prix au lieu de publicité svp ? Merci.

Et si je peux pas répondre à cette publi-réponse merci de supprimer mon commentaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :