Facebook admet écouter certaines de vos conversations (après Apple, Google et Amazon)

 |   |  405  mots
Facebook vient tout juste de payer une amende record de 5 milliards de dollars aux autorités fédérales américaines pour un mauvais usage des données privées de ses utilisateurs.
Facebook vient tout juste de payer une amende record de 5 milliards de dollars aux autorités fédérales américaines pour un mauvais usage des données privées de ses utilisateurs. (Crédits : Dado Ruvic)
Le plus grand réseau social au monde a admis avoir écouté et retranscrit les conversations de certains de ses utilisateurs. Le but : utiliser ces informations pour cibler encore plus finement ses publicités. Mark Zuckerberg, Pdg et fondateur de Facebook, a longtemps nié ces accusations, allant même jusqu'à évoquer "une théorie du complot".

Après Apple, Google et Amazon, Facebook passe lui aussi aux aveux. Le plus grand réseau social au monde a payé des centaines de sous-traitants pour transcrire des extraits sonores de conversations de certains usagers, a révélé mardi l'agence Bloomberg.

Dans un communiqué transmis à l'agence financière, Facebook reconnaît avoir fait transcrire des enregistrements sonores de conversations — avec l'autorisation des usagers — mais affirme avoir mis fin à cette pratique.

"Tout comme Apple ou Google, nous avons gelé la pratique de faire écouter les enregistrements sonores par des humains la semaine dernière", explique le réseau social.

Interrogé par l'AFP, Facebook n'a pas répondu dans l'immédiat.

Les sous-traitants vérifiaient si l'intelligence artificielle du réseau interprétait correctement les messages qui avaient été rendus anonymes. Selon Bloomberg, les employés qui sont chargés de la transcription s'inquiètent des implications éthiques de leur travail, n'étant ni informés de l'origine des enregistrements des conversations, ni de l'usage qu'en fait l'entreprise fondée par Mark Zuckerberg.

Facebook a longtemps nié écouter les conversations

Amazon, Apple et Google, qui vendent tous des assistants vocaux, avaient déjà reconnu faire de même pour améliorer les réponses de leurs applications. Apple et Google ont indiqué avoir abandonné la pratique ces dernières semaines. Amazon quant à lui donne le choix aux usagers de bloquer l'utilisation de leurs échanges avec Alexa, l'intelligence artificielle qui anime ses assistants vocaux Echo.

Facebook, qui vient tout juste de payer une amende record de 5 milliards de dollars aux autorités fédérales américaines pour un mauvais usage des données privées de ses utilisateurs, a longtemps nié utiliser des enregistrements audio pour pouvoir mieux cibler ses publicités ou rendre ses pages plus attractives. Le fondateur et Pdg de Facebook avait même rejeté l'idée même lors d'une audition devant le Congrès en avril 2018.

"Vous parlez d'une théorie du complot qui circule affirmant que nous écoutons ce qui se passe dans votre micro et que nous l'utilisons pour de la pub", avait répondu le jeune milliardaire à une question du sénateur Gary Peters. "Nous ne faisons pas ça" avait-il répliqué fermement.

Plus tard, Facebook avait précisé qu'il n'accédait au microphone d'un usager uniquement si ce dernier avait donné l'autorisation à l'application. Selon Bloomberg, l'entreprise n'avait pas précisé ce qu'elle faisait ensuite des enregistrements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2019 à 18:14 :
Quand va-t-on se décider à ouvrir vraiment les yeux pour fermer ces officines dont la dangerosité est au moins égale à celle du IIIe Reich.
J'aimerai exagérer, hélas !
a écrit le 14/08/2019 à 11:38 :
Le business des données, alors qu'il n'a jamais été officiellement lancé, ne peut que générer ce genre de dérives ou pas d'ailleurs puisque au final difficile de leur reprocher de vouloir améliorer leurs services, ils sont logiques avec eux-mêmes c'est juste nos politiciens qui sont incapables de réguler ces pratiques car au final toutes les multinationales du monde, et donc leurs patrons, en profitent.
Réponse de le 14/08/2019 à 15:32 :
Qu'ils puissent vouloir écouter, c'est une chose, mais la nous pouvons avoir des questions sur la régulation effectivement.
Comment peut on expliquer qu'il n'y ait aucune forme de règles alors que nous avons en principe des instances la pour protéger les citoyens en principe!

Dans les faits, lorsque l'on donne toute sa sécurité a microsoft, c'est bien aussi signifiant dans l'incompétence et le manque d'anticipation de ceux censés nous gérer !!! Ou plutôt , je pense que le non débat permet du coup a ce "le laisser faire" puisse se faire le plus longtemps possible !

Et plus loin, lorsque l'on sait que l'ancien chef de cabinet de sarkozy est le patron de facebook france, disons que nous comprenons aussi mieux le deal que passe actuellement les hauts fonctionnaires avec les multinationales du net.

Et plus, je ne crois pas simplement qu'il s"agit d'ententes mais plutôt une compréhension inexistante de la logique algorithmique et plus basiquement de ce qu'est la technologie.

Remarquez, les mêmes qui ont tout délocalisé sont aussi ceux qui ont les clefs, les hauts fonctionnaires par exemple.

Il serait intéressant de voir les revenus de ceux ci pour a mon avis comprendre pourquoi il ne se passe rien.

Aucun discours politique sur la technologie, l'anticipation ou même l'obligation de chacun a passer par internet, et pourtant cela se passe tout en ayant 0 services, 0 obligation bref tout cela pour dire qu'il est moins question de hasard que d'intérêts !

Et dire qu'il y a 20 ans en scandinavie il y avait l'adsl, qui est toujours en pratique ici et qui dit long aussi de l'ignorance crasse de ceux censés apporter des sollutions.

Du fait il n'y en a pas !!!! Et si je vais plus loin, l'uberisation et la aussi le silence sur la distorsion de concurrence ou simplement des droits et des protections des travailleurs, la aussi permet de comprendre que tout cela n'est pas un hasard, mais un choix au niveau de compétence limités et finalement qui dit aussi ce que les promoteurs de technologies qu'ils ne comprennent pas et dont on vous expliquera qu'ils ou elles savaient......
Réponse de le 16/08/2019 à 9:13 :
"alors que nous avons en principe des instances la pour protéger les citoyens"

On les cherche toujours quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :