Le bitcoin, la monnaie qui prospère grâce aux crises… mais retombe après

 |   |  1352  mots
Il y a quinze jours, la Grèce a accueilli son premier distributeur de bitcoin. La machine, qui ressemble à une borne de retrait bancaire, a été installée dans une boutique de la ville d'Acharnes, située dans la grande banlieue d'Athènes.
Il y a quinze jours, la Grèce a accueilli son premier distributeur de bitcoin. La machine, qui ressemble à une borne de retrait bancaire, a été installée dans une boutique de la ville d'Acharnes, située dans la grande banlieue d'Athènes. (Crédits : Flickr/btckeychain)
Alors que la probabilité d’une sortie de la Grèce de la zone euro n’a jamais été aussi forte, les échanges de bitcoin ont augmenté de 300% dans le pays depuis le début du mois de juin. Une explosion qu’avait déjà connue Chypre en 2013. Mais si cette monnaie virtuelle progresse en temps de crise, sa volatilité et les problèmes de sécurité des plateformes d’échanges freinent son expansion.

Il y a quinze jours, la Grèce a accueilli son premier distributeur de bitcoin. La machine, qui ressemble à une borne de retrait bancaire, a été installée dans une boutique de la ville d'Acharnes, située dans la grande banlieue d'Athènes. Elle permet aux habitants d'insérer leurs euros et de récupérer leur contrepartie en bitcoin, sous forme  virtuelle évidemment, via un portefeuille électronique installé dans une application.

A l'heure où la probabilité d'un "Grexit", la sortie de la Grèce de la zone euro, se fait de plus en plus forte, la monnaie virtuelle lancée en 2009 a la cote. Contraction de "bit", l'unité de mesure en informatique, et de "coin", pièce en anglais, le bitcoin a l'immense mérite d'être une monnaie mondiale et donc de ne dépendre ni d'un Etat ni d'une banque centrale.

Face à la crainte du retour à la drachme et d'une dévaluation brutale de leur monnaie, de plus en plus de Grecs tentent de sauver leurs maigres avoirs amputés par cinq années de crise. Bien sûr, la plupart se sont précipités aux guichets des banques et sur les distributeurs automatiques pour retirer leurs euros. Mais dimanche soir, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé la fermeture des banques jusqu'au référendum du 5 juillet, et l'instauration d'un contrôle des capitaux, qui autorise les Grecs à retirer, au maximum, seulement soixante euros par jours dans les distributeurs automatiques.

La panique, meilleure alliée du bitcoin

D'autres Grecs, peut-être plus prévoyants, ont fait le choix de recourir au bitcoin. Ainsi, les échanges de bitcoins dans le pays progressent depuis le début de l'année 2015, avec une nette accélération, de l'ordre de 300%, au cours du seul mois de juin. Une attitude de "refuge" que Manuel Valente, ingénieur spécialisé en bitcoin à La Maison du Bitcoin à Paris, attribue au sentiment de panique qui se répand au sein de la population.

"Plus la crise entre le gouvernement grec et les créanciers s'intensifie, plus le cours du bitcoin monte. En quelques jours, il est passé de 215 euros pour un bitcoin, à 235 euros aujourd'hui. En fait, le succès du bitcoin est inversement proportionnel à la confiance des citoyens dans les monnaies fiduciaires comme le dollar ou l'euro. Cette perte de confiance se traduit par la volonté de placer ses avoirs dans quelque chose jugé plus solide, comme le bitcoin, l'argent ou l'or".

Ainsi, en cas de Grexit et de retour à la drachme, les heureux détenteurs de bitcoins pourront récupérer du pouvoir d'achat. « Si les créanciers du pays décident d'une sortie de l'euro, on perd tout. Autant voir venir et préserver le peu qui nous reste », résume Costas, un informaticien grec de 36 ans cité par Rue 89.

Les précédents chypriote, espagnol et argentin

En mars 2013, la petite île méditerranéenne de Chypre avait connu un emballement similaire. En une semaine, les échanges de bitcoins avaient progressé de 700% au plus fort de la crise financière. Le même mois, Bitcoin Ticker, une application sur smartphone permettant de suivre les cours du bitcoin, devenait la 52è appli la plus populaire sur iPhone en Espagne, qui était également sous les projecteurs des créanciers européens. Le bitcoin, monnaie qui tire profit du chaos ? Les échanges n'ont jamais été aussi importants en Espagne, en Italie et au Portugal que pendant que ces trois pays (qui composaient, avec la Grèce, le club des « PIGS ») subissaient les secousses de la crise de la dette souveraine.

Plus récemment mais à l'autre bout du monde, le bitcoin affiche une surprenante santé en Argentine et au Vénézuela... des pays victimes d'une forte inflation et de restrictions aux achats de dollars. Les échanges y avoisineraient 1,5 million de dollars par mois, en augmentation constante, avec 12.000 clients actifs selon un courtier de la banque Morgan Stanley, cité par Les Echos dans un article de mars dernier.

Une utilisation toujours marginale

Comme dans ces pays, le "refuge bitcoin" est réel en Grèce, mais il reste marginal. L'augmentation impressionnante de 300% des échanges en bitcoin au mois de juin est trompeuse. La monnaie devient certes plus populaire, mais elle ne constitue pas, loin s'en faut, un réflexe de masse chez les Grecs.

La raison principale tient à la fracture numérique, toujours très forte dans le pays. En 2014, seuls 66% de la population avait accès à Internet, un taux très inférieur à la moyenne de l'Union européenne (79%). Et sur ces deux tiers de connectés, la proportion des adeptes du bitcoin reste infime. La communauté bitcoin se compose essentiellement de jeunes et de passionnés de technologies.

Fin de la récréation en Grèce

De plus, l'instauration du contrôle des capitaux pourrait siffler la fin de la récréation selon la Bitcoin Community Greece. "Le bitcoin pourrait être une superbe solution pour les Grecs, mais seulement pour ceux qui ont déjà réussi à retirer leur argent des banques, avant l'annonce du contrôle des capitaux", regrette l'association ce mardi sur sa page Facebook.

Selon Manuel Valente, le bitcoin n'est pas assez implanté en Grèce pour tirer durablement profit de la crise actuelle.

"Pour que le bitcoin se développe dans un pays, il faut des plateformes d'échanges, une communauté d'utilisateurs dynamique et la présence de magasins physiques qui acceptent les paiements en bitcoins. La Grèce, en raison notamment de la faiblesse de son écosystème numérique, n'a pas tout cela".

La volatilité et l'insécurité, des handicaps majeurs

Les experts du bitcoin prédisent que les cours vont continuer à monter jusqu'au référendum de dimanche prochain. Et après ? En cas de Grexit et de retour à la drachme, le marché pourrait continuer à se développer. Si une solution permettant de rester dans la zone euro devait être trouvée in extremis, la Grèce pourrait imiter Chypre, où l'usage des bitcoins a baissé après la crise.

Pour s'implanter comme une véritable monnaie alternative à l'ère numérique, le bitcoin a besoin de lutter contre deux de ses travers : sa volatilité et ses problèmes de sécurité.

La volatilité tout d'abord, car la valorisation du bitcoin en bourse ne cesse de fluctuer au gré des bulles. Une situation liée en partie à la nature même du bitcoin. Son mode d'émission et son caractère fini (seuls 21 millions de bitcoins pourront être émis, pour 14 millions en circulation actuellement) favorisent la spéculation.

Ainsi, la devise numérique a connu deux grosses "bulles" en à peine deux ans. La première est apparue en mai 2013, juste après la crise chypriote. Pendant quelques jours, la monnaie fut valorisée 2,6 milliards de dollars, avant de retomber sous le million. Cette première expérience de folie boursière n'est rien si on la compare avec la bulle de la fin 2013. En raison de l'afflux soudain et massif d'utilisateurs Chinois, la capitalisation boursière du bitcoin est passée de 2 milliards de dollars en octobre à près de 14 milliards en décembre, avant de brutalement chuter autour des 7 milliards de dollars.

Etablir la confiance

La sécurité, ensuite, une faille que les utilisateurs reconnaissent eux-mêmes. Les plateformes de bitcoin sont assez vulnérables aux attaques informatiques (voir « les limites du concept »). Des utilisateurs se sont déjà fait "hacker" leur porte-monnaie virtuel et la plateforme japonaise Mt.Gox a subi de sérieuses cyberattaques, qui se sont traduites par la perte du portefeuille de nombreux utilisateurs.

Au rayon des atouts, le nombre de bitcoins en circulation progresse de manière linéaire, tout comme le nombre de transactions mondiales, en dépit des nombreuses périodes d'instabilité. "La crise grecque va améliorer la notoriété du bitcoin et apporter de nouveaux utilisateurs partout dans le monde", espère Manuel Valente, qui travaille, avec sa société Ledger, à la mise en place de solutions sécurisées. Car le bitcoin, comme les autres monnaies, dépend lui aussi de la confiance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2015 à 22:15 :
Le bitcoin c'est un truc de nerds et de traders, trop compliqué pour les gens normaux, et qui favorise les spéculateurs au détriment des consommateurs.

A éviter !
Réponse de le 26/07/2015 à 18:14 :
Cette assertion semble en dire plus sur votre paresse intellectuelle (je préfère supposer que le problème git à ce niveau, et non au niveau de votre formation intellectuelle) voire de votre attitude dans la vie (vous croyez faire partie des "gens normaux"? cela vous rassure?) que sur le bitcoin lui-même..
a écrit le 02/07/2015 à 13:47 :
Si les Grecs votent NON, pas plus leur drachme que leur euro ne vaudra un pet de lapin ! Certains, à la moralité douteuse, ont dit que la Grèce avait la capacité d'émettre ses propres euros et de n'être donc pas expulsable de la monnaie unique. Il faut savoir 1) que ce sont les Allemands qui impriment les euros grecs et que 2) les euros grecs ont une numérotation qui commence par Y et sont donc facilement reconnaissables. Je pense qu'en cas de sortie de la Grèce, ces euros en Y ne seront plus acceptés ou auront une parité similaire à celle d'une éventuelle drachme. Bon, reste la contrefaçon, mais là je suppute sur les prochaines actions des gens à la moralité douteuse, n'est-ce pas V_v et consorts :-)
a écrit le 02/07/2015 à 12:42 :
comme vous le precisez, il s'agit bien d'une monnaie ""virtuelle"", donc basee sur rien, c'est la le pb....
Réponse de le 02/07/2015 à 14:13 :
comme la "fiat money" que nous utilisons tous les jours. Elle ne vaut que la confiance qu'on apporte en la BCE.
Pour le bitcoin il suffit juste d'avouir confiance en des machines et des algorithmes.
Réponse de le 02/07/2015 à 14:59 :
Selon vous, sur quoi l'euro ou le dollar reposent-ils ?
Pensez-vous que votre compte bancaire soit autre chose que 100% virtuel ?
Réponse de le 02/07/2015 à 15:34 :
Pouvez-vous me dire sur quoi sont basées les monnaies fiat ?
Réponse de le 02/07/2015 à 17:07 :
depuis les Accords de Bretton Woods, la monnaie papier dont nous disposons reflète une valeur virtuelle, l'étalon or a disparu !
Réponse de le 02/07/2015 à 18:08 :
par curiosité je suis allé voir sur le site de "bit-coin " ... j'ai vite fait un tour rapide sur le web, histoire du voir qui accepte cette monnaie, GMS, amazon , supérette du coin, bref... personne n'en veut !
Réponse de le 26/07/2015 à 18:10 :
Soyez aimable de nous rappeler sur quoi est basé l'euro? et notamment ceux que l'on a émis à la pelle depuis 2008? qu'est-ce qui a augmenté (comme "base") pendant que le nombre d'euro augmentait?
Réponse de le 12/04/2017 à 15:46 :
je comprend l'idée de Churchill (le pseudo)
"basée sur rien"
En effet la valeur de 1 bitcoin est spéculative.
Donc avec cela il n'est pas raisonnable de l'utiliser pour garder vos économie.

Mais, la technologie de bitcoin (la blockchain) elle est "informatiquement" fiable. (La confiance). Informatiquement c'est "génial".
Avec cela, si on se contente d'utiliser bitcoin pour envoyer/recevoir de l'argent puis reconvertir immédiatement alors : on économise du temps et des frais.
C'est en se basant sur la "confiance" (réelle elle) du processus que tout prend sont sens.

C'est sur cette nuance qui crée une incompréhension

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :