Bitcoin : levée de fonds record pour une mystérieuse startup

 |   |  249  mots
Les cofondateurs de PayPal, le PDG de Dropbox ou encore le fabricant de puces Qualcomm figurent parmi les investisseurs.
Les cofondateurs de PayPal, le PDG de Dropbox ou encore le fabricant de puces Qualcomm figurent parmi les investisseurs. (Crédits : reuters.com)
Basée dans la Silicon Valley, 21 a levé 116 millions de dollars auprès de grands noms de l'Internet et du capital-risque mais ne dispose pour le moment d'aucun produit.

Elle s'est fixée comme objectif "de généraliser l'adoption du Bitcoin". La startup californienne 21 a levé quelque 116 millions de dollars (environ 109 millions d'euros au cours actuel) auprès de grands noms du capital-risque, rapportait mardi 10 mars le Wall Street Journal.

Aucune valorisation n'a été donnée à la mystérieuse startup fondée en 2013, et son directeur exécutif et cofondateur Matthew Pauker n'a pas dit comment seraient utilisés les fonds levés. Il a toutefois indiqué la sortie prochaine de "plusieurs développements intéressants au cours des prochaines semaines et mois". De fait, 21 propose plusieurs offres d'emploi sur son site internet, notamment dans l'ingénierie matérielle ou le développement de logiciels.

     | Opinion Ce que signifie l'émergence du Bitcoin

Des grands noms de l'Internet parmi les investisseurs

Outre le fond Andreessen Horowitz, créé par le co-fondateur de Netscape, et RRE Ventures, la longue liste des investisseurs inclut le fabricant de semi-conducteurs Qualcomm, mais également des grands noms de l'Internet comme le cofondateur d'eBay Jeff Skoll, le PDG de Dropbox, le cofondateur de l'éditeur de jeux en ligne Zynga ou encore les co-fondateurs de PayPal Peter Thiel et Max Levchin.

Il s'agit de la plus grosse levée de fonds d'une plateforme de bitcoin depuis celle de la première plateforme d'échange américaine agréée Coinbase (106,7 millions de de dollars), souligne le site spécialisé Coindesk.

>> Aller plus loin Le Bitcoin, monnaie du futur, "qui ne disparaîtra pas"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2015 à 3:47 :
Un exemple très concret de la nouvelle guerre économique et des moyens mis en oeuvre pour la gagner. Bien entendu, cela ne peut fonctionner que dans une économie où les moyens financiers sont entre les mains de très peu d'acteurs sélectionnés.
Dans le reste de l'économie (réelle) on lutte pour avoir accès à ce capital et pour les grands groupes dont les dirigeants sont intiment liés à la distribution de valeur, on utilise cet accès pour racheter ses propres titres. La boucle est bouclée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :