Site négationniste : Google forcé de revoir son algorithme

Il ne devrait y avoir "aucune situation dans laquelle de fausses informations sont répandues", a estimé le patron de Google Sundar Pichai dans une interview à la BBC le mois dernier.
Ce n'est pas la première fois que les résultats du moteur de recherche sont critiqués.
Ce n'est pas la première fois que les résultats du moteur de recherche sont critiqués. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)

Après Facebook accusé de faire la part belle aux "fake news", Google a dû réagir à son tour mardi. Le géant informatique a promis qu'il allait revoir l'algorithme de son moteur de recherche afin d'éviter que des informations "ne faisant pas autorité" se retrouvent en tête lorsqu'on effectue une requête.

Cette décision fait suite à la révélation du Guardian : le quotidien britannique avait démontré la semaine dernière que lorsqu'on tapait "L'Holocauste a-t-il eu lieu?" dans Google, le premier résultat était...un site négationniste, "Stormfront", niant explicitement la réalité du génocide des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

"Problème complexe"

Dans un communiqué, le groupe américain a reconnu que "juger quelles pages internet sont les mieux à même de répondre à une question est un problème complexe et nous ne le faisons pas toujours de la meilleure façon". En conséquence, "lorsque des informations ne faisant pas autorité se classent trop haut dans les résultats de recherches, nous développons une approche évolutive et automatisée pour résoudre le problème, plutôt que de les retirer une à une manuellement".

Les critiques sur les résultats de recherches concernant l'Holocauste ne sont pas un cas isolé pour Google, qui avait déjà été pointé du doigt le mois dernier sur de fausses informations diffusées durant la campagne présidentielle américaine.

Il ne devrait y avoir "aucune situation dans laquelle de fausses informations sont répandues", a estimé le patron de Google Sundar Pichai lors d'une interview avec la BBC le mois dernier, assurant que son groupe chercherait à améliorer les réponses aux milliards de recherches qu'il traite quotidiennement.

Lire aussi : Les plans de Google et Facebook pour lutter contre les fausses informations

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 22/12/2016 à 19:03
Signaler
L'abêtissement continue. Si on est pas fichu de faire la différence entre un "site négationniste" et un autre, même s'il arrive en tête de liste c'est que l'histoire, la géographie, etc. est passé à la trappe depuis longtemps. Comment s'en étonné qua...

à écrit le 21/12/2016 à 14:18
Signaler
Je suis intéressé de savoir qui va determiner ce qui est vrai et ou faux dans les sujets à haute importance politique, genre élections, crise en Ukraine ou la guerre en Syrie. Moi, Russe habitant en Europe, que vais-je recevoir dans les résultats de ...

à écrit le 21/12/2016 à 10:55
Signaler
j'ai tenté la requête "réchauffement climatique vrai ou faux" et on arrive en gros à un site sur 2 'pour" ou "contre". Or, scientifiquement, il n'y a pas débat. On met sur le même plan des vérités scientifiques et des élucubrations infondées. Ide...

le 21/12/2016 à 13:11
Signaler
"Or, scientifiquement, il n'y a pas débat." Hahahahaha! "mettre sur le même plan des vérités fondées et des élucubrations d'alcoolique qui prennent un retentissement considérable" Eh oui, discuter c'est déjà commettre un crime de lèse neurone......

à écrit le 21/12/2016 à 10:20
Signaler
Ils sont marrants ces géants du net ils veulent nous faire acheter des bagnoles qui conduisent toutes seules mais par contre ils sont incapables de nettoyer leurs sites des saletés fascistes.

à écrit le 21/12/2016 à 10:09
Signaler
Déjà qui fait ce genre de cherches sur Google ? Nan mais allo quoi.

à écrit le 21/12/2016 à 9:34
Signaler
Après la presse "papier" et les sites de presse sur Internet, c'est au tour de Google d'imposer la dictature de la pensée unique. Refuser de diffuser des informations, cela s'appelle de la censure : c'est ce que pratiquent toutes les dictatures... mê...

à écrit le 21/12/2016 à 9:34
Signaler
Après la presse "papier" et les sites de presse sur Internet, c'est au tour de Google d'imposer la dictature de la pensée unique. Refuser de diffuser des informations, cela s'appelle de la censure : c'est ce que pratiquent toutes les dictatures... mê...

à écrit le 21/12/2016 à 9:09
Signaler
Il serait intéressant de connaître les règles de l'algorithme actuel qui montre en premier des sites négationnistes. Si c'est, par exemple, la fréquentation importante de ces pages, c'est instructif et inquiétant à la fois.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.