L'Autriche veut mettre en place une taxe Gafa

 |   |  392  mots
Dans l'UE, les entreprises numériques paient ainsi en moyenne 9% d'impôts, contre 23% pour les autres sociétés, selon la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager.
Dans l'UE, les entreprises numériques paient ainsi en moyenne 9% d'impôts, contre 23% pour les autres sociétés, selon la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager. (Crédits : Joshua Roberts)
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz s'est engagé samedi à introduire dans son pays une taxe sur les géants numérique (Gafa), dans le sillage de la France et à l'heure où les pourparlers se poursuivent pour adopter une taxe sur l'économie numérique à l'échelle de l'Union européenne (UE).

Alors que la France entend commencer à prélever une taxe sur les géants du numérique - appelés "Gafa" (Google, Apple, Facebook, Amazon...) - à partir du 1er janvier, sans attendre son adoption au niveau européen, Vienne projette de lui emboîter le pas.

"Ce n'est que justice que les géants du numérique actifs en Europe paient leur juste part d'impôt. Outre une disposition au niveau de l'Union européenne, nous agirons également au niveau national", a affirmé M. Kurz, selon un communiqué. "Nous allons introduire une taxe numérique en Autriche", a-t-il insisté, observant que les Etats-membres de l'UE sont "d'accord en principe sur le besoin d'une telle taxation".

Revenus colossaux

"L'objectif est clair: il s'agit de taxer des entreprises qui engrangent des revenus colossaux en ligne, sur lesquels elles ne paient pratiquement aucun impôt, à l'image du (réseau social) Facebook et du (géant de la vente en ligne) Amazon", a précisé M. Kurz. Le ministre autrichien des Finances Hartwig Loeger est désormais chargé "d'élaborer les détails et la mise en oeuvre" de cette taxe, dont il "dévoilera le fonctionnement début janvier", a précisé le jeune chancelier. Cette taxe numérique entrera ensuite en vigueur dans le cadre des réformes fiscales projetées par le gouvernement pour 2020.

De son côté, la taxe française sur les géants du numérique ne se limitera pas au chiffre d'affaires, mais devrait s'étendre aux revenus publicitaires, aux plateformes et à la revente de données personnelles.

Résistance de l'Irlande

Selon la législation européenne en vigueur, les géants technologiques américains peuvent choisir de déclarer l'ensemble de leurs revenus européens dans n'importe lequel des Etats-membres, et se tournent de fait vers les pays à faible niveau de taxation, comme l'Irlande, les Pays-Bas ou le Luxembourg.

Dans l'UE, les entreprises numériques paient ainsi en moyenne 9% d'impôts, contre 23% pour les autres sociétés, selon la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager.

Alors qu'il faut l'unanimité des Etats pour adopter une décision sur la fiscalité, un projet de directive européenne destinée à mieux imposer les "Gafa" se heurte à la résistance de l'Irlande, du Danemark et de la Suède, mais aussi aux doutes exprimés par l'Allemagne.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2018 à 17:16 :
Le Royaume-Uni va taxer les GAFAM à partir de 2020

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, a annoncé lundi la création d’une taxe sur les services numériques au Royaume-Uni, visant les géants de l’Internet.

Source : l’Essentiel (30 octobre)

Dans un pays souverain, la motivation des Britanniques (« nous voulons décider des lois qui nous gouvernent ») peut aisément être mise en œuvre. Le contraste est cinglant avec l’UE, qui, empêtrée dans les intérêts divergents de ses États membres, est incapable depuis 3 ans de décider d’une telle taxe. C’est une nouvelle illustration du « stratagème des chaînes » décrit par François Asselineau depuis onze ans !
a écrit le 30/12/2018 à 15:07 :
Le parlement italien vient de voter ce jour le budget 2019 avec prévision 2020/2021 et fixé à 3% la taxe aux GAFA pour 2019
a écrit le 30/12/2018 à 10:11 :
L'UE, ce vieux gros truc dont on n'arrête pas de nous dire qu'elle va bientôt faire un truc, et que cette fois ci c'est sûr, promis.

Paroles d'ivrogne.

Vite un frexit.
Réponse de le 30/12/2018 à 13:22 :
Il faut que les 27+1 soient d'accord, d'où des lourdeurs et des décisions qui "sortent" après moult années de palabres. Un piège l'unanimité ! Décisions escargot, surtout si les gens en profitant sont contre (la GB a bloqué tout ce qui ne lui plaisait pas, espérons qu'ils réussissent à partir !).
Réponse de le 31/12/2018 à 15:02 :
ceux qui détiennent l'europe font semblant de ne pas regarder partout là où ça ne va pas, ça leur permet de piller encore plus l'europe.

"L'échec de la Communauté européenne de défense (CED)" https://www.cvce.eu/education/unit-content/-/unit/1c8aa583-8ec5-41c4-9ad8-73674ea7f4a7/bd191c42-0f53-4ec0-a60a-c53c72c747c2
a écrit le 30/12/2018 à 3:40 :
Il ne faut pas se tromper . On est bien au dela d'un simple problème de fiscalité ... C'est avant tout un problème de libre concurrence et donc d'EMPLOIS NON CREES DANS L'UE .
a écrit le 29/12/2018 à 22:10 :
Il suffit de leur faire payer les taxes existantes
N ajoutons pas une usine à gaz !

Le chiffre d affaire des gafa est égale au bénéfice (pas / peu de coût en France) => 33% d impôt

[qu on arrête de considérer les royalties payes sur des brevets : pas un coût, un transfer de marge ]
a écrit le 29/12/2018 à 16:45 :
Et bien voilà! On veut nous faire croire que c'est un problème compliqué, mais une fois que l'Irlande , les Pays-bas et le Luxembourg seront les seuls à ne pas taxer les Gafa et bien ces 3 pays perdront le bénéfice de leur dumping fiscal.
Réponse de le 30/12/2018 à 3:43 :
C'est exactement ça et comme Trump ne prend pas en compte les services dans son déficit commercial...cela va lui faire tout drole ...
a écrit le 29/12/2018 à 16:00 :
Egalité devant l'impôt, tout simplement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :