Le Brésil inflige une amende de 11,6 millions de dollars à Facebook

 |   |  276  mots
WhatsApp est utilisé par 100 millions de Brésiliens, soit presque la moitié de la population.
WhatsApp est utilisé par 100 millions de Brésiliens, soit presque la moitié de la population. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Un juge brésilien a adressé mercredi une amende de 11,6 millions de dollars à la filiale locale de Facebook qui refusait de transmettre à la police des données de sa messagerie WhatsApp.

Ce juge de l'Etat d'Amazonas, dans le nord du pays, a affirmé que Facebook enfreignait ses obligations légales en refusant de transmettre des données de sa messagerie WhatsApp. Facebook Brésil "fait preuve d'un énorme mépris envers les institutions brésiliennes", a affirmé le procureur.

Whatsapp appartient à Facebook depuis février 2015. Ses dissensions avec les autorités brésiliennes sont liées au refus de transmettre les communications entre suspects dans le but de protéger la vie privée et la liberté de communication.

La police n'a pas précisé les sujets sur lesquels elle enquêtait. De son côté, Facebook n'a pas répondu aux demandes de commentaires sur le sujet.

Au début du mois, les autorités brésiliennes avaient momentanément bloqué WhatsApp dans tout le pays pour la troisième fois en moins d'un an. Ces coupures ont irrité les utilisateurs de cette application très utilisée dans un pays où les communications sont onéreuses.

Attentat déjoué

La semaine dernière, 12 personnes ont été arrêtées après que des messages échangés sur WhatsApp et Telegram ont été interceptés, suggérant qu'elles préparaient une action terroriste pendant les Jeux olympiques qui doivent débuter le 5 août à Rio de Janeiro. Toutefois, le ministre de la justice n'a pas dit précisé comment ces communications avaient été obtenues.

WhatsApp est utilisé par 100 millions de Brésiliens, soit presque la moitié de la population, faisant de ce pays le second utilisateur de ce réseau social après l'Afrique du sud, selon des chiffres cités par la justice.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2016 à 9:29 :
Les multinationales dans leur ensemble font preuve d'un véritable mépris vis à vis des institutions étatiques légitimes ou non alors que pourtant bénéficiant des largesses de celles-ci.

On leur laisse tout faire, ils font ce qu'ils veulent donc, par contre ce serait bien d'arrêter l'hypocrisie voulant que ce ne soit que les multinationales liées à internet qui procèdent de la sorte, elles le font toutes et depuis longtemps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :