Alain Weill cède La Tribune à Valérie Decamp

 |   |  512  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'actionnaire du journal cède 80 % du capital à Valérie Decamp, directrice générale du titre. Il l'avait nommée à ce poste après avoir racheté "La Tribune" en février 2008 au groupe LVMH. Les salariés sont 
"extrêmement déçus ".

Alain Weill a annoncé ce jeudi la cession de 80 % du capital de "La Tribune" à l'actuelle directrice générale du quotidien, Valérie Decamp. Il avait racheté le titre en février 2008, au groupe LVMH, via sa holding personnelle News Participation. Valérie Decamp sera nommée PDG à l'issue de l'opération prévue autour du 15 juin.

Alain Weill, propriétaire du groupe de médias NextRadioTV (RMC, BFM radio, BFM TV , 01) restera quant à lui actionnaire de "La Tribune" à hauteur de 20 %. "Développer 'La Tribune' suppose un engagement total. C'est pourquoi, j'ai le projet de transmettre le relais à Valérie Decamp qui en devenant actionnaire majoritaire aura les moyens et le temps de conduire une augmentation de capital", a-t-il expliqué devant l'ensemble du personnel. Le président de NextRadio estime ne pas avoir le temps de se consacrer à 100 % à la recherche de nouveaux investisseurs. Il a précisé que les partenariats entre "La Tribune" et NextRadio seraient "maintenus, voire renforcés". Avec 10 millions de trésorerie en caisse, et sans dette, il considère que le quotidien a une visibilité de 12 mois, soit un délai suffisant pour réaliser l'augmentation de capital nécessaire à son développement.

Pour Valérie Decamp: "C'est un formidable challenge dans lequel je m'engage totalement". Dans une interview à la lettre spécialisée Presse News, elle a indiqué qu'elle avait bon espoir de trouver d'ici la fin de l'année 2010 des investisseurs pour apporter "une dizaine de millions d'euros". Une banque va être prochainement mandatée.

Réunis en assemblée générale, les salariés du quotidien ont exprimé leur stupeur et leur déception, certains parlant de" lâchage" ou d'"abandon au milieu du gué" alors même que la situation du journal se redresse?: diffusion en hausse au premier trimestre, équilibre financier du quotidien au mois de mars 2010. Dans un communiqué, ils indiquent être "extrêmement déçus que, contrairement à l'engagement pris il y a deux ans par Alain Weill d'accompagner "La Tribune" dans son développement et son évolution vers le numérique, il se retire avant d'avoir achevé son redressement".

"Personne ne peut croire à cet argument: je ne connais aucun dirigeant qui ait le temps de s'occuper à 100% de toutes ses filiales ! Vincent Bolloré, Bernard Arnault ou Serge Dassault s'entourent de managers", a estimé David Larbre, délégué du Syndicat National des Journalistes (SNJ). "Malgré l'émotion suscitée par cette annonce brutale, les salariés de La Tribune ont souhaité montrer leur attachement au journal en mettant tout en œuvre pour la parution du quotidien ce vendredi", précise le communiqué des salariés.

Un comité d'entreprise extraordinaire est convoqué le 27 mai pour ouvrir la procédure d'information-consultation, consécutive à une cession. Conformément aux règles du secteur, une clause de cession sera ouverte.

"La Tribune" avait creusé sa perte à 7,9 millions d'euros pour sa version imprimée en 2009, contre une perte de 7,5 millions en 2008. Le quotidien compte économiser 6,5 millions d'euros en 2010 après avoir supprimé sa parution en kiosque le samedi et en revenant au format tabloïd.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2010 à 10:55 :
excellent quotidien auquel je continuerais d'être fidèle(ainsi qu'a mon petit kiosque).Dommage que Mr Weill doivent s'arréter pour ne pas engager ses investissements dans nextradiotv.
Bien qu'hors du métier depuis longtemps je crois que le point faible de ce quotidien réside dans son C.A régie.Sans omettre toutefois le poids de la scandaleux de la distribution.
Tous mes voeux comme bcp de lecteurs à madame Décamp.pouquoi ne ferait-elle pas appel aux lecteurs et à des bénévoles,
a écrit le 21/05/2010 à 6:56 :
Ancien lecteur et abonné du journal papier, actuel lecteur sur le Net, je souhaite vivement le redéploiement et le succès de la nouvelle formule. Je pense surtout que les clefs du succès de La Tribune ne sont ni qualitatives, ni même financières mais plutôt et surtout STRATÉGIQUES. Comme certains autres lecteurs, on a notre idée sur la question. Buena fortuna !
a écrit le 20/05/2010 à 14:07 :
J'espère que le journal va se développer. Je suis un peu déçu: j'attendais un développement des synergies avec BFM, notamment sur le web. Le redressement de La Trine est déjà une belle réussite. Tous mes v?ux de réussite à Mme Décamp dans cette aventure passionnante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :