Extinction Rebellion réussit une action de désinformation contre les médias

 |   |  532  mots
Manifestation du groupe Extinction Rebellion contre les énergies fossiles (ici, à Berlin, le 11 octobre 2019, devant l'ambassade de Norvège).
Manifestation du groupe Extinction Rebellion contre les énergies fossiles (ici, à Berlin, le 11 octobre 2019, devant l'ambassade de Norvège). (Crédits : Christian Mang / Reuters)
Lundi, un communiqué avait été diffusé à plusieurs médias en Suède, qui menait à un faux site internet, copie absolument conforme du véritable site du principal fonds public suédois, AP7. Seule différence : ce faux site contenait deux communiqués en anglais et en suédois, qui prétendaient que le fonds avait décidé de ne plus investir dans les énergies fossiles. AP7 va porter plainte. À la suite, l'AFP a dû annuler sa dépêche fondée sur le faux communiqué et informer ses nombreux clients abusés. Notamment "La Tribune", qui a depuis retiré l'information erronée de son site.

Le groupe activiste Extinction Rebellion (XR) a revendiqué mardi la diffusion d'une fausse information selon laquelle le principal fonds de pension suédois cesserait ses investissements dans les énergies fossiles, une tromperie appuyée par un dispositif élaboré.

Lundi, un communiqué avait été diffusé à plusieurs médias en Suède, qui menait à un faux site internet (ap-fonderna.se), copie absolument conforme au véritable site des fonds publics suédois (apfonderna.se). Seule différence : ce faux site contenait deux communiqués en anglais et en suédois, bien rédigés et présentés avec la charte graphique du site, qui prétendaient faussement que le fonds avait décidé de sortir des énergies fossiles.

Une cellule suédoise de XR a préparé l'opération

Un des militants, joint par l'AFP pour une confirmation et des détails sur la décision, s'est même fait passer pour le vrai porte-parole du fonds AP7 Johan Florén, donnant des précisions exactes ou crédibles aux journalistes.

Le fonds usurpé, qui va porter plainte auprès de la police, a condamné l'action de "désinformation", préparée par une cellule suédoise du mouvement écologiste.

Dépêche annulée 

"Quand la désinformation devient une méthode ordinaire, avec des faux sites, des faux communiqués et même des gens prétendant être quelqu'un d'autre, il n'y a pas que le journalisme qui va souffrir", a commenté auprès de l'AFP le véritable Johan Florén.

"Les gens aussi vont souffrir. Les citoyens vont laisser tomber et arrêter d'essayer de prendre des décisions informées et démocratiques, quand plus personne ne saura ce qui est faux ou non", a-t-il déclaré.

L'AFP a annulé une dépêche basée sur le faux communiqué lorsque AP7 a démenti l'information.

L'AFP condamne "sans réserve" cette grave manipulation

L'Agence "condamne sans réserve cette tentative malhonnête de manipuler les médias avec une fausse information. Ce genre d'action visant la presse libre est contreproductive et ne peut que contribuer à une érosion dommageable de la confiance", a réagi son directeur de l'information Phil Chetwynd.

La fausse nouvelle correspondait à des décisions similaires prises par d'autres fonds, en Scandinavie et dans le monde.

En mars, AP1, un fonds frère d'AP7, avait annoncé son retrait des énergies fossiles.

XR se défend d'avoir voulu porter atteinte à la confiance dans les médias

Extinction Rebellion a justifié son action par le fait qu'il avait "diffusé le communiqué de presse que AP7 aurait dû envoyer", souhaitant ainsi  "mettre sous les projecteurs ces investissements risibles et pousser AP7 à les vendre".

"Nous comprenons que nous avons causé de la confusion et nous sommes désolés si certains d'entre vous se sont sentis trompés. Nous avons un grand respect pour le journalisme et nous n'avons jamais voulu affecter la confiance dans les médias", écrit le mouvement sur le site utilisé pour la duperie.

"Anna", une militante de Extinction Rebellion qui a refusé de donner son vrai nom, a confirmé par téléphone avoir participé à l'opération avec une cellule suédoise du mouvement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2020 à 20:28 :
C'est une bonne blague rigolote à la base qui prend une tournure dramatique du fait que ce soit un établissement financier de visé. Parce que des fakes news il y en a des millions sur internet, quand on voit ce qu'a généré fdesouche pendant des années sans que qui que ce soit d'officiel ne s'en offusque réellement in ne peut que rester dubitatif devant cet air scandalisé.

C'est bien la peur qui les fait réagir aussi brutalement.

"Tout est bruit pour celui qui a peur." Sophocle.

Mais bon, passera jamais ça... :-)
a écrit le 30/06/2020 à 17:22 :
La tribune participe par son article a une publicité sur une désinformation: doit on parler d'information ou de publicité détourné? Le journalisme ne dois pas jouer le mégaphone du web!
Réponse de le 01/07/2020 à 8:53 :
de "publicité" pour qui ? Informer est faire de la publicité, Airbus va licencier des employés, publicité pour Airbus, qui connaissait cette entreprise avant ? :-)
Le mieux est de parler de rien, voire ne rien dire (surtout en matière médicale les gens n'ont pas le recul suffisant, sont trop binaires).
a écrit le 30/06/2020 à 17:17 :
et ils seront condamnes a quoi? rien
a écrit le 30/06/2020 à 17:13 :
Quelle importance ? Ça fait longtemps que je ne crois plus ce que racontent les médias. Je les consulte pour passer le temps, mais avec un oeil critique. Des médias qui font du "cherry-picking", en diffusant en boucle le même fait divers pendant quinze jours, "ad nauseam", tout en passant sous silence tous les autres événements. Des médias qui, au lieu de divulguer des informations, divulguent des opinions et/ou des sentiments. Des médias qui ne disent aux gens, que ce qu'ils ont envie d'entendre, selon la doxa du moment.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :