Lagardère : la demande d’AG de Vivendi et Amber retoquée par la justice

 |  | 576 mots
Lecture 3 min.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi. (Crédits : Reuters)
Le géant des médias dirigé par Vincent Bolloré et le fonds britannique avaient saisi la justice pour réclamer l’organisation d’une assemblée générale exceptionnelle, et prendre le pouvoir au conseil de surveillance de Lagardère. Mais leur demande a été rejetée.

La décision était très attendue. Ce mercredi, le tribunal de commerce de Paris a balayé la demande de Vivendi et Amber, respectivement actionnaires de Lagardère à hauteur de 26% et 20%, d'organiser une assemblée générale exceptionnelle. La justice a considéré que les deux groupes « ne démontrent pas avec l'évidence requise qu'ils poursuivent un autre but que celui de leurs intérêts propres », et les a débouté de leurs demandes. La réponse de Vivendi n'a pas trainé. Dans un communiqué publié dans la foulée, le groupe de Vincent Bolloré « prend acte de la décision » du tribunal. Mais « confiant dans le bien-fondé de sa démarche », il veut faire appel.

Il s'agit...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2020 à 21:43 :
Un actionnaire qui demande la tenue d'une AG poursuit-il un autre but que la défense de ses intérêts? Cela devient compliqué la France...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :