Les quotidiens nationaux évitent à Presstalis de sombrer

 |   |  938  mots
Presstalis assure la distribution des quotidiens nationaux et de 60% de la presse magazine.
Presstalis assure la distribution des quotidiens nationaux et de 60% de la presse magazine. (Crédits : Reuters)
La coopérative de distribution des quotidiens a déposé un plan de sauvetage de Presstalis au tribunal de commerce de Paris. Celui-ci rendra sa décision vendredi.

Presstalis a sans doute frôlé la catastrophe. Juste avant une audience cruciale pour l'avenir du principal distributeur de la presse française, ce mardi matin, au tribunal de commerce de Paris, la coopérative de distribution des quotidiens (CDQ), actionnaire du groupe avec la coopérative de distribution des magazines (CDM), a déposé une offre de reprise de la société. Sans cette initiative, Presstalis, qui s'est déclaré en cessation de paiement le 20 avril dernier, risquait la liquidation. Dans la foulée, le tribunal a mis son jugement en délibéré. Sa décision est attendue vendredi.

Ces dernières semaines, la CDQ et la CDM n'ont pas réussi à s'entendre sur un projet commun de reprise. L'initiative des quotidiens constitue un premier pas pour sortir de l'impasse. « La CDQ attire l'attention de tous les acteurs sur le risque que la perspective d'une liquidation judiciaire de Presstalis soit annonciatrice d'une catastrophe industrielle et sociale, avec des dégâts très lourds pour l'ensemble de la filière, à la fois pour les salariés et pour les dépositaires et les diffuseurs qui ont besoin de notre plein soutien », a déclaré la coopérative dans un communiqué.

Les quotidiens appellent les magazines à se joindre à eux

Son projet est loin d'être complètement ficelé. Il laisse surtout la porte grande ouverte aux éditeurs de magazines qui souhaiteraient s'y associer, soit en devenant actionnaires de la nouvelle structure, soit comme clients. Dans son communiqué, la CDQ invite « les éditeurs magazines qui ont vocation à rejoindre ce projet structurant pour notre filière, à s'engager pleinement pour permettre que, sur la base de cette offre, soit finalisé sans délai un projet remportant l'adhésion des organisations syndicales ».

Pour la direction de Presstalis, la démarche de la CDQ a le mérite de débloquer une situation qui devenait critique. Dans une déclaration par mail, l'état-major du distributeur salue l'initiative. « La direction soutient cette proposition réaliste qui permet au groupe d'éviter une liquidation immédiate sur la totalité de son périmètre et l'arrêt de son activité de messagerie, avec un coût social majeur », précise-t-elle.

Casse sociale

D'un point de vue social, le plan de reprise porté par les quotidiens n'en reste pas moins violent. Dans le schéma actuel, le distributeur verrait ses effectifs fondre de 910 à environ 265 salariés. Ces...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2020 à 11:39 :
La presse en France est le relais de la com de la presidence.
A qui appartiennent ces canards justes bons a envelopper le poisson ?
La gardere and Co.
Heureusement, il reste un peu de dissidence, l'enchaine canard au bec pointu et Media part, pour combien de temps encore ?
Que le peuple de France soit garant de ces groupes de presses est consternant, tout simplement.
Réponse de le 14/05/2020 à 14:51 :
Presstalis est le garant de la neutralité de la distribution des journaux, laquelle neutralité est une conditions sine qua non (mais non suffisante) de la pluralité de la presse (laquelle est aussi une condition sine qua non mais non suffisante) de la liberté d'informer.

Si presstalis disparaît, alors le Volatile, et quantité d'autres journaux papiers indépendants (comme Charlie, ou Prescrire) n'ont plus de garantie de diffusion et sont à la merci de groupes privés

Le Web a pu faire office de refuge pendant un temps, ce qui a permis à des indépendants "poil à gratter et des lanceurs d'alerte, comme Mediapart ou Wikileaks de survivre aux censures, mais même cet espace de diffusion est entrain de se réduire.
a écrit le 14/05/2020 à 2:02 :
..."Les quotidiens nationaux"...subventionnés par Nos impôts mais sans aucun intérêt pour Nous, Contribuables !

Quelle gabegie ! Quelle Honte Nationale !
a écrit le 13/05/2020 à 16:03 :
CGT über alles !
les quotidiens subventionnés avec notre argent pour laisser le cancer endémique cgétiste perdurer ?
a écrit le 13/05/2020 à 10:28 :
Cela aurait été le moment opportun pour pulvériser cette organisation, mais bon... , il faut en avoir comme on dit très vulgairement.
Même l'Etat va apporter de l'argent (€ 35 mln, si je ne me trompe pas)
Cordialement
a écrit le 13/05/2020 à 8:13 :
comment ca se fait qu'on oblige pas la cgt a recapitaliser cette entreprise, hein?
non seulement c'est leurs copains et c'est grace a eux que ca a coule, et en plus la cgt en a les moyens elle de payer, avec tout son pognon ultraneocapitaliste sur mon dos vole et exploite
a écrit le 12/05/2020 à 22:25 :
Dégats de la CGT Communiste

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :