Stop aux menaces de l'extrême droite visant les journalistes

A cinq mois de l'élection présidentielle, alors que les actes de menaces et d'intimidations de l'extrême droite se multiplient contre la presse, 35 sociétés de journalistes expriment leur plus vive inquiétude et interpellent le gouvernement et l'ensemble des forces politiques.

2 mn

(Crédits : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

Menaces de mort, appels au viol, insultes, cyber-harcèlement sur les réseaux sociaux, interdictions de couvrir des événements politiques, intimidations lors des manifestations, etc. : plusieurs journalistes couvrant l'actualité de l'extrême droite font face, ces dernières semaines, à une violence d'une rare intensité, totalement inacceptable, ayant pour dessein d'entraver leur travail.

Lundi 15 novembre, le site d'information Street Press a révélé que plusieurs journalistes de Street Press et de Le Media TV ont été directement menacés dans des messages d'un groupuscule néonazi leur accolant une cible sur la tête, au milieu de dessins racistes censés représenter des musulmans, des juifs et des noirs.

Lors d'une réunion publique d'Éric Zemmour, le 12 novembre à Bordeaux, les journalistes de Sud-Ouest ont été interdits d'accès. Cette position a été assumée par l'équipe d'Éric Zemmour en la justifiant par le traitement journalistique du quotidien régional d'un événement précédent.

A Mediapart, une journaliste couvrant l'extrême droite fait face, depuis plusieurs semaines, à une vague d'appels au meurtre et au viol, depuis la publication d'une enquête sur des Youtubeurs d'extrême-droite.

Nous, journalistes de rédactions couvrant l'actualité de l'extrême droite avec sérieux et rigueur, interpellons le gouvernement de Jean Castex et l'ensemble des forces politiques pour qu'ils défendent réellement la liberté d'informer et prennent enfin la mesure de la gravité de la situation à la veille d'une échéance politique cruciale.

---------------------------------

Signataires : les société des journalistes (SDJ), sociétés des rédacteurs (SDR) et sociétés du personnel (SDP) des médias suivants : Agence France-Presse, Arrêt sur images, BFMTV, Challenges, Courrier International, Les Echos, Le Figaro, France 2, France 3 National, franceinfo.fr, franceinfoTV, L'Express, L'Humanité, Le Journal du Dimanche, LCI, Libération, les JT de M6, Marianne, Mediapart, Le Media TV, Midi Libre, Le Monde, NRJ Group, L'Obs, Paris Match, Premières Lignes, Radio France, RFI, RMC, Sud Ouest, Télérama, TF1, La Tribune, TV5Monde.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 18/11/2021 à 19:07
Signaler
Ces journalistes qui ont menti trahi depuis 40 ans osent parler de liberte de la presse,les mêmes qui pratiquent l’auto censure ,si l’on sanctionnait tous ceux qui appliquent pas l’article 1 de la charte de Munich il en resterait pas beaucoup En f...

le 19/11/2021 à 11:26
Signaler
Les français ne font pas confiance dans les journalistes c'est logique tout comme dans les politiciens et les banquiers, le peuple français est éveillé maintenant il faut savoir que le premier journal d'information fut imprimé par la Lloyd il y a plu...

à écrit le 18/11/2021 à 16:48
Signaler
Evidemment que celà ne peut venir de des extrêmes DROITES, car la majorité des journalistes surtout ceux encartés au Service Public Radio et Télés penchent nettement à gauche comme le souligne très bien le Figaro aujourd'hui. Heureusement qu'il y a d...

à écrit le 17/11/2021 à 21:31
Signaler
Pourquoi interpeller le gouvernement? Que des plaintes soient déposées devant des Juges, chargés de faire respecter la Loi, si les faits sont avérés!

à écrit le 17/11/2021 à 20:00
Signaler
Tant que l'extrême droite aura de gros moyens financiers elle restera influente politiquement, c'est le deuxième choix de l'oligarchie on l'a vu durant la seconde guerre mondiale, argent et fascisme s'entendent comme cul et chemise. Ensuite vu l’idéo...

le 25/11/2021 à 5:18
Signaler
L'extrême droite n'a aucun moyens financier en tout cas moins que l'extrême gauche sponsoriser par vos impôts avec le Figaro, Quotidien. Et je ne pense pas que des deux extrême celui de la droite soit le plus rétrograde.

à écrit le 17/11/2021 à 19:29
Signaler
Quand certain pensent que le gouvernement est a la manœuvre dans le domaine de la presse, c'est déjà nous enfumez quand tout est propriété privée!

à écrit le 17/11/2021 à 18:30
Signaler
Total soutien aux signataires

à écrit le 17/11/2021 à 17:15
Signaler
"interpellons le gouvernement de Jean Castex " C'est pas ce monsieur qui a des coups de sang à l'assemblée national dès qu'il n'aime pas les questions de l'opposition.

à écrit le 17/11/2021 à 16:51
Signaler
Ce qu'on demande aux journalistes, c'est d'arrêter d'être à la solde du gouvernement, on en a assez, de cette propagande d'état

le 18/11/2021 à 8:23
Signaler
Les journalistes ne sont pas à la solde du gouvernement, ils sont à la solde de leurs propriétaires aussi propriétaires des membres du gouvernement. Sinon Zemmour n'aurait pas fait le carton médiatique qu'il a fait, rien que ça.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.