Guerre de la musique en ligne : Bruxelles prend parti pour Spotify contre Apple

 |  | 748 mots
Lecture 4 min.
Aujourd'hui, à Bruxelles, conférence de presse sur les lois antitrust donnée par Margrethe Vestager, la puissante vice-présidente exécutive de la Commission européenne en charge en charge de la préparation de l'Europe à l'ère numérique et commissaire à la concurrence.
Aujourd'hui, à Bruxelles, conférence de presse sur les lois antitrust donnée par Margrethe Vestager, la puissante vice-présidente exécutive de la Commission européenne en charge en charge de la préparation de l'Europe à l'ère numérique et commissaire à la concurrence. (Crédits : Dursun Aydemir / Piscine / Hans Lucas / Reuters)
La musique en ligne n'adoucit pas les mœurs en ce moment. La Commission européenne, qui avait ouvert une enquête à la suite de la plainte déposée par Spotify contre Apple et le fonctionnement de son App Store, donne aujourd'hui de sérieux atouts au suédois. Mais la firme de Cupertino vient de répliquer aussitôt en accusant à nouveau le suédois d'ingratitude et de ne pas payer ce qu'il doit à l'App Store.

Pourquoi Spotify avait-il attaqué Apple en justice en mars 2019? L'opérateur suédois de musique en ligne ne cessait de rencontrer des obstacles avec l'App Store: entre autres,  le blocage des offres promotionnelles, les refus de mises à jours, mais aussi l'obligation  pour les développeurs de passer par le système de paiement Apple et bien sûr la ponction de 30% de taxe sur les transactions payantes, qui constitue, selon la société suédoise, une violation des règles de concurrence loyale..

Sur l'App Store, pas les mêmes règles pour Apple Music et Spotify

Explication sur ce dernier point: cette taxe de 30% oblige Spotify à proposer son offre à 12,99 euros au lieu de 9,99 euros par mois, pour rester bénéficiaire. Tandis que son concurrent direct, Apple Music, ne s'appliquant pas les même règles, peut proposer de manière bien plus attractive son offre à 9,99 euros par mois sur le même store.

Lire aussi : Pourquoi Spotify déclare la guerre à Apple en Europe

C'est pourquoi Bruxelles avait ouvert une enquête à la suite de la plainte de Spotify accusant l'entreprise de Cupertino d'utiliser son App Store de manière déloyale pour promouvoir sa propre application Apple Music.

Ce que "fausser la concurrence" veut dire pour Margrethe Vestager

Après enquête, Bruxelles a estimé, ce vendredi 30 avril, que le géant américain Apple a "faussé la concurrence" sur le marché de la musique en ligne, en "abusant de sa position dominante" pour évincer ses rivaux, selon un communiqué de la Commission européenne publié aujourd'hui.

Dans cet "avis préliminaire" transmis au groupe californien, la Commission critique l'obligation imposée aux développeurs d'applications de musique en ligne de recourir au système de paiement d'Apple, condition sine qua non pour que leurs services soient accessibles dans la boutique App Store du groupe.

De même, Bruxelles se dit "préoccupé" par le fait qu'Apple soumet les développeurs d'applications à des "restrictions les empêchant d'informer les utilisateurs des iPhone (smartphones) et iPad (tablettes) d'alternatives potentielles moins chères".

"En fixant des règles strictes sur l'App Store qui désavantagent les services concurrents de musique en ligne, Apple prive les utilisateurs d'alternatives moins onéreuses et fausse la concurrence. Elle le fait en prélevant des commissions élevées sur chaque transaction effectuée via les applications rivales", souligne la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Apple Music, Margrethe Vestager

Apple pourra défendre sa position avant que l'UE rende son verdict

Apple aura l'occasion de défendre sa position, mais aussi de proposer des réponses aux reproches formulés, avant que l'UE ne rende un verdict final, pouvant aller jusqu'à des amendes ou à l'obligation de changer certaines de ses règles.

Apple a pour sa part renvoyé à une déclaration de 2019 soulignant que son App Store avait aidé Spotify à devenir le plus grand service de streaming musical en Europe.

Lire aussi : Plainte pour concurrence déloyale : pour Apple, Spotify veut le beurre et l'argent du beurre

La rebellion contre l'App Store prend de l'ampleur

Le groupe technologique est confronté à la rébellion croissante d'entreprises du monde entier face aux conditions d'utilisation de l'App Store, sa plateforme de téléchargement de logiciels pour ses terminaux informatiques et mobiles. Les autorités de la concurrence américaine, britannique et sud-coréenne, s'intéressent également à la question.

Cette affaire intervient au moment où Apple se prépare à une bataille épique avec Facebook sur sa nouvelle politique visant à mieux protéger les données personnelles des utilisateurs d'iPhone. L'affaire est une des quatre ouvertes l'année passée par la Commission européenne contre Apple.

Lire aussi : Apple remporte une victoire fiscale retentissante face à Bruxelles, l'Irlande s'en "félicite"

Lire aussi : David vs Goliath dans la publicité : les startups françaises se révoltent contre Apple

Apple fustige les accusations de Spotify et celles de Bruxelles

Le géant américain Apple, accusé vendredi par l'UE d'avoir "abusé de sa position dominante" sur le marché de la musique en ligne, a estimé que son rival Spotify voulait profiter des atouts de sa boutique d'applications App Store "sans payer".

Le suédois Spotify, qui avait porté plainte devant l'UE, "veut tous les avantages de l'App Store mais ne pense pas qu'il doive payer quoi que ce soit pour ça", s'est justifié le groupe californien dans un communiqué, jugeant les arguments de Bruxelles "contraires à une concurrence équitable".

Lire aussi : Apple : ce problème de concurrence ignoré par l'antitrust

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :