Pour l'Arcep, il faut inventer une "régulation environnementale du numérique"

 |  | 945 mots
Lecture 5 min.
L'Arcep propose une voie du milieu entre les deux écueils du laisser-faire et de l'économie administrée.
L'Arcep propose "une voie du milieu entre les deux écueils du laisser-faire et de l'économie administrée".
Dans un rapport d'étape intitulé "Pour un numérique soutenable", le régulateur des télécoms, l'Arcep, propose de créer une régulation du numérique intégrant les contraintes environnementales. Une nouvelle autorité serait capable de collecter et de mesurer concrètement l'impact environnemental des réseaux, des terminaux, des centres de données et des grandes plateformes numériques comme Netflix, afin de guider l'action des acteurs du numérique et des pouvoirs publics, pour réduire l'empreinte environnementale du secteur.

Le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, a un grand dada depuis 2016 : la "régulation par la data". Le principe ? Utiliser la puissance de l'information -c'est-à-dire les données récupérées auprès des opérateurs télécoms et celles disponibles en open data- pour orienter le marché dans la bonne direction. Appliquée au domaine des télécoms, cette méthode de régulation a permis de mieux mesurer l'action des opérateurs -sur la couverture fixe et mobile par exemple- pour mieux la guider, et de mieux prendre en compte les demandes des utilisateurs, notamment via la plateforme "J'alerte l'Arcep" qui a mis en lumière le problème du démarchage téléphonique abusif, entre autres.

Cette méthode peut-elle être dupliquée pour mesurer concrètement l'impact environnemental du numérique, et guider l'action à la fois de ses acteurs et de l'Etat pour le réduire ? C'est le projet qu'expose l'Arcep dans un rapport d'étape publié mardi 15 décembre, intitulé "Pour un numérique soutenable". Fruit de cinq mois de travaux et 42 contributions écrites d'acteurs participants, il formule moins des propositions concrètes pour réduire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2020 à 20:30 :
Les opérateurs telecom et exploitants de datacenter doivent couper les serveurs de l'Arcep. A défaut d'économiser de l'énergie, ils nous épargneront d'être pollués par leur propagande.
a écrit le 20/12/2020 à 8:09 :
Régulation = interdictions , amendes ,obligations !
Liberté j'écris ton nom ......et ta disparition !
a écrit le 19/12/2020 à 12:48 :
Décidément, l'ARCEP a pris un virage 100% politique. D'abord l'arrêt de toute mesure des taux de raccordements (depuis presque 2 ans !) et maintenant le bullshit écolo.
Encore des impots à venir qui asphyxieront un peu plus l'économie : le covid vert !
a écrit le 18/12/2020 à 0:14 :
Ce sera la taxe de solidarité environnementale numérique de 1€ par mois (au début) sur les forfaits mobiles et internet.
D’ici 5 ans, la taxe sera passée à 3€ minimum.
A vos portefeuilles sans dents
a écrit le 17/12/2020 à 13:12 :
Il semble que des "data-centers" contenant des processeurs concurrents d'Intel soient beaucoup moins énergivores. On ne peut espérer dégager aucune calorie mais la technologie devrait permettre (quitte à chambouler les codes informatiques, ils sont liés au processeur) de réduire toutes ces déperditions calorifiques. Parfois ça chauffe des appartements (système déporté, calculateur faisant "radiateur") parfois des piscines, voire une mer froide quand installé en Scandinavie (donc pas la Finlande) mais c'est pas transposable partout.
Le "calculateur" ultra-puissant de météo France (avant le prochain encore plus puissant) il consomme combien par an ? C'est utile mais est-ce optimal ?
Vider sa boite mail a aucun effet sur la consommation du serveur, consulter sa boite, oui, il faut y accéder, ça consomme de l'énergie.
a écrit le 16/12/2020 à 20:44 :
nref, va y avoir des impots pour les operateurs telecoms qui sont coupables, et en toute independance independante, l'arcep va s'en prendre a orange et sfr vu qu'ils sont coupables
a écrit le 16/12/2020 à 20:31 :
"Une régulation environnementale du numérique..." : ça veut rien dire. Bienvenue en novlangue !!
Réponse de le 16/12/2020 à 21:26 :
Pas forcément. "Régulation environnementale du numérique ", ça peut par exemple signifier une limitation de la consommation énergétique des datacenters, leur intégration dans des réseaux de chaleur...
a écrit le 16/12/2020 à 18:37 :
On ne le fait pas avec les multinationales canal historique mais on va le faire avec les GAFA, c'est n'importe quoi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :