SoLocal (ex Pages Jaunes) veut réduire drastiquement sa dette

 |   |  231  mots
Le groupe SoLocal exploite notamment la marque PagesJaunes sur Internet.
Le groupe SoLocal exploite notamment la marque PagesJaunes sur Internet.
La dette du groupe devrait passer de 1,16 milliard d'euros à 400 millions d'euros environ, suite à un accord avec les créanciers qui vont convertir leur dette en capital.

SoLocal, le groupe de communication digitale héritier des annuaires Pages Jaunes, a annoncé lundi un plan de restructuration de sa dette. Estimée à 1,16 milliard d'euros, le groupe souhaiterait la faire passer à 400 millions d'euros, soit une diminution de deux tiers.

Cette restructuration va passer par deux augmentations de capital : l'une de 400 millions d'euros avec maintien du droit préférentiel des actionnaires, et l'autre de 384 millions d'euros réservée aux créanciers, transformant ainsi une partie de la dette en capital. A la fin de l'opération, ces derniers détiendront 15,6% de SoLocal contre 84,4% aux actionnaires.

Le titre a perdu 60% de sa valeur

Dans un communiqué, le directeur général du groupe, Jean-Pierre Rémy, explique que "la réduction drastique de notre dette devrait permettre à SoLocal de consolider et développer ses activités Internet", qui représente aujourd'hui 79,5% des ventes du groupe. SoLocal ambitionne de faire passer cette part à 90% d'ici 2018.

Pour que le plan fonctionne, il faudra néanmoins que les actionnaires et deux tiers des créanciers l'approuvent. Depuis le début de l'année, le titre a perdu 60% de sa valeur en Bourse. SoLocal a également publié lundi son bilan semestriel: le bénéfice net plonge de 26% à 25 millions d'euros. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a également baissé, de 19,7% à 109,5 millions d'euros, avec un taux de marge d'Ebitda en recul de 3,2 points, à 27,1%.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2016 à 1:11 :
S'il pouvait voir le mode de management..la réussite pas l'humiliation ou le suicide , c'est un concept étrange
a écrit le 02/08/2016 à 11:42 :
so local c"est une arnaque legal un siphonage de tresorerie par goldman sachs et kkr
et pour prendre un raccourci si les employes se retrouve sur le carreau se sera le contribuable qui paiera,paie sans doute deja
a écrit le 02/08/2016 à 10:26 :
c'est la conséquence des LBO. La plupart de ces montages, qui siphonnes la trésorerie des sociétés reprises et les poussent à l'emprunt, les entrainent vers la faillite
Il faut donc légiférer et interdire qu'une société reprise en LBO emprunte pour verser des dividendes à la société mère, ce qui a été le cas pour solocal mais autorise uniquement la distribution sous forme d'action.
Aujourd'hui cette opération financière américaine qui a échoué met en danger plus de 4500 emplois......
a écrit le 02/08/2016 à 9:34 :
Là ou passe Goldman Sachs l'industrie trépasse:

"Passé sous bannière américaine, la société, qui dégageait 100 millions de bénéfices par an, a vu sa trésorerie littéralement «siphonnée» de 4,4 milliards d'euros par Goldman Sachs et KKR, affirme face caméra un actionnaire minoritaire, Guy Wyser-Pratte. Résultat : pour rester à flot, Pages Jaunes a mis la pression sur ses salariés."

http://www.leparisien.fr/tv/france-2-le-pdg-de-pages-jaunes-s-en-prend-a-elise-lucet-03-03-2015-4572237.php

Goldman Sachs continue de nuire tranquillement en toute impunité pendant que les salariés ont payé au prix fort les économies drastiques à cause de ce vol et le patron de l'époque, au lieu de dénoncer l'attitude criminelle de GS a préféré s'en prendre à Elise Lucet qui avait soulevé le lièvre. Quand le message est mauvais on élimine le messager.

Finance et mafia sont les deux faces d'une même pièce.

"Guerre d'actionnaires chez PagesJaunes" http://www.lesechos.fr/13/05/2013/LesEchos/21434-100-ECH_guerre-d-actionnaires-chez-pagesjaunes.htm
Réponse de le 02/08/2016 à 15:58 :
Petite précision : le patron de l'époque (de la lbo) n'est pas le patron actuel et l'épisode Elise Lucet n'est que de l'esbroufe journalistique avec gros mélange de genre.
Réponse de le 02/08/2016 à 17:29 :
"et le patron de l'époque,"

Précision de votre part inutile puisque je l'avais précisé.

Ce serait mieux de bien lire un commentaire avant d'intervenir pour rien.

Mais en fait je suppose que vous vouliez surtout dire du mal de la messagère mais avez vous des preuves de ce que vous avancez au moins ?

Parce que des preuves elle elle en a plein, vous de votre côté en intervenant pour rien et avec seulement de l'invective et de l'insulte au final vous ne faites que bêtement troller.

Que vous ne respectiez pas votre interlocuteur tant pis c'est votre boulot mais respectez au moins un minimum la vérité, et vous mêmes par la même occasion, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :