Télécoms : « Un passage à trois opérateurs permettrait de stabiliser les prix »

 |  | 653 mots
Lecture 3 min.
En cas de consolidation, et en l'absence de monopole ou duopole, je pense que les investissements repartiront à la hausse, estime Sylvain Chevallier.
"En cas de consolidation, et en l'absence de monopole ou duopole, je pense que les investissements repartiront à la hausse", estime Sylvain Chevallier. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Associé spécialiste des télécoms chez BearingPoint, Sylvain Chevallier revient sur les implications d'un très probable passage de quatre à trois opérateurs en cas de mariage entre Numericable-SFR et Bouygues Telecom.

L'offre de 10 milliards d'euros de Patrick Drahi (patron d'Altice, la maison-mère de Numericable-SFR) pour Bouygues Telecom constitue, semble-t-il, un tournant pour le secteur des télécoms. En Bourse, les opérateurs flambent, signe que les marchés approuvent la manœuvre... La probabilité de retrouver un marché à trois opérateurs n'a jamais été aussi forte. Est-ce irrémédiable ?

Je suis persuadé que sur le marché français, il n'y a pas forcément de place pour quatre opérateurs avec les niveaux de prix qu'on a. La priorité, dans l'Hexagone, est de disposer de niveaux d'investissements suffisamment élevés, ce qui suppose des revenus conséquents. Or avec quatre opérateurs, leur part du gâteau est moindre qu'à trois. Il a deux effets évidents : d'un part, il faut monter quatre réseaux, ce qui implique des investissements plus lourds pour chacun des acteurs.

D'autre part, le marché est extrêmement compétitif, ce qui s'est caractérisé par un effondrement des prix. Résultat, les revenus des opérateurs ne sont pas du tout à la hauteur des investissements qu'on pourrait attendre sur le marché français.

Aujourd'hui, on sait que la France a pris du retard dans le déploiement de la fibre par rapport à bon nombre de pays européens. Il en va de même pour la 4G, dont le déploiement est apparu bien plus tard qu'aux Etats-Unis. Je pense qu'il est irrémédiable qu'on aille vers un marché à trois opérateurs pour qu'on retrouve de bons niveaux d'investissements.

Avec trois opérateurs, les prix vont-ils monter dans le mobile et dans le fixe ? Si oui, dans quelles proportions ?

Je ne crois pas à une remontée forte des prix. Pourquoi ? Parce qu'il ne faut pas oublier qu'un marché à trois acteurs reste un marché réputé très concurrentiel. C'est ce qu'on observe partout dans le monde. Cela voudrait dire, par exemple, que Free monte ses tarifs. Et cela, je n'y crois pas. Ce n'est pas dans l'ADN du groupe. Et je le vois plutôt miser sur un élargissement de sa base d'abonnés.

En revanche, je crois qu'un passage à trois opérateurs permettrait de stabiliser les prix, et l'arrêt de la baisse effrénée qu'on a connue dans le mobile - avec l'arrivée de Free Mobile en 2012 -, mais aussi sur l'Internet. Sur ce créneau, Bouygues Telecom s'est montré très agressif, avec des offres à 19,99 euros (pour son offre Triple-play ADSL, ou à 25,99 euros pour la fibre, Ndlr).

Ces offres pourraient cesser, d'autant qu'elles ne sont guère compatibles avec la stratégie tarifaire de Numericable-SFR. Dans ce sillage, on pourrait voir s'éteindre la stratégie d'offres promotionnelles, de dégriffes et de ventes privées quasi-permanentes des autres opérateurs. Lesquelles viennent sensiblement rogner leurs revenus.

Outre des craintes liées à l'emploi, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, s'inquiète pourtant d'un impact sur les investissements dans le cadre d'un marché à trois opérateurs. Il brandit notamment le fait qu'en 2014, année du mariage entre entre SFR et Numericable, ceux-ci ont chuté de 300 millions d'euros. Est-ce justifié ?

Au contraire, encore une fois, j'ai plutôt le sentiment que si on redonne de l'espace économique aux opérateurs, ils auront une plus grande capacité d'investissement. Regardez le marché américain : les prix sont beaucoup plus hauts qu'en France à la fois sur le mobile et sur l'internet. Mais en parallèle, ils ont eu la 4G des années avant nous. Quand cette technologie est arrivée en France, fin 2012, 80% à 90% de la population américaine était déjà couverte ! Concrètement, les opérateurs américains ont investi beaucoup plus massivement et rapidement que les opérateurs français, surtout parce qu'ils disposaient de davantage de marge financière pour le faire. En cas de consolidation, et en l'absence de monopole ou duopole, je pense que les investissements repartiront à la hausse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2015 à 16:30 :
C'est quoi une politique de stabilisation des prix en économie libérale? Juste une hausse des tarifs, toujours pour remplir la poche des actionnaires? Sinon cela donne des idées à certains pour nationaliser et dans cette partie, les écoutes seraient plus faciles.
a écrit le 24/06/2015 à 14:24 :
En fait, on cherche à habiller le mythe de la concurrence. On nous a servi cette berceuse sur le thème: la concurrence propose plus de choix et fait baisse les prix. Qu'en est-il réellement? Quelque soit le nombre d'opérateur sur un marché (téléphonie, énergie...), ils s'entendent. Car les thuriféraire du mythe de la concurrence sur "un marché ouvert" oublie souvent... le marché. Plus il y a de concurrents, moins il y a de bénéfices à partager. Pas besoin de sortir d'HEC pour comprendre cela. Pour l'entente, peu importe qu'il y en ait trois ou quatre. Par contre, pour rentabiliser, il y a une règle: celle de la possibilité de le faire... ou pas. Dans certains domaines (énergie, téléphonie, transports...), il faut procéder à de lourds investissements. S'il on réduit les parts de marché possible, en multipliant les opérateurs, ces derniers iront chercher leurs marges où ils peuvent. Ce sera en montant les tarifs (après entente) et en baissant le niveau social (embauches, salaires, conditions de travail...). Résumons nous. Les prix ne baissent pas, les conditions de travail se détériorent. Qu'est ce que les employés-consommateurs ont gagné? Appliquez ce raisonnement à tous les marchés où la concurrence est imposée.
a écrit le 24/06/2015 à 8:11 :
Altice est entièrement financé par des junk bonds américains. Est-ce bien raisonnable de laisser émerger en France un concurrent majeur dans le secteur des telecom sous contrôle étranger? Alcatel est déjà trépassé, mais est resté européen. Va-t-on cesser de brader les fruits du travail de notre pays aux étrangers, juste pour payer notre pléthore de fontionnaires?
a écrit le 24/06/2015 à 7:50 :
Pourquoi affirmer qu'il faut 4 réseaux comme étant une obligation

Les opérateurs peuvent très bien en construire un seul et le partager

Entre free et les opérateurs virtuels on sait bien que cela est possible

Les grands opérateurs ont su s'entendre sur les prix en se mettant hors la loi, je suis sur qu'ils peuvent s'entendre légalement pour le réseau

Au lieu de 4 réseaux moyens ou partiels, pourquoi ne pas proposer un super réseau couvrant tout le territoire avec des supers débits

Merci de ne pas nous faire croire que c'est le consommateur à qui on ne demande jamais l'avis qui est à l'origine de ce point
a écrit le 23/06/2015 à 21:14 :
Précisons tout de même qu'au départ, les américains ne croyaient pas bcp ds la 3G et ils étaient bien en retard sur le déploiement de la 3G. Ils ont pour ainsi dire "laisser tombé la 3G" et se sont focalisés sur la 4G qd en Europe on terminait de déployer la 3G. Ca explique aussi une partie de notre retard. A mon avis, si jamais on renvient à 3 opérateurs, les prix ne remonteront pas tt de suite. En revanche, au déploiement de la 5G, nous allons pleurer. Pour ce qui est de l'internet fixe, ils trouveront bien une offre packagée (avec qques bouquets/chaintes télé inclus d'office) pour remonter le prix de base à 30 ou 35 EUR
a écrit le 23/06/2015 à 19:53 :
On veut un forfait à 2€ et un très bon réseau... Vive la france... Hélas les 2 ne sont pas compatibles!
Réponse de le 24/06/2015 à 7:54 :
Sur quelle analyse économique sérieuse vous basez vous pour être aussi péremptoire

A c'est madame Michu la coiffeuse qui l'a entendu de Monsieur Marcel, cafetier de profession

Dans ce cas je m'incline

Bonne journée à vous
Réponse de le 24/06/2015 à 10:53 :
- Les investissements des opérateurs ont diminués depuis l'arrivée de Free (300 Millions par an environ).
- Free fais de la marge uniquement sur le fixe et perd de la l'argent sur son mobile.
- Free ne payait pas totalement son réseau (grâce à l'accord d'itinérance avec Orange) et était donc exonéré des frais (élevés) de maintenance et des investissements directs... Le prix de l'itinérance était relativement faible par rapport au réseau obtenu
- Free est obligé d'attaquer pour se faire une place dans le mobile, mais encore une fois perd de l'argent dessus.
- Free fait de la démagogie en faisant croire que 2€ pour un forfait (ou 20€ pour 20GO de 4G) c'est rentable alors que ça ne l'est pas... Pour le consommateur ça l'est... Il faut néanmoins lire que les 20GO ne sont qu'en 4G (ils passent à 3 en
3G, et la le forfait devient cher.... mais comme personne ne lit, ça passe)!
a écrit le 23/06/2015 à 19:10 :
C'est bien gentil, tout çà, mais il y a fort à parier que la différence entre un oligopole intelligent et une entente ne soit pas très évidente aux yeux des ayatollahs de Bruxelles.
De toutes façons, cette histoire n'a de sens que si la France reste un marché fermé. Or nous sommes en Europe, nom de d... !
C'est d'ailleurs pour çà que Mr Drahi grossit à vue d'oeil : il veut peser quelque chose pour le jour où Orange et DT se mettront ensemble pour créer le n°1 du grand marché EU. Marché EU qui, à terme, n'aura que trois ou quatre opérateurs nationaux, comme le marché US.
a écrit le 23/06/2015 à 17:46 :
Le gouvernement Sarko refusait l arriver de Free et voulait rester a 3 opérateurs les prix étaient horribles maintenant Free est la et grâce à eux les prix sont tombées conclusion qu importe le nombre d opérateurs il ne faut pas qu'il bidouille pour faire couler Free sinon ça va être encore bidouille et augmentation des prix avec des excuses économique
Réponse de le 23/06/2015 à 20:14 :
C'est le gouvernement Sarko qui a autorisé l'arrivée de Free !
Réponse de le 24/06/2015 à 8:25 :
arrêtez par idéologie politique de dire des âneries. c est l ancien gouvernement qui a autorisé l arrivé de free non par idéologie mais simplement parce que le calendrier se présentait ainsi
a écrit le 23/06/2015 à 17:45 :
Forte augmentation des prix :
"Bouygues Telecom s'est montré très agressif, avec des offres à 19,99 euros (pour son offre Triple-play ADSL, ou à 25,99 euros pour la fibre, Ndlr). Ces offres pourraient cesser, d'autant qu'elles ne sont guère compatibles avec la stratégie tarifaire de Numericable-SFR."
=> passage de 19.9€ à 35€ = une augmentation de 75% des tarifs !!

"on pourrait voir s'éteindre la stratégie d'offres promotionnelles, de dégriffes et de ventes privées quasi-permanentes des autres opérateurs."
=> Augmentation deguisée des tarifs
a écrit le 23/06/2015 à 17:02 :
Avec une endettement de 30 milliards d'euros... Vous pensez que le groupe qui fait la proposition de rachat... a les reins solides... Sachant que Numéricable fait payer aux entreprises rachetée, le poids du crédits contractés... Non mais est-ce crédible? La presse s'embrase devant ce qui ressemble à un feu de paille. Une bulle spéculative? Cela y ressemble fortement! Que Vodafone ou Téléfonica se positionnent après pour sauver SFR-Bouygues... La on pourra parler de consolidation!
Réponse de le 23/06/2015 à 18:39 :
Merci je suis de votre avis , pour moi c'est un MADOF france , un jours en cale voir dans le tribunal.
Réponse de le 24/06/2015 à 7:44 :
Cela ne vous rappelle pas un certain JMMMM (Jean Marie Messier Maitre du Monde)

L'histoire s'est finie devant les tribunaux pour diffusion de comptes et informations frauduleuse
a écrit le 23/06/2015 à 16:56 :
L'article oublie un principe de base, on investit pour éjecter un concurrent, mais s'il y en a déjà 3, et qu'on sait qu'il ne peut n'y en avoir 2, alors il ne sert plus à rien d'investir( massivement), car on sait qu'on survivra toujours. Théorie des jeux, mode coopératif, cela donne un cartel de facto, plus personne n'agresse les autres.
Sans l'arrivée de Free, le 4ème opérateur qui a dû combattre à l'époque les 3 autres et même le gouvernement, les prix seraient du double d'aujourd'hui, sans qualité supplémentaire. Mais pour rappel, Free avait cassé les prix au détriment du SAV et en faisant fabriquer son matériel en chine, ce sont alors les équipementiers comme alcatel qui ont payé aussi un lourd tribu car devenus trop chers pour nos opérateurs.
Tout cela Drahi le sait très bien, il est prêt à mettre cher pour éjecter un concurrent et obtenir un cartel qui lui permettra de maintenir ses prix et de les remonter pour ensuite justifier auprès des banques d'une capacité d'endettement accrue et partir acheter aux états-unis où il y a beaucoup à faire dans le cable, car numéricable est le seul opérateur qui a vu ses prix monter contrairement aux autres ces dernières années.
a écrit le 23/06/2015 à 16:39 :
C'est vrai que l'entente sera plus facile a trois qu'a quatre, et le consommateur n'aura pas d'autre choix que de payer!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :