Télécoms : Videofutur, Coriolis… Qui sera le prochain Free ?

 |   |  937  mots
Le déploiement de la fibre dans les campagnes constitue une opportunité de se développer pour les opérateurs alternatifs, alors que les quatre gros concentrent leurs efforts dans les grands villes et les zones très peuplées.
Le déploiement de la fibre dans les campagnes constitue une opportunité de se développer pour les opérateurs alternatifs, alors que les "quatre gros" concentrent leurs efforts dans les grands villes et les zones très peuplées. (Crédits : © Lisi Niesner / Reuters)
Alors qu’en France, les Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free bataillent pour déployer la fibre en priorité dans les grandes villes et les zones très peuplées, des opérateurs alternatifs s’activent pour gagner des clients dans les campagnes et les villages. Un mouvement qui pourrait bien, d’ici quelques années, accoucher d’un nouvel acteur d’envergure nationale.

C'est une rengaine qui revient souvent dans le monde des télécoms : historiquement, les ruptures technologiques ont toujours permis de rebattre les cartes et de faire émerger de nouveaux acteurs. Vers le milieu des années 1990, Bouygues Telecom a profité du boom de la téléphonie mobile pour se faire une place dans le paysage français. Au début des années 2000, Free a à son tour chamboulé le secteur en misant sur des offres ADSL à bas prix. Forcément, avec le déploiement de la fibre optique et l'arrivée du très haut débit, tous les observateurs se demandent si un nouvel acteur d'envergure nationale ne pourrait pas émerger...

Du côté des grands opérateurs, l'hypothèse fait parfois sourire. Interrogé par La Tribune, l'un d'entre eux juge même cette perspective « farfelue ». Pour lui, si l'on n'est pas gros, il n'y a point de salut sur ce marché. Pourquoi ? Primo parce que la fibre optique, « ça coûte très cher » et « ça demande de lourds investissements ». Secundo parce que pour séduire les clients, il faut être capable de dégainer « tout un éventail de services, comme la vidéo à la demande ». Ce que, encore une fois, seuls les « gros » seraient en mesure de proposer.

Les « quatre gros » délaissent les campagnes

Et pourtant... Aujourd'hui pour des questions de rentabilité, les grands opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free) privilégient le déploiement de la fibre dans les grandes villes et les zones les plus denses du pays. Ils sont beaucoup moins pressés de couvrir les campagnes et les villages, où vit pourtant près d'un Français sur deux. Flairant le filon, des opérateurs alternatifs, souvent peu connus du grand public, tentent de tirer profit de cette situation.

Il faut dire que dans les zones les moins peuplées du territoire, ce sont les collectivités qui déploient leurs réseaux fibrés (appelés Réseaux d'initiative publique ou RIP) en bénéficiant d'aides de l'État. Pour ce faire, ils font appel à des opérateurs d'infrastructures, lesquels se tournent ensuite vers des opérateurs alternatifs grand public pour qu'ils commercialisent leurs offres. C'est le cas de Covage. Présent en Moselle, en Seine-et-Marne et dans le Nord, cet opérateur d'infrastructures déploie sa fibre pour couvrir 385.000 foyers résidentiels.

Des opportunités pour les alternatifs

D'après son président, Jean-Michel Soulier, Covage dispose déjà de plus de 200 opérateurs sur ses réseaux.

« Parmi eux, il y a de grands groupes comme Orange ou SFR, mais aussi beaucoup d'opérateurs alternatifs de taille plus modeste, qui travaillent à l'échelle locale ou régionale », précise-t-il.

À ses yeux, pendant que les « quatre gros » attendent de se projeter vraiment sur les RIP, ces réseaux constituent des opportunités pour les acteurs plus petits, qui peuvent ainsi grappiller des parts de marché.

« Il est possible que le Free de demain se trouve parmi eux », estime-t-il.

Au petit jeu des pronostics, difficile de parier aujourd'hui sur un opérateur plus qu'un autre. D'autant que le déploiement de la fibre dans les campagnes en est encore à ses débuts. Toutefois, on peut citer Coriolis, qui fait montre d'un sacré appétit. L'opérateur, qui compte déjà 400.000 clients Internet fixe et mobile, a de grandes ambitions sur les RIP.

« On a démarré sur ces réseaux au mois de septembre, notamment dans l'Essonne et le Calvados, explique François Richard, directeur de la stratégie de Coriolis. Notre objectif, c'est d'aller sur tous les RIP et de commercialiser nos offres très haut débit sur tout le territoire. »

Si Coriolis passe pour un outsider sérieux face aux grands opérateurs, c'est aussi parce qu'il voulait reprendre des activités grand public de Bouygues Telecom lorsque ce dernier voulait se marier avec Orange au printemps dernier. Le groupe, 300 millions d'euros de chiffre d'affaires au compteur, lorgnait les près de 3 millions d'abonnés Internet fixe de l'opérateur de Martin Bouygues.

Parmi les futurs Free, Jean-Michel Soulier évoque Videofutur (ex-cador des vidéoclubs et filiale de Netgem, un spécialiste des décodeurs et de la télévision sur Internet).

« Les RIP sont devenus notre priorité commerciale depuis quatre ou cinq mois, explique Mathias Hautefort, directeur général délégué du groupe. Il y a une vraie attente des consommateurs, on pense qu'il y a une place à prendre. »

Son atout ? Une offre fibre à prix fixe (39,90 euros par mois), mêlant l'Internet à très haut débit, la télévision, et plus de 15.000 films en VOD.

D'après lui, les opérateurs alternatifs ont une jolie carte à jouer.

« Si dans les zones très denses, les grands opérateurs se bagarrent à coups de campagnes promotionnelles nationales, ils n'ont pas forcément la structure de ventes pour commercialiser de la fibre dans les villages », juge-t-il.

« Pour gagner des clients dans les RIP, on travaille différemment, car c'est un marché 'multi-local'. Pour promouvoir nos offres, on fait souvent, par exemple, des réunions publiques dans les salles des fêtes pour s'adresser directement aux habitants. »

Aujourd'hui, plusieurs opérateurs alternatifs affichent la même stratégie que Coriolis et Videofutur. S'ils continuent à grossir et, pourquoi pas, finissent par se racheter, l'un d'entre eux pourrait bien, un jour, atteindre une taille suffisante pour titiller les quatre gros. Sous ce prisme, la bataille du très haut débit pourrait réserver quelques surprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2016 à 21:57 :
Pour les Pme c est clairement Vivaction
a écrit le 06/07/2016 à 7:57 :
A Rennes la fibre a été déployée sur tout rennes métropole mais n est utilisé par personne. Il faut dire que 700€ par mois pour 10 mo ca fait un peu cher
Réponse de le 06/07/2016 à 16:15 :
700 euro HT ou TTC? ;o)))))))
Réponse de le 06/07/2016 à 16:26 :
Bon à ce prix là .... c'est certainement un projet d'élus locaux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :