Téléphonie mobile : l'Autorité de la concurrence défend l'émancipation des MVNO

 |   |  499  mots
(Crédits : Reuters)
L'Autorité de la concurrence a demandé ce jeudi à l'Arcep, le gendarme des télécoms, de rendre les opérateurs mobiles virtuels (MVNO) indépendants des opérateurs qui les hébergent. Une fois de plus. Par ailleurs, le régulateur veut continuer de faire baisser la facture mobile des Français.

"Les MVNO (opérateurs mobiles virtuels, ndlr) peuvent jouer un rôle déterminant dans l'animation concurrentielle du marché à la condition qu'ils disposent d'une autonomie suffisante vis-à-vis de leurs opérateurs hôtes, à la fois sur les plans contractuel, technique et économique", a indiqué l'Autorité de la concurrence dans un communiqué publié ce jeudi.

Or, actuellement, déplore l'Autorité, leur développement est freiné par les opérateurs à qui ils achètent des paquets de minutes pour les revendre à leurs propres clients. "Contrairement à la plupart des autres pays européens, ce modèle peine à s'imposer en France", souligne l'Autorité de la concurrence. Les MVNO français ne pèsent que 6,15% du parc d'abonnés mobiles (fin mars) quand leurs homologues allemands occupent un quart du marché. Au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas, les MVNO représentent 15%.

Pour plus d'indépendance, les MVNO réclament de devenir des opérateurs mobiles dégroupés ("full MVNO") de façon à accéder directement à une partie du réseau. Ils pourraient dès lors émettre leurs cartes SIM et fixer librement leurs tarifs.

Sans rien imposer, l'Autorité demande au régulateur des télécoms de mettre "en oeuvre toutes les incitations de nature à convaincre les opérateurs ayant leur réseau propre à prendre l'engagement d'accueillir des full MVNO sur leur réseau". Il y a deux ans déjà, le Conseil de la concurrence (ancien nom pour désigner l'Autorité) avait déjà remarqué les conditions d'hébergement trop contraignantes de ces opérateurs virtuels. Il plaidait à l'époque pour l'attribution de la quatrième licence. C'est chose faite mais d'ici les premières offres commerciales de Free Mobile, le quatrième opérateur, les MVNO restent dans l'ombre.

Diminuer la facture mobile des Français

Soucieuse de favoriser la concurrence et de faire baisser les prix pour le consommateur, l'Autorité de la concurrence a également émis ce jeudi un avis favorable à la proposition de l'Arcep de réduire la facture moyenne des Français en téléphonie mobile. "L'Autorité de la concurrence émet un avis favorable à la proposition de l'Arcep de maintenir une régulation sur ces marchés et appelle de ses voeux le maintien du rythme de baisse de la terminaison d'appel vocal sur les réseaux mobiles", écrit-elle dans un communiqué. maintenir une régulation sur ces marchés et appelle de ses voeux le maintien du rythme de baisse de la terminaison d'appel vocal sur les réseaux mobiles", écrit-elle dans un communiqué.

Cette terminaison d'appel est depuis le 1er juillet de trois centimes pour France Télécom et SFR, de 3,4 centimes pour Bouygues Telecom en raison du parc d'abonnés plus restreint de ce dernier. "L'écart qui demeure entre les charges de terminaison d'appel pratiquées par les opérateurs et les coûts réels supportés reste un obstacle au développement de la concurrence, notamment pour les petits opérateurs et les nouveaux entrants", écrit l'Autorité de la concurrence.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :