Déploiement de la fibre optique : la France à la traîne

 |   |  563  mots
ImageSource/REA
La France accuse un certain retard dans la mise en place d'une offre très haut débit via la fibre optique, souligne une étude de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate). Réalisée pour le Centre d'analyse stratégique, elle juge cependant le modèle économique adapté et préconise de "s'assurer de la réalité des engagements pris par les opérateurs".

La France peine toujours à prendre le tournant de la fibre optique avec un nombre d'abonnés qui reste bas, mais le modèle économique mis en place pour déployer cette technologie est adapté, affirme une étude de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate). Cette étude a été réalisée pour le Centre d'analyse stratégique, institution d'expertise placée auprès du Premier ministre, qui en a tiré sept propositions rendues publiques mardi, préconisant notamment de "s'assurer de la réalité des engagements pris par les opérateurs" mais aussi de trouver de nouveaux revenus, par exemple du côté des géants du Net.

Seulement 655 000 abonnés via la fibre optique alors que 5,9 millions de foyers sont raccordables

Fin 2011, la France comptait une "clientèle limitée" de 655.000 abonnés au très haut débit via la fibre optique, alors qu'un total de 5,9 millions foyers sont raccordables. Cette "modestie" du taux de pénétration s'explique en partie par la bonne qualité du réseau de cuivre par lequel transite l'actuelle ADSL, qui fait que les usagers ressentent peu le besoin de basculer vers un abonnement très haut débit, souligne l'Idate.

Prenant en exemple des pays - Corée du sud, Japon, Suède - où le niveau de couverture en très haut débit et le nombre d'abonnés sont particulièrement élevés, l'étude estime qu'aucun d'entre eux ne peut être "considéré comme un modèle, tant les facteurs constitutifs de leur performance sont spécifiques". Passant en revue les différences de ces pays avec la France en termes de degré d'urbanisation, de prédominance de l'habitat collectif ou encore d'intensité de la concurrence, "il n'existe pas d'arguments permettant de conclure que le recours à d'autres mécanismes économiques aurait pu conduire, à ce stade, à un déploiement plus rapide", estime l'Idate. "Il n'y a donc pas de modèle économique qui s'impose à notre pays pour réaliser le déploiement de la fibre optique" et "il paraît plus efficace de recommander une certaine stabilité du cadre arrêté", recommande-t-elle.

Surveiller les engagements pris par les opérateurs et trouver de nouvelles ressources

Pour le Centre d'analyse stratégique, il faut "assurer un suivi attentif de la réalité du déploiement et des engagements pris par les opérateurs, et définir, au besoin, de nouvelles mesures de régulation, y compris locales". Rappelant que "la coordination est délicate entre les opérateurs privés et les collectivités locales", il recommande de "systématiser l'élaboration de schémas directeurs, mis à jour de façon rigoureuse", afin de pouvoir disposer d'un tableau de bord de référence pour tous les acteurs.

Le Centre d'analyse stratégique estime également que les fonds prévus par le gouvernement pour le déploiement de la fibre optique "doivent être complétés par des ressources qui restent à définir". Mais "l'essentiel de ces ressources ne peut avoir pour origine que les acteurs de l'internet eux-mêmes, opérateurs, fournisseurs de contenus, équipementiers, etc.", tels Google ou Facebook, estime-t-il. "En imposant une tarification aux fournisseurs de contenus, les fournisseurs d'accès internet peuvent espérer récupérer des revenus supplémentaires pour contribuer au financement des réseaux", estime également de son côté l'Idate.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2013 à 16:32 :
les CL feraient mieux de gérer le social que de vouloir investir dans le hightech, ils n'ont ni la compétence ni les moyens, et encore moins la logique économique. Il serait temps d?arrêter , cf tous les fiascos très coûteux : wimax, plans câble, radio, et maintenant les DSP : 5 milliards déjà volatilisés avec très peu de clients. La logique est simple, il n'y a pas besoin de coordonner : soit la collectivité a fait un bout de réseau qui est performant et d'un prix acceptable, et n'importe quel opérateur le loue pour aller chercher le client final, soit ce réseaux n'est pas à la hauteur (trés fréquent) et l'opérateur ne loue pas... parce qu'on est dans la concurrence des réseaux, il est clair que certains veulent recréer des monopoles locaux, passer des appels d'offres... intéressant pour les finances locales ...et pour les cabinets d'étude qui les poussent à investir en étant payés au pourcentage des travaux sans obligation de résultats.. d'oû la pression sur le tout FTTH plutôt que la montée en débit qui permet de faire du 20M partout pour 10 fois moins cher....
a écrit le 13/02/2013 à 16:24 :
les réseaux sont en concurrenceet c'est tant mieux parce que les technos évoluent trés vite, donc demain la 4G va offrir du 100M, quid du FTTH ? donc il y a diversité des débits, des usages, des technos, des coûts, la solution unique du FTTH partout est une hérésie de fonctionnaires (régulateur, élus, politiques) au détriment du contribuable, et que ces administratifs imaginent un schéma directeur commun est une absurdité de plus. Tout évolue au quotidien, le client doit avoir le choix du meilleur service au meilleur prix ! certains sont encore dans la russie d'avant Gorbatchev !!!
a écrit le 13/02/2013 à 16:11 :
le sujet n'est pas de savoir si une techno est au même niveau qu'ailleurs, mais partir des besoins, des segments de clients, de la géographie, des coûts, et donc de ce qui est possible de faire et à quel tarif !! la france avait déjà le premier réseau tout numérique mondial dans les années 90, a été le premier pays européen en adsl en 2007, et poursuis.. malgré les traquenards du régulateur, politiques et élus qui entravent le développement par des décisions absurdes. Et les conseillers en sont pas les payeurs, quantités de lobbys qui poussent à la dépense en étant payés au pourcentage des travaux sans obligation de résultats !!! il est 10 fois moins cher que le ftth de faire de la montée en débit en créant des centraux plus prés des clients, mais ça fait de l'ombre au lobby du tout ftth, donc freiné par le régulateur !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :