Plans sociaux dans les télécoms : Montebourg sonne l'alerte

Au lendemain de l'annonce des plans de départs volontaires des deux opérateurs télécoms, le ministre du Redressement productif et la ministre déléguée à l'Economie numérique ont indiqué qu'ils allaient recevoir "au plus vite" les intersyndicales de Bouygues Telecom et SFR, puis des dirigeants des quatre opérateurs.
Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. Copyright Reuters
Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Deux plans sociaux annoncés le même jour dans les télécoms (SFR et Bouygues Telecom mardi) : le ministre du Redressement productif ne pouvait rester sans réagir. Arnaud Montebourg a annoncé mercredi en fin de journée dans un communiqué qu'il allait recevoir « au plus vite », avec la ministre déléguée en charge de l'Economie numérique, Fleur Pellerin, « les intersyndicales de ces deux opérateurs pour évoquer avec eux la situation du secteur de la téléphonie mobile depuis l'arrivée d'un quatrième opérateur sur le marché. »

En effet, Bouygues Telecom, qui a présenté en comité d'entreprise central un plan de départs volontaires portant sur 556 postes, et SFR, qui n'a pas encore dévoilé l'ampleur de son plan de réorganisation qui sera détaillé à l'automne, ont tous deux invoqué l'impact de Free Mobile comme cause de ces suppressions d'emploi. Certains syndicats s'interrogent, à l'image de SUD qui évoque dans un tract ce mercredi « l'alibi du low-cost », considérant que « la crise du secteur ne se résume pas à l'arrivée de Free, elle est le résultat d'une politique délibérée des opérateurs et des politiques publiques dans les télécoms. »

« Tout doit être fait pour éviter » les destructions d'emplois ou les délocalisations
Aucune date n'a encore été arrêtée pour cette rencontre avec les délégations syndicales des deux opérateurs. Pour Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin, « tout doit être fait pour éviter que des emplois soient détruits ou délocalisés », d'autant que les services télécoms sont un secteur « réglementé et donc protégé de la concurrence internationale. » Ils soulignent aussi la nécessité de préserver « les investissements nécessaires tant à l'aménagement des territoires qu'à la compétitivité et la croissance de notre économie. »

Les deux ministres veulent ensuite « réunir les quatre opérateurs de téléphonie mobile», vraisemblablement leurs dirigeants, «afin d'évoquer avec eux les moyens du retour à un modèle de croissance, au bénéfice de l'emploi, tant au sein des opérateurs que chez leurs sous-traitants et fournisseurs. » Dans une interview à Challenges le mois dernier, Arnaud Montebourg avait déclaré son intention de « remettre de l'ordre dans les télécoms », accusant le régulateur, l'Arcep, de « s'intéresser exclusivement à la concurrence sans limites. » Il a demandé aux opérateurs de relocaliser leurs centres d'appels en France. Sur ce sujet, Stéphane Richard, le PDG de France Télécom, appelle de ses v?ux « un état des lieux comparatif » sur les centres d'appels en France des quatre opérateurs. Le ministre du redressement productif avait résumé sa philosophie en une formule : « la concurrence doit trouver sa limite dans la préservation de l'emploi ».

Pouvoir d'achat, emploi et dividende
Un changement radical de discours : avant son arrivée à Bercy, au lancement de Free Mobile, l'élu PS de Saône-et-Loire s'était réjoui que Xavier Niel, avec son forfait mobile illimité à 19,99 euros, faisait «plus pour le pouvoir d'achat des Français que Nicolas Sarkozy en 5 ans. » Il y a quinze jours, le fondateur et principal actionnaire de Free, Xavier Niel a répondu aux attaques de ses concurrents en plaidant dans une tribune que « l'emploi baisse depuis des années dans le secteur », bien avant l'arrivée du 4e opérateur mobile. Et l'entrepreneur de pointer du doigt « l'oligopole soucieux de sa rente » et la distribution de dividende. Un air entonné également par les syndicats de ces opérateurs « historiques » qui critiquent le montant des dividendes versés depuis plusieurs années.

 

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 06/07/2012 à 15:32
Signaler
Ah!! si je suis le raisonnement, l'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois a des problèmes car un nouveau concurrent, DACIA vend des voitures bas cout et entame sa part de marché. Et donc ce n'est pas du tout a cause de leur politique de ventes!...

à écrit le 05/07/2012 à 13:47
Signaler
Free Mobile n'est qu'un prétexte pour améliorer encore les dividendes généreux versés aux actionnaires dans le secteur. Pour moi, je suis heureux d'avoir des prix enfin corrects (La France était un des plus chers, hors de prix si on compare en dehors...

à écrit le 05/07/2012 à 12:57
Signaler
Monsieur Montebourg, donneur de leçons de la gauche caviar, on ne sonne pas des sociétés sourdes depuis des années..... ON LES FRAPPE !!!

à écrit le 05/07/2012 à 11:40
Signaler
Montebourg dans l'opposition avait la verve facile ,maintenant aux manettes il s'aperçoit que c'est tout autre chose.Les braillards de ces 5 années vont la connaître bérézina et nous avec

à écrit le 05/07/2012 à 9:54
Signaler
Je ne sais comment Montebourg va s'en sortir avec tous les plans sociaux et suppression d'emplois annoncés:Air France 5000 PSA 10000 Doux 3000 Sanofi 3000 castorama 1400 fram 300 hp 520 etc...et touts ceux à venir.

à écrit le 05/07/2012 à 9:48
Signaler
Sonner l'alerte, tout le monde peut le faire ! Mais que va concrètement faire Montebourg ? Là est la question et c'est la même pour tout ce gouvernement qui a beaucoup critiqué...

à écrit le 05/07/2012 à 9:22
Signaler
cela dit il peut mettre des batons dans les roues de plans avec licenciements, pour des suppression de postes, on voit bcp moins comment...

à écrit le 05/07/2012 à 9:21
Signaler
le ' tt gratuit tout illimite a 2 euros, rembourse par la secu', ca finit tjs par ressortir qque part...

à écrit le 04/07/2012 à 23:35
Signaler
Il est toujours en train de saluer sur les photos qu'on nous montre de lui, comme s'il venait de fêter (modestement) une victoire... C'est tout de même curieux ce traitement médiatique tout à fait exceptonnel de Montebourg. On nous le prépare pour no...

à écrit le 04/07/2012 à 22:22
Signaler
Avant il lui suffisait de critiquer, de dire "faut qu'à", "y a qu'à" ... Maintenant, on va vraiment voir ce qu'il vaut. Dans le privé, on est viré si on ne fait pas le job ....

le 05/07/2012 à 1:28
Signaler
Hélas il est fonctionnaire et élu ! Et c est un tres bon orateur ! Alors, je crois qu il n est pret de s arreter !!!!!

à écrit le 04/07/2012 à 21:25
Signaler
Secteur "réglementé et donc protégé de la concurrence internationale" : exemple typique d'un secteur oligopolistique où la concurrence a été systématiquement détruite par l'Etat et où les clients se font toujours essorer, notamment par des tombereaux...

à écrit le 04/07/2012 à 19:55
Signaler
il va avoir du boulot Montebourg , avec 10 000 suppressions de poste à PSA plus les emplois induits chez leurs fournisseurs , plus les reductions dans les banques , plus ,plus plus !!!! ça va faire du monde ! comme l'homme n'a aucune experience du mo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.