Télécoms : Vivendi négocie la vente de Maroc Télécom pour 3,9 milliards d'euros

 |   |  268  mots
Vivendi négocie la vente de ses 53 % dans Maroc Télécom au groupe émirati Etisalat
Vivendi négocie la vente de ses 53 % dans Maroc Télécom au groupe émirati Etisalat (Crédits : DR)
Vivendi espère céder au premier opérateur de télécoms des Emirats Etisalat sa participation de 53 % dans Maroc Télécom pour 3,9 milliards d'euros. Les négociations exclusives ont été prolongées.

Les discussions exclusives engagées entre Etisalat et Vivendi pour le rachat des 53 % de parts que le groupe français détient dans le capital de Maroc Télécom ont été prolongées jusqu'au 31 octobre, annonce dimanche le groupe de télécommunications des Emirats arabes unis. Ces discussions ont débuté en juillet. Vivendi espère céder au premier opérateur de télécoms des Emirats sa part dans Maroc Télécom pour 3,9 milliards d'euros.

Le calendrier initial fixait la date du 25 septembre comme limite à ces discussions exclusives. Le communiqué d'Etisalat ne précise pas pour quelles raisons ce délai a été prolongé au 31 octobre ni quelle partie en est à l'origine.

Un accord d'ici d'un à deux mois

Le capital de Maroc Télécom est réparti entre Vivendi (53 %) et le gouvernement marocain (30 %). Les 17 % restants sont sur le marché. Le 11 septembre dernier, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, Saadeddine Othmani, avait annoncé un accord sur les principaux termes et ajoutait qu'"un accord pourrait être finalisé dans un délai d'un à deux mois".

Vivendi espère de son côté boucler la vente de Maroc Télécom d'ici à la fin de l'année. Son désengagement de l'opérateur marocain est la première illustration de sa volonté de se recentrer sur les médias. Présent dans le fixe, le mobile et internet, Maroc Télécom, dont Vivendi est actionnaire depuis 2001, est l'un des principaux opérateurs du continent africain avec des filiales au Burkina Faso, au Gabon, au Mali et en Mauritanie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2013 à 15:14 :
Revendre "en totalité" ses parts dans une société en pleine croissance à court moyen et long terme, c'est étrange, il s'agit sans doute plus de la volonté du maroc de nationaliser un opérateur qui porte le nom "maroc"; cela a une saveur particulière au moment où france télécom perd son nom, pour prendre celui d'une filiale à l'origine anglaise( orange).
Cela me rappelle la reconstitution de l'empire Marocain, qui s'étendait dans le temps jusqu'au Mali. Les empires territoriaux sont remplacés de nos jours par les empires financiers.
Réponse de le 30/09/2013 à 13:36 :
Donc selon vous, vendre cet opérateur à un autre opérateur Emirati, c'est la moyen le plus efficace qu'à trouver l?État marocain pour le nationaliser. Pourriez-vous donc me dire quelle est la prochaine étape de la nationalisation ? Une revente à un fond de pension américain ? En quoi cela engagera l'Etat marocain dans le capital ?
a écrit le 29/09/2013 à 15:07 :
Décidément ça bouge beaucoup dans le secteur en se nomment. 3 ou 4 gros acteurs en Europe c'est un maximum à longue échéance. Sinon les acteurs européens se feront bouffer par les mastodontes US ou asiatiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :