Bouygues veut vendre de ses antennes à Free pour être libre de s'offrir SFR

 |  | 473 mots
Lecture 3 min.
Xavier Niel, le patron de Free, a lancé la guerre des prix dans le mobile en 2012.
Xavier Niel, le patron de Free, a lancé la guerre des prix dans le mobile en 2012. (Crédits : Reuters)
Olivier Roussat, le patron de Bouygues Telecom dit être entré en discussion pour céder les 15.000 antennes de son réseau à son concurrent Free pour 1,8 milliard d'euros, ce qui lui rendrait acceptable l'acquisition de SFR aux yeux de l'Autorité de la concurrence.

Grande recomposition en vue dans le secteur des télécoms. Bouygues Telecom est entré en discussion avec son rival Free afin de lui céder son réseau de 15.000 antennes dont une partie en 4G. C'est ce qu'indique Olivier Roussat, le patron de l'opérateur, dans une interview au Journal du Dimanche parue ce 9 mars. L'opération pourra se monter jusqu'à 1,8 milliard d'euros. 

Lever l'incertitude sur le rachat de SFR

Celle-ci est conditionnée à l'acquisition de SFR que sa maison-mère Vivendi souhaite céder et qui intéresse également Numericable. Si Bouygues remporte la partie, la cession de ses antennes permettrait de "lever la principale incertitude qui pesait"sur  le projet de rachat de SFR par Bouygues et le rendrait "acceptable pour l'Autorité de la concurrence", a pointé Olivier Roussat. 

>> SFR: Bouygues met 14,5 milliards d'euros sur la table

Ce dernier affirme qu'une éventuelle fusion avec l'opérateur appartenant actuellement à Vivendi "ne provoquera aucun départ" parmi les employés des deux entreprises, au contraire. De nouveaux investissements dans les réseaux internet et mobiles permettraient de créer de l'emploi. 

Pas d'augmentation de capital pour Illiad

De son côté, Illiad, la maison-mère de Free, a confirmé l'accord passé avec Bouygues Télécoms pour une cession d'une partie du réseau de ce dernier "conditionnée à l'achat de SFR par Bouygues" et à l'obtention des autorisations nécessaires. Cette transaction serait financée grâce aux "ressources propres et bancaires" du groupe, sans augmentation de capital, précise Illiad dans un communiqué publié en fin de matinée ce dimanche. Le groupe y justifie d'ailleurs cette opération: 

Dans une configuration de marché revenu à trois acteurs, cette opération permettrait à Free Mobile d'accélérer sa dynamique commerciale ambitieuse au bénéfice du consommateur dans un contexte de concurrence par les infrastructures en renforçant considérablement son autonomie et son portefeuille de fréquences.

Montebourg préfère un marché à trois opérateurs

Un tel mariage aurait en effet pour conséquence de redessiner le paysage des télécoms français, avec trois opérateurs (Orange, Free et Bouygues-SFR) au lieu de quatre. Une perspective accueillie positivement par le ministre du Redressement productif. "Si on revient à trois, on est plus fort que si on subsiste à quatre" a déclaré Arnaud Montebourg au Parisien/Aujourd'hui en France. Ce dernier a dit souhaiter la fin de la guerre des prix entre opérateurs. "La concurrence par la destruction s'arrêtera si nous revenons à trois opérateurs mobile tout en maintenant des prix bas", a-t-il pointé. 

Le ministre a mis l'accent sur la nécessité de préserver les emplois:

la ligne rouge est claire : ce sera zéro plan social, zéro plan de départs volontaires, zéro licenciement.

(Article créé le 9/03/2014 à 9h33, mis à jour à 14h30)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2014 à 9:10 :
Je n'arrive pas à voir la synergie SFR-Bouygues Tel, si Bouygues se débarrasse de ses antennes et fréquences. Plus d'abonnés et moins de capacités.
SFR a des problèmes, Bouygues aussi. Deux éclopés ne font pas un valide. S'ils croient que SFR récupèrera les abonnés de Bouygues, ils font un mauvais calcul. Rien de plus simple pour un abonné mobile de changer de crèmerie.
a écrit le 09/03/2014 à 21:32 :
encore des financiers qui n'ont rien compris aux télécoms, les clients de bytel sont la à cause de ses antennes et le réseau faiblard de SFR ne pourra jamais les absorber, donc tous ces clients vont finir chez orange ou plus probablement free. Ils sont vraiment tombé sur la tête les décideurs de bytel !!!
a écrit le 09/03/2014 à 19:28 :
Moi je trouve qu'on est bien avec 4 opérateurs, en tout cas mieux qu'avec trois qui s'étaient arrangés entre eux pour tondre le client... J'espère bien que si la fusion Bouygues-SFR se fait, l'état fera rentrer un nouvel opérateur pour éviter le tête à tête entre dominants sans personne pour leur mordiller les mollets.
Réponse de le 09/03/2014 à 21:03 :
Le problème ce n'est pas le nombre d'opérateurs mais la régulation du marché des télécoms. L'ARCEP a misérablement échoué dans sa mission de régulation en introduisant de force un quatrième opérateur plutôt que de sanctionner (en fixant les tarifs par exemple) l'oligopole Orange/SFR/Bouygues.
Réponse de le 10/03/2014 à 8:52 :
L'ARCEP n'est pas responsable de la faiblesse des sanctions judiciaires en cas d'entente illicite. Quand celles-ci sont inférieures à 10% des gains réalisés, ce n'est guère dissuasif et "bien mal acquis reste très profitable". Ensuite la meilleure sanction a finalement été l'introduction du quatrième opérateur qui a cassé les prix et obligé le monopôle tripolaire à sortir de son confort qui était fort préjudiciable aux consommateurs.
a écrit le 09/03/2014 à 17:42 :
Si FREE met la main sur un réseau tout fait, l'accord d'itinérance avec ORANGE prendra fin de fait et ceux qui pensent que le réseau de BOUYGUES est identique à celui d'ORANGE vont sans doute pouvoir mesurer la différence!
a écrit le 09/03/2014 à 15:37 :
Comment fusionne t on deux entreprises qui ont exactement la même activité sans éliminer les nombreux doublons? Montebourg veut essayer de nous faire croire que Martin Bouygues est un mécène, doublé d'un philanthrope qui va mettre 13 milliards sur la table sans chercher à faire d'économies d'échelle? La solution Numéricable qui n'est pas un opérateur mobile à part entière serait sans doute plus protectrice au niveau de l'emploi.
Réponse de le 09/03/2014 à 15:59 :
Protéger l'emploi à tout prix est stupide pour une entreprise car cela représente un frein à son développement économique susceptible de créer de nouveaux emplois. De plus Numericable bénéficiant d'une situation de monopole sur la technologie câble n'est pas capable de vendre correctement sa technologie...
Réponse de le 09/03/2014 à 19:14 :
@CRC32 Je ne savais pas Montebourg était un adepte de la théorie économique que vous décrivez.
Réponse de le 09/03/2014 à 21:12 :
@marvin

Nul d'autre que vous le prétend...
a écrit le 09/03/2014 à 14:45 :
Mais que vient faire montebourg la dedans ? L'homme qui pipe rien au marché des télécoms !
Réponse de le 09/03/2014 à 15:28 :
Il veut sa part du gâteau.
a écrit le 09/03/2014 à 14:35 :
Il semblait juste que Bouygues, SFR et Vivendi étaient trois entreprises privées. Que viennent faire Montebourg et consorts du gouvernement dans cette affaire? Dans un pays où 60% du PIB est accaparé par le secteur public, l'Etat régente également le secteur concurrentiel privé: Kim Jong-un, Maduro et autres Castro ne devraient pas tarder à nous jalouser.
a écrit le 09/03/2014 à 13:24 :
Dans cette affaire le gouvernement joue à l'avantage d'Orange dont il est actionnaire, C'est du trafic d'influence et de la confusion d'intérêts. La justice devra se pencher sur cette transaction à caractère mafieuse.
a écrit le 09/03/2014 à 12:59 :
Bonjour,
Finalement ce marché qui risque de revenir à trois opérateurs semble une opportunité pour Orange de libérer totalement ses tarifs car ils ne seront plus numéro un en terme d'abonné. Free ne pourra plus être leader dans l'abaissement des prix pendant 2-3 ans car il faudra rembourser les 2 milliard environ pour le rachat du réseau de Bouygues. Et enfin SFR/Bouygues devra, pendant environ 24 mois, repenser les offres et réorganiser la nouvelle structure afin d'absorber la masse salariale d'un coté, les abonnés de Bouygues de l'autre et évidemment le turn-over au niveau du management.
Finalement le grand perdant risque d'être le consommateur qui verra les prix stagner voir monter sauf chez Orange qui va probablement baisser ses prix et engranger un max de nouveau clients alors que ses concurrents ne pourront plus faire la guerre au niveau prix et se focaliserons sur la technologie et les services, ce que possède déjà Orange via dailymontion, ses accords avec deezer et ses actifs propres ... . Wait & See
a écrit le 09/03/2014 à 12:16 :
Pourquoi orange pleurerais il va se retrouver avec un opérateur sfr Bouygues endetté et free va dépenser presque 2 milliards pour un réseau plus entretien donc orange risque d être gagnant car les deux autres auront du mal à faire une guerre des prix
a écrit le 09/03/2014 à 12:15 :
Montebourg pourrait être un bon ministre ... en Corée du Nord.
Réponse de le 09/03/2014 à 15:29 :
Il ne pense qu'à lui et à ses poches.
a écrit le 09/03/2014 à 11:55 :
Et tout ça grace a Montebourg il est quand meme balaise ce ministre....................
J'rigole
a écrit le 09/03/2014 à 11:49 :
Bande de manants, vous croyiez peut-être que la déréglementation avait pour but de créer une concurrence saine et bonne pour le consommateur? Absolument pas ! Elle n'avait pour but que de permettre de s'approprier ce qui fut autrefois un bien du peuple. Il était hors de question que ces juteux opérateurs de télécommunication puissent appartenir a un Etat au service du peuple. On va d'abord réduire ce foutoir a deux opérateurs , un Orange et un Rouge, et on va laisser ca dans les mains des gens bien comme il faut. Voila. Affaire classé. La concurrence a vécu. Enfin débarrassés de cette plaie.
a écrit le 09/03/2014 à 11:17 :
Quand. Je vois les paroles ,zéro licenciement, zéro départ volontaire , c est vraiment du niveau maternelle les 2 entreprises sont identiques il y a des doublons partout. Montbourg et ceux qui annoncent aucune réorganisation sont des menteurs
a écrit le 09/03/2014 à 10:58 :
Et bien si ca se fait j'en connais dans le centre qui vont changer d'opérateur... Et je ne pense pas qu'il n'y ai que le centre où SFR ne porte pas malgré leur soit disant couverture !
a écrit le 09/03/2014 à 10:30 :
Donc le réseau SFR est dimensionné pour prendre 11 millions de clients supplémentaires ? J'en doute. Bouygues va donc se retrouver avec un effectif avec des doublons partout, un réseau mobile sous dimensionné et des besoins d'investissement dans la fibre. Qui peut croire que les prix ne vont pas augmenter ?
Réponse de le 09/03/2014 à 15:51 :
Le nouvel ensemble sera côté à Paris et les fonds levés permettront de développer le réseau mobile, ce n'est pas sorcier! Concernant la fibre optique aucun opérateur n'a réellement l'intention d'investir massivement sur cette terminaison abonné, ni même les collectivités locales d'ailleurs bénéficiant du grand emprunt de Nicolas Sarkozy.
a écrit le 09/03/2014 à 10:01 :
@Gorillaz : Surtout Numéricable.

On va à un scénario : Bouygues (Lead) + SFR + Numéricable Vs Free (avec Fréquences Bouygues dont 4G iPhone 5?) Vs Orange.
a écrit le 09/03/2014 à 9:48 :
Stéphane RICHARD doit pleurer !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :