Les 4 opérateurs en course pour les fréquences 4G

 |  | 354 mots
Lecture 2 min.
Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et Numericable-SFR ont déposé un dossier de candidature afin de participer aux enchères d'attribution de la bande de fréquences 700 MHz, a annoncé mardi l'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (Arcep).
Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et Numericable-SFR ont déposé un dossier de candidature afin de participer aux enchères d'attribution de la bande de fréquences 700 MHz, a annoncé mardi l'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (Arcep). (Crédits : Reuters)
Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et Numericable-SFR viennent de déposer leur dossier de candidature pour les enchères d'attribution des précieuses fréquences 4G. L'enjeu ? Faire face à la demande mobile croissante dans les prochaines années.

La course aux "fréquences en or" est lancée. Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et Numericable-SFR ont déposé un dossier de candidature afin de participer aux enchères d'attribution de la bande de fréquences 700 MHz, a annoncé l'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (Arcep), mardi 29 septembre.

"L'Arcep va désormais étudier les dossiers de candidatures afin de s'assurer que ceux-ci respectent les critères de recevabilité et de qualification de la procédure, d'ici un mois environ, l'Arcep publiera la liste des candidats admis à participer aux enchères", a précisé l'Autorité de régulation.

Ces enchères, qui se dérouleront au mois de novembre, portent sur les fréquences 700 MHz jusqu'ici utilisées par la télévision et qui passeront, à partir de la mi-2016 pour les premières régions, dans le giron de la téléphonie mobile.

L'Etat espère au moins 2,5 milliards d'euros de gains

Sans ces fréquences 700  Mhz, les opérateurs peineront à répondre à l'explosion de la consommation de données mobiles ces prochaines années. L'enjeu est donc énorme. D'autant plus qu'il s'agit de fréquences basses, qu'on appelle "fréquences en or" et dont le signal porte à longue distance en plus de bien pénétrer les bâtiments.

Lire >> La "Guerre des fréquences" est déclarée

La bande des 700 MHz est répartie en six lots, pour lesquels l'Etat espère obtenir au minimum 2,5 milliards d'euros. Cette somme doit permettre de financer la rallonge accordée à la Défense lors de la révision de la loi de programmation militaire opérée début juin.

Lire aussi >> Fréquences télécoms : la Défense aura bien sa rallonge de 2 milliards en 2015

Chaque opérateur ne pourra pas acquérir plus de deux lots à l'exception de Free, qui pourra en acheter trois, afin de compenser sa faible présence sur les bandes de fréquences proches, de 800 et 900 MHz, l'objectif étant d'éviter qu'un opérateur puisse contrôler plus du tiers des trois bandes 700, 800 et 900 MHz.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2015 à 8:49 :
Pour engranger quelques milliards en vendant des fréquences, l'état n'hésite pas à sacrifier des millions de téléspectateurs qui ont dû racheter un nouveau poste RV récemment. Le MPEG2 ne fonctionnera plus au profit du MPEG4. C'est plus de la moitié des postes qui seront en écran noir, le plus souvent dans les milieux modestes! Merci pour le social !
a écrit le 30/09/2015 à 7:55 :
bouygues orange et sfr devraient laisser free acheter les licences, puis expliquer qu'ils veulent en jouir ' a cout variable' - modique, s'entend!!!!!!!!!!-
puis hurler la bouche en coeur qu'ils peuvent casser les prix, vu les marges sur cout variable ( cf controle de gestion) degagees!
ca, ca mettrait un peu d'ambiance!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :