Assurance-vie : les mutuelles ne veulent pas du contrat "Lagarde"

 |   |  216  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema) s'est déclaré défavorable à la création du nouveau contrat d'assurance-vie en partie investi en unités de compte sur lequel la ministre de l'Economie a travaillé avec les compagnies d'assurance.

Lors de la présentation des résultats du GEMA, le secrétaire général du Gema, Jean-Luc de Boissieu n'a pas mâché ses mots : "Nous disons à Mme Lagarde : surtout, n'inventez pas un nouveau produit qui porte le nom de Mme Lagarde. La plupart des formules inventées par les gouvernements successifs pour investir en actions ont été des échecs".

Petit rappel des faits. Fin janvier, la FFSA (fédérations des assureurs) avait révélé que le Ministère de l'Economie avait travaillé avec les assureurs à ce nouveau produit d'assurance-vie, qui comporterait une part minimum de 12% en actions.

L'initiative n'est effectivement pas nouvelle : Dominique Strauss-Kahn en 1998 et Nicolas Sarkozy en 2004 avaient mis en place des contrats suivant ce même principe et offrant, en contrepartie du risque pris, une fiscalité encore plus attractive. De véritables échecs commerciaux. Aujourd'hui, seuls 2 contrats sur le marché comportent des options "NSK" (Prévi-options et Symphonis), provenant d'un seul assureur (Suravenir). Pour à peine quelques centaines de souscripteurs...

Pour Jean-Luc de Boissieu, "si le gouvernement veut favoriser les contrats investis en actions, cela implique de pénaliser les contrats en euros et de favoriser les contrats en unités de compte, sinon, les gens ne changeront pas". Ce qui pourrait, selon lui, s'avérer dangereux pour l'assurance-vie...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2011 à 20:46 :
Mais si l'état s'endettait un peu moins et vendait un peu moins d'obligations, les assureurs-vie seraient bien obligés d'acheter des obligations d'entreprise, ou des actions, pour employer l'argent de leurs souscripteurs. Et il s'épargnerait la peine d'inventer une nouvelle niche fiscale pour inciter les épargnants à investir dans des assurances-vie en unités de compte.

L'assurance-vie en unités de compte est une double arnaque : l'assuré n'est pas assuré, c'est lui qui continue à porter le risque, et malgré ça, il lui faut payer des "frais de gestion".
a écrit le 03/03/2011 à 12:39 :
la philosophie de gestion en bon père de famille de l'assurance vie est bien loin .....
a écrit le 03/03/2011 à 11:37 :
Il existe déjà le compte multisupports. Il ne reste qu'à motiver les français à investir dans ces supports en UC. Ce n'est pas ce qu'est en train de faire l'Etat. C'est curieux comme ils aiment les situations paradoxales, qui nous le savons mènent à l'impasse...les psychiatres disent même que c'est souvent le cas de contextes schizophréniques. Cela expliquerait -t-il leur autisme par rapport au peuple, aux évolutions de notre monde?
a écrit le 03/03/2011 à 10:33 :
dite moi avec cette crise combien de petit souscripteurs d'assurance vie en unité de compte ont perdu 30 à 50 % de leur capital toutes les banques et assurances et mutuelles commercialisent déja ce genre de contrats stop arretait là trop c'est trop
a écrit le 03/03/2011 à 7:36 :
Incroyable! L'assurance vie a été crée pour sécuriser de l'épargne prévue pour compléter une retraite qui sera, de toute évidence, très mince. Et maintenant on veut détruire cela?
Où est la logique dans tout cela?
Réponse de le 03/03/2011 à 11:18 :
la logique c'est qu'on veut que vous investissiez en bourse dans les entreprises francaises tant qu'à faire, mais comme vous le faite pas pour différentes raisons alors on vous pénalise.
a écrit le 03/03/2011 à 7:10 :
Les contrats en unités de compte sont des attrape-nigauds. Ou un moyen pour masquer les frais de gestion des fonds ainsi placés, accréditant la notion "we manage them till they are all gone".
a écrit le 02/03/2011 à 21:09 :
Des rigolos. Ils veulent que les gens invesissent en bourse mais ils taxent les détenteurs d'actions dès le premier euro.
Réponse de le 02/03/2011 à 22:49 :
mais pas taxe ds le PEA
Réponse de le 03/03/2011 à 11:14 :
il y a toujours les prélèvements sociaux à la sortie qui vous attendent
Réponse de le 03/03/2011 à 21:07 :
La sortie du PEA ne produira pas un gros complément de retraite.
a écrit le 02/03/2011 à 20:11 :
Complétement débile encore une fois on préfère créer de nouveaux contrats et pénaliser les autres qui veulent juste pas prendre de risque. L'assurance vie en euros est un placement prisé car on obtient une rémunération très correcte pour un niveau de risque quasi-nul. Si vous voulez inciter les Francais à investir en actions et prendre des risques : ALORS BAISSEZ LE TAUX D'IMPOSITION SUR LES PLUS VALUES MOBILIERES !!!!! ARRETEZ DE REPOUSSER LA DATE DE DETENTION DES TITRES QUI DONNE DROIT A DEDUCTION ET SURTOUT REDONNEZ UN INTERET AU PEA QUI EST JUSTE UN INVESTISSEMENT SUICIDE !! mais par qui on est dirigé AU SECOURS !!!

a écrit le 02/03/2011 à 18:29 :
hello les amis,
encore un contrat qui sert à rien. il serait plus sage de rendre ses lettres de noblesse à l'assurance vie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :