Les Français en mal d'un vrai produit d'épargne retraite

 |   |  410  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Conscient qu'ils doivent préparer leur retraite, les Français sont prêts à épargner sur le long terme. Mais ils s'abstiennent, faute de placement attractif.

Difficile de reprocher aux Français d'avoir mal perçu l'importance de préparer sa retraite. L'Observatoire BPCE sur le comportement des épargnants, note ainsi que 79 % d'entre eux estiment la récente réforme des retraites peu ou pas rassurante pour leurs futures pensions.

Bien sûr, épargner reste le meilleur moyen de répondre à cette inquiétude. « Sans surprise, elle augmente avec l'âge lorsqu'on est locataire, alors que les propriétaires sont plus enclins à préparer leur retraite » note Alain Tourdjman, directeur études et prospective à la BPCE.

Il faut dire que dans le pays où la « pierre » est reine, les épargnants commencent par acheter leur résidence principale. Histoire de ne plus avoir de crédit ni de loyer à payer une fois à la retraite. Et ensuite ? De l'assurance-vie, et c'est à peu près tout. Les sommes récoltées par les produits d'épargne dédiés à la retraite (Perco, Perp, Madelin, Préfon...) représente à peine 5 % des encours de l'assurance-vie. Et les dépôts sur le Perp (plan d'épargne retraite populaire) atteignent, en moyenne, 700 euros par an ! « Le Perp n'a pas gagné ses galons de produit de référence, même s'il est ouvert à tous. Des produits comme le Perco ou le Madelin sont plus avantageux mais réservés à une profession ou aux salariés de certaines entreprises », détaille Alain Tourdjman. Bilan : si 48 % des sondés envisagent d'utiliser un plan d'épargne retraite individuel, seuls 20 % ont franchi le pas (voir illustration).

Car, à force de multiplier à la fois les produits (Pere, Perco, Art. 83, Art. 39, Préfon, Madelin, Perp...), et les contrats, l'épargnant finit par s'y perdre. Et préfère différer la souscription d'un tel produit, souvent bloqué jusqu'au départ en retraite. Leur rigidité constitue d'ailleurs un autre frein pour les Français. 34 % des cadres souhaiteraient par exemple pouvoir choisir entre une sortie en rente et en capital au moment de la retraite.

Une garantie d'État

Avec la crise, la crainte d'un retournement des marchés financiers, ou d'une faillite de l'établissement est aussi présente à l'esprit. D'autant que ces placements durent 30 ou 40 ans...

La solution ? « Il faudrait inventer un produit référence, avec une garantie de bonne fin apportée par l'État afin de rassurer les Français », estime Alain Tourdjman. En Allemagne, un tel plan d'épargne retraite, baptisé « W. Riester » et lancé il y a 10 ans a déjà séduit 14 millions de personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2011 à 17:16 :
L'idée d'un produit émis ou garanti par l'état; voir comme en allemagne, semblerait mieux convenir aux épargnants .. cela permettrait également une collecte mieux assurrée de tous ces fonds .
a écrit le 10/03/2011 à 10:30 :
L'investissement locatif est le moyen le plus sur et le plus rentable sur le long terme... surtout le LMNP
a écrit le 10/03/2011 à 0:01 :
J'ai un plan: je crée le fonds Sarkofix selon le modèle Maddoff. Autrement dit, vous m'envoyez votre argent, je vous fait les promesses qui vous font le plus de bien et je vais à la plage en attendant :-) Que c'est beau le capitalisme quand même ! Et la cerise sur le gâteau, c'est que vous en redemandez :-)
Réponse de le 10/03/2011 à 4:16 :
Sarkofix :) j'aime bien ... ça marcherait !! ton truc ... si on déréglementait un peu plus
a écrit le 09/03/2011 à 19:46 :
oui. Il faut créer un vrai produit d'épargne retraite pour que l'UMP le taxe bien à fond. Epargnez plus, pour raquer plus !
a écrit le 09/03/2011 à 15:06 :
Pourquoi réinventer la roue ??? L'assurance vie c'est très bien mais il faut arrêter de taxer le petit épargnant car à force, ces placements ne sont plus rentables et il va finir par racheter de la pierre.
Réponse de le 10/03/2011 à 4:20 :
Bahh si le petit épargnant fini par racheter de la pierre , on aura plus besoin de subventionner des produits Scellier qui font gagner 30% d'impôt mais qui sont vendus 20% plus cher (les promoteurs aiment vos impôts ...) et on construira un peu plus de logements pour notre population qui grossi ... où est le mal ?
Réponse de le 10/03/2011 à 10:35 :
mais de quoi parlez vous Monsieur Laurent. vous êtes un expert pour affirmer que le Scellier coute 20% plus cher ? plus cher que quoi, que l'ancien ? Assayez-vous prenez une calculatrice et analyser en détail tous les couts supplementaires que vous aurez sur une période de 15 ans en investissant dans l'ancien (remise au norme ascenceur, electricité, plomberie, ravallement et j'en passe). Si vous êtes de ceux qui croient que les promoteurs margent de 20%, vous êtes complètement à coté de la plaque et en connaissez absolument rien à ce domaine.
Réponse de le 11/03/2011 à 3:59 :
Non pas de l'ancien ... en tout cas si vous achetez du scellier comparez .. et faites croire que vous achetez pour habiter ...les tarifs ne sont pas toujours les mêmes. C'est normal que les promoteurs margent, mais si ils margent plus là où ils vous font miroiter des réductions d'impôts ... bahh moi j'appelle cela donner ses impôts aux promoteurs...
a écrit le 09/03/2011 à 12:38 :
Un autre élément joue également: l'insécurité fiscale. Au gré des gouvernements et des déficits, un placement est subitement taxé de manière rétroactive malgré tous les engagements et promesses lors de la signature. L'État profite de son pouvoir régalien et remet en cause la rentabilité d'années d'efforts d'épargne.
a écrit le 09/03/2011 à 11:31 :
on veut nous faire croire que la capitalisation résoudra le problème des retraites ; or, les français ne sont pas dupes...
il faut déjà avoir la capacité d'épargne ce qui loin d'être le cas de tout le monde;

la retraite par répartition que diable ! la capitalisation est un leurre; les politiques se déchargent sur la capi ce qui plus facile que d'affronter les vrais questions
Réponse de le 09/03/2011 à 15:07 :
La répartition aussi est un leurre surtout pour les plus jeunes. Allez voir les retraites que l'on nous promet, ça fait peur ! Le rendement est minable et le montant de la retraite ne permettra même plus de se loger chez soi bientôt...
Réponse de le 09/03/2011 à 16:27 :
C'est déjà le cas: les retraites sont déjà misérables, mais on ne peut demander aux autres de payer. Je ne vois pas vraiment de solution, car la capitalisation tant rêvé en France existe au Canada (où j'habite) et ne résoud en rien les problèmes même avec le système de "clawback" en place.
Réponse de le 10/03/2011 à 4:23 :
Moi aussi je suis au Canada , leur système de retraite de l'état ne leur donne que le minimum vieillesse et après il faut qu'il investissent dans un REER (une sorte de PERCO) ce que beaucoup ne font pas ...et ils finissent donc au minimum vieillesse ... c'est le système rêvé pour qui ?
Réponse de le 06/04/2011 à 14:35 :
et que coyez vous qu'on aura dans 30 ans pour ceux qui particiront à la retraite à ce moment là ?
le minimum vieillesse !
et pourtant on aura cotiser 40 ans et quelques :-(

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :