Retraites complémentaires : comment peut-on optimiser la fiscalité ?

 |   |  278  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Par Christian Carrega, Directeur général de Préfon

Les salariés du privé comme du public peuvent déduire de leur revenu imposable les cotisations et les rachats d'années dans la limite de 10 % des revenus professionnels nets en 2010. Si le cotisant n'a que peu ou pas de revenus professionnels, il peut appliquer le plafond minimum fixé à 10 % du plafond annuel de la Sécu, soit 3.462 euros pour l'année 2010. Si les revenus annuels dépassent 8 fois ce plafond, la déduction maximale est de 27.696 euros. De nombreux salariés effectuent ainsi, en fin d'année des versements sur leur contrat. Les agents de la Fonction publique bénéficient, sous conditions, d'un avantage supplémentaire et ce, jusqu'en 2012. Ils peuvent déduire plus que le plafond de l'épargne retraite, via le rachat de deux années supplémentaires de cotisations.

Prenons l'exemple d'un couple de fonctionnaires dont les revenus annuels nets sont de 20.000 et 40.000 euros, soit un plafond de déduction global de 7.462 euros (3.462 euros pour l'un et 10 % de 40.000 euros, soit 4.000 euros, pour l'autre). Trois niveaux de déduction sont possibles pour ce couple. Soit chaque conjoint cotise à la complémentaire retraite. Leur cotisation annuelle commune équivaut à 2.234 euros et peut être entièrement déduite. Soit le couple rachète 4 années supplémentaires, soit 4.468 euros (inférieur donc, avec la cotisation annuelle globale de 2.234 euros, au plafond de 7.462 euros). Ce qui fait un total de 6.702 euros de cotisations. Soit le couple décide de racheter deux années de cotisations suplémentaires, et donc de déduire la somme de 4.468 euros hors plafond. La somme globale déductible des revenus 2010 du foyer est alors de 11.172 euros, impliquant donc une assiette imposable de 48.830 euros seulement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2010 à 8:11 :
Comment peut écouter le responsable d'une société financière qui n'est plus en mesure de couvrir ses engagements.
Prefon a été dans l'obligation de recevoir des fonds d'autres sociétés financières pour ne pas couler car elle n'est plus en mesure de payer ses prestations par rapport à ses engagements et ses actifs.
C'est une société totalement opaque.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :