Immobilier : les propriétaires incités par la Fnaim à "éco-rénover" leur logement

 |   |  435  mots
Une opération intitulée "100.000 logements écorénovés", visant à inciter les propriétaires à améliorer la performance énergétique de leurs biens immobiliers, débute cette semaine

la Fnaim prend enfin à bras-le-corps les questions liées au développement durable. La Fédération d'agents immobiliers et d'administrateurs de biens a lancé mardi une opération intitulée "100.000 logements éco-rénovés", visant à sensibiliser les propriétaires bailleurs et vendeurs de telle manière qu'ils tiennent compte de la performance énergétique de leurs biens et qu'ils les rénovent si besoin. La Fnaim est concernée à plusieurs titres. Les agents immobiliers devront afficher à compter du 1er janvier 2011 dans toutes les annonces (« La Tribune » du 19 août) la performance énergétique des biens à louer ou à vendre, et auront donc un rôle pédagogique à jouer vis-à-vis des propriétaires comme des accédants à la propriété et des locataires. De leur côté, les syndics et administrateurs de biens devront inciter les propriétaires à réaliser des travaux, pour préserver la valeur patrimoniale de leurs biens. Les syndics seront, en tout état de cause, tenus de faire réaliser avant le 31 décembre 2016 un diagnostic de performance énergétique pour tous les bâtiments qu'ils gèrent, dès lors qu'ils sont équipés d'une installation collective de chauffage ou de refroidissement.

Aucun pouvoir des agents

Pour les immeubles comportant au moins 50 lots, équipés à l'identique et dont le permis de construire est antérieur au 1er juin 2011, un audit énergétique devra aussi être réalisé. « Notre devoir est de faire prendre conscience à nos clients que le deuxième loyer, lié aux charges de chauffage, et que le coût de fonctionnement d'un bien immobilier sont essentiels lors d'une location ou d'une acquisition », note Jean-François Buet, le secrétaire général de la Fnaim. Le syndicat, qui a été au coeur de la polémique sur les prix immobiliers en 2009, trouve là l'occasion de soigner son image.

Car la réalité sur le terrain risque d'être très complexe. Benoît Fauchard, président délégué en charge du développement durable, précise que le syndicat "ne va pas laisser les bailleurs louer des épaves thermiques". Mais dans les faits, les syndics comme les agents immobiliers n'auront aucun pouvoir de coercition, en l'état actuel des textes de loi. Or si les Français citent la bonne performance énergétique du logement comme un critère de poids lors d'un achat immobilier, seules 46 % des personnes interrogées se disent prêtes à investir pour bénéficier d'un bien présentant une bonne performance énergétique.

A retrouver sur "La Tribune" :

"Prix de l'immobilier : gare à la décote avec l'arrivée de l'étiquette énergie"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :