EXCLUSIF Prix de l'immobilier : gare à la décote avec l'arrivée de l'"étiquette énergie"

 |   |  326  mots
La mention de la performance énergétique des logements devra être systématique dans les annonces immobilières, à compter du 1er janvier 2011. Cela pourrait entraîner une décote de 10% à 15% de la valeur des biens énergivores.

Vous l'avez vue sur votre dernier réfrigérateur, elle est apposée sur les voitures neuves, elle pourrait faire son apparition pour les logements. Elle ? L'étiquette énergie qui classe de A à G la performance énergétique d'un objet ou d'un bien. À partir du 1er janvier 2011, la loi Grenelle 2 prévoit que les annonces immobilières devront préciser la performance énergétique des appartements ou des maisons mis en vente ou en location. Une manière de susciter une prise de conscience et d'inciter les propriétaires à réduire leur consommation ou à rénover leurs logements alors que le bâtiment est au coeur de la bataille contre le changement climatique. Le secteur génère 21 % des émissions de CO2 et 43 % de la consommation d'énergie de la France.

Le décret précisant les modalités d'application du nouvel article L. 134-4-3 du Code de la construction n'a pas été publié et sa mise en musique ne sera pas aisée. Les particuliers désireux de louer ou de vendre devront faire réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) avant de publier leur annonce. Or la validité de ces DPE reste sujette à caution. Mais si un logement est classé E, F ou G, le loyer ou le prix de vente pourraient en souffrir. « Je me vois mal proposer dans mon agence immobilière des biens notés G, note le président délégué de la Fnaim en charge du développement durable, Benoît Fauchard. Comme en Allemagne, le second loyer va devenir plus perceptible?: un loyer bas mais assorti de charges de chauffage lourdes paraîtra moins intéressant qu'un loyer plus élevé mais compensé par de faibles charges. »

Retrouvez l'ensemble de cette enquête et les détails sur les risques de décote pour des millions de Français qui cherchent à vendre ou à louer leur bien immobilier dans La Tribune de ce jeudi 19 août.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2010 à 11:47 :
un bon prix comprend l'état général du bâtiment.evidemment,si les fenetres sont ne mauvaises état,on pense à une décote si et seulement si on juge utile de les remplacer par du dvitrage par exemple......et si on mettait du triple vitrage,alors on fait une offre encore moins chère......c du délire cette info...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :