Malgré la crise, les salariés du public et du privé sont impliqués dans leur travail

 |   |  381  mots
Copyright Reuters
Selon l'enquête climat social de l'Observatoire Cegos 2011, près d'un salarié sur deux estime que le climat social de son entreprise/administration s'est dégradé.

Malgré le contexte économique et social dégradé, les salariés restent impliqués (75 %) dans leur travail. Un constat valable tant dans les entreprises privées que dans la fonction publique. La Cegos, qui a interrogé 1.300 salariés et 466 DRH en septembre 2011, a en effet pour la première fois mesuré le climat social dans les entreprises privées et du secteur public. Une radiographie qui montre des similitudes (sur la motivation par exemple), mais également des disparités, même au sein de la fonction publique. Ainsi, en termes de satisfaction dans le travail, les salariés du public sont plus nombreux à l'exprimer (63 %) que dans le privé (59 %).
Mais être motivé ne veut pas pour autant dire que le climat social dans l'entreprise est satisfaisant. En effet, si les salariés expriment un avis plutôt positif quant au climat au sein de leur équipe (62 %), ils sont plus critiques quant à celui qui règne dans leur entreprise ou leur administration, puisque seuls 55 % d'entre eux le jugent positif. Plus préoccupant, note la Cegos, si près d'un salarié sur deux (48 %) affirme que depuis un an le climat social s'est dégradé, c'est dans le secteur public que le phénomène est sensible puisque 58 % des personnes interrogées (contre 39 % dans le privé), la perçoivent. Le Cegos montre que c'est dans la fonction d'Etat, visée par la Révision générale des politiques publiques (RGPP) que cette dégradation est la plus palpable (67 %), devant l'hospitalière (62 %) et la territoriale (53 %). Conséquence : 74 % des fonctionnaires estiment que les réformes de l'Etat se sont traduites par une réduction des effectifs (69 %), ayant selon la majorité d'entre eux (74 % en moyenne, mais 84 % dans la fonction publique d'Etat) un impact négatif sur la qualité du service rendu aux usagers. Un sentiment que partagent d'ailleurs les DRH à 54 %.
L'enquête montre également que si les salariés restent globalement satisfaits de leur job (59 %) en termes de conditions de travail et de missions, ils le sont moins qu'en 2009. A noter également que les salariés du public sont davantage satisfaits (63 %) de leur travail que ceux du privé (56 %). Enfin, en termes d'horaires de travail, DRH, comme salariés, les considèrent comme adaptés à l'activité... même si les DRH du privé souhaitent (à 46 %) revoir leur accord 35 heures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :