Téléchargez
notre application
Ouvrir

En 2010, 27% des Français à temps partiel voulaient travailler plus

Par Agathe Machecourt  |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Quelque 8,5 millions de travailleurs de l'Union européenne employés à temps partiel souhaitaient et étaient disponibles pour travailler plus en 2010, dont plus de 1,2 million de Français.

Un peu plus de 1,2 million de Français employés à temps partiel souhaitaient et étaient disponibles pour travailler plus en 2010, selon une enquête Eurostat publiée ce jeudi. Le temps partiel est donc subi pour un employé sur quatre travaillant à temps partiel dans l'Hexagone, alors que dans l'ensemble de l'Union européenne (UE), ce ratio est d'un sur cinq. En France, les salariés à temps partiel représentent 17,8% du total des emplois, un taux légèrement inférieur à la moyenne européenne qui se situe à 19,1%.

La France se classe au troisième rang en volume des employés à temps partiel souhaitant travailler plus, après l'Allemagne et le Royaume-Uni qui comptent respectivement plus de 2,2 millions et quelque 1,7 million de salariés à temps partiel voulant travailler plus. En tout, ce sont 8,5 millions d'Européens à temps partiel qui souhaiteraient augmenter leur temps de travail.

Dans certains pays, le temps partiel est un choix. En Belgique, par exemple, seuls 3,5% des salariés concernés souhaitent travailler plus, alors qu'ils représentent 23,9% de la population employée. Aux Pays-Bas, c'est près d'un travailleur sur deux qui dispose d'un contrat à temps partiel, et seuls 2,7% d'entre eux souhaiteraient augmenter leur temps de travail.

En revanche, dans les pays pauvres de l'Union européenne, le phénomène est inverse. En Bulgarie, Lituanie, Slovaquie ou à Chypre, plus d'un salarié à temps partiel sur trois souhaiterait travailler plus. En Lettonie, ce ratio s'élève à 2 sur 3. Dans ces pays, les temps partiels représentent pourtant une faible part de l'emploi total. En Bulgarie, ils ne correspondent qu'à 2,3% de la population en emploi.

La Grèce et l'Espagne, pays fortement touchés par la crise sont également champions des temps partiels subis puisque plus de 45% des salariés grecs et espagnols concernés souhaitaient et étaient disponibles pour travailler plus en 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :