Quel est le secteur qui créé encore des emplois ?

 |   |  352  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Altus Energy)
Selon l'Insee, les effectifs des éco-activités (traitement de la pollution de l'air, des déchets, des eaux usées, du bruit, énergies renouvelables...) ont progressé de 4,5% en 2010 quand ceux des autres secteurs étaient en quasi-stagnation. Au total, 960.000 personnes travaillaient dans l'économie verte en 2010.

Et la palme d'or revient à... l'économie verte. Selon le rapport sur les comptes de la nation 2011 publié ce mercredi par l'Insee, l'économie orientée sur la protection de l'environnement se portait bien mieux que les autres branches entre 2009 et 2010. Les effectifs dans les éco-activités ont augmenté de 4,5% l'année dernière pour s'élever à 452.600 personnes, dont les deux tiers dans les éco-activités marchandes des entreprises, alors qu'ils étaient en quasi stagnation dans l'ensemble des secteurs (+0,1%), sur fond de crise mondiale.

Les belles heures de la filière photovoltaïque

Les éco-activités, comme les traitements de la pollution de l'air, des déchets, eaux usées ou du bruit employaient 267.700 personnes en équivalent temps plein. La gestion des eaux usées et celle des déchets représentaient près de 100.000 emplois chacune, tandis que celle des ressources naturelles employait plus de 125.000 personnes, dont la moitié dans la production d'énergies renouvelables.
C'est d'ailleurs dans ce secteur que les emplois ont le plus augmenté (+19%). La filière photovoltaïque a notamment vu ses effectifs doubler. Compte tenu des modifications de la fiscalité et de la baisse des tarifs d'achat de l'électricité décidés par le gouvernement à l'automne 2010, cette dynamique ne s'est sûrement pas prolongée en 2011. L'Insee devrait nous instruire sur ce point prochainement. Selon le Syndicat des énergies renouvelables (SER), le photovoltaïque aurait détruit 7.000 emplois sur 25.000, en 2011.

Répondre aux besoins croissants des ménages et des entreprises

Les autres emplois concernaient des activités adaptées à la protection de l'environnement, comme les travaux d'isolation et d'étanchéité pour améliorer l'efficacité énergétique du bâti et consommer moins d'énergie (176.300 emplois). Inscrits dans le Grenelle de l'Environnement de 2007 à la rubrique transports, les projets de construction de liaisons ferroviaires et de matériels roulants, entre autres, ont occupé 128.200 salariés.

Au total, répondant à des besoins croissants des ménages et des entreprises l'économie verte, qui regroupe les éco-activités et les activités de production de biens et services périphériques à la protection de l'environnement, employait 960.000 en 2010.

 

 

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2012 à 17:59 :
Nous avons maintenant le tiers des masters sur le carreau, ne parlons pas des licenciés quand autrefois on était par exemple avocat au barreau, il n'y a rien. C'est du cynisme.
a écrit le 21/06/2012 à 15:46 :
les métiers liés au recyclage ,qui profitent de la généralisation des déchetteries ,peinent à recruter ,leurs entreprises sont florissantes ,seul bémol le recyclage de certains métaux comme l'or ,les terres rares ,cadmium et silicium venant de déchets électroniques ne se fait qu'en Allemagne ,la filière plastique balbutie ,il y a des entreprises à créer chez-nous.
Personnellement je serais au gouvernement le recyclage serait mon premier sujet d'intérêt ,pas de ressources à importer ,énergie bon marché ,utilisation de friches industrielles,emplois peu qualifiés ou à qualifier ,nouvelles machines ,nouveaux process ,de nombreux chimistes sont au chômage on peut le faire.
a écrit le 21/06/2012 à 11:25 :
Eva joly avait et a toujours raison.L'ecologie est source de creation d'emplois reels en France mais beaucoup de francais ne se sont interesses seulement qu'a son accent nordique et on l'a detruite...Elle reviendra. .
Réponse de le 21/06/2012 à 12:03 :
Pour encore perdre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :