La Tribune

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'évolution des retraites!

Copyright Reuters
Jean-Christophe Chanut  |   -  2433  mots
Le Conseil d'orientation des retraites (COR) a présenté ce mercredi 19 décembre ses nouvelles projections sur l 'évolution de 33 régimes de retraite. On trouvera ici une synthèse de ce volumineux rapport qui explicite la méthodologie et les scénarios retenus par le COR pour tenir compte de l'évolution des régimes qu'il s'agisse du nombre des cotisants et des retraités, des conditions pour un retour à l'équilibre financier (en 2020, 2040 ou 2060), du montant des pensions, etc. A partir des travaux du COR, le gouvernement va "plancher" dès 2013 sur une nouvelle réforme des retraites.

On les attendait depuis 2010... Les voilà. Le Conseil d'orientation des retraites (COR) a rendu publiques aujourd'hui ses nouvelles projections financières sur les régimes de retraite à l'horizon 2060. Soit dix ans de plus que les précédentes projections. On trouvera ci-dessous une synthèse -certes un peu longue mais qui permet à tout le monde de bien saisir les données du problème - de ce rapport très complet.

Méthodologie et scénarios adoptés par le COR

Ainsi, les hypothèses démographiques sont celles du scénario central de l'INSEE datant de 2010, avec un taux de fécondité de 1,95 enfant par femme, un solde migratoire de +100.000 par an et des gains d'espérance de vie à 60 ans de l'ordre d'un trimestre tous les deux ans. La population active -en emploi ou au chômage- augmenterait mais le nombre de personnes actives rapporté au nombre de personnes inactives de 60 ans et plus diminuerait sensiblement, passant de 2,1 en 2010 à 1,5 en 2060. Les hypothèses économiques correspondent à trois scénarios présentés par la direction générale du Trésor (A, B et C), complétés par deux variantes plus contrastées (A' et C'). Ces scénarios et variantes -qui paraissent toutes assez optimistes!- se distinguent notamment par les hypothèses à long terme en matière de taux de chômage et de progression annuelle de la productivité du travail: respectivement 4,5% et 1,8% pour le scénario A, 4,5% et 1,5% pour le scénario B, 7% et 1,3% pour le scénario C, enfin, pour les deux variantes, 4,5% et 2% pour A' et 7% et 1% pour C'. Ces scénarios et variantes permettent de couvrir un vaste champ des possibles, plus large que pour les précédentes projections du COR de 2010. Jusqu'en 2017, tous les scénarios ont une trajectoire commune, correspondant aux prévisions économiques pluriannuelles du Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013. En raison de la crise, le déficit d'activité resterait encore très creusé en 2017 et les scénarios et variantes se distinguent au-delà par les profils de sortie de crise : l'économie retournerait à son équilibre de long terme entre 2024 et 2031. Par ailleurs, les projections sont réalisées «à législation inchangée». Seules les évolutions de la réglementation d'ores et déjà actées sont prises en compte: allongement jusqu'en 2020 de la durée d'assurance requise pour une retraite à taux plein, relèvement des âges légaux de la retraite, possibilité de partir à la retraite à 60 ans pour certaines personnes ayant commencé à travailler avant l'âge de 20 ans, relèvements programmés de taux de cotisation... Les contributions et subventions d'équilibre, dont bénéficient plusieurs régimes de retraite (fonction publique d'État, CNIEG, SNCF, RATP...), sont supposées évoluer comme l'assiette des cotisations de ces régimes; ce ne sont en aucun cas, par hypothèse, des contributions et subventions d'équilibre en projection. Les besoins de financement ou excédents à l'avenir s'interprètent alors comme les efforts à réaliser en plus ou en moins par rapport à ceux effectués en 2011, pour continuer à équilibrer ces régimes.

Evolution des effectifs cotisants et retraités, le rapport démographique se dégrade

Les perspectives financières du système de retraite français sont construites à partir des projections réalisées par 33 des principaux régimes de base et complémentaires (ce qui n'était pas le cas en 2010 où les projections avaient été bâties à partir des cinq principaux régimes) ainsi que des projections du Fonds de solidarité vieillesse (FSV).  De 25,7 millions en 2011, le nombre de cotisants passerait à environ 27 millions en 2020 puis à 27,7 millions (scénario C et variante C') et 28,4 millions (scénario A et B ainsi que variante A') en 2030. A plus long terme, l'évolution de l'emploi est portée principalement par celle de la population des 15-64 ans. En 2060, le nombre de cotisants atteindrait 28,8 millions dans le scénario C et la variante C' et 29,5 millions dans les scénarios A et B ainsi que dans la variante A'. Le nombre de retraités de droit direct progresserait quant à lui sur toute la période de projection, passant de 15,1 à 21,8 millions entre 2011 et 2060 dans les différents scénarios et variantes. L'évolution serait particulièrement rapide jusque vers 2035-2040 du fait de l'arrivée à la retraite des générations nombreuses du baby boom. Sur les dix premières années de projection, cette évolution rapide serait cependant atténuée par la montée en charge des effets de la réforme des retraites de 2010 (+0,9 % par an en moyenne entre 2011 et 2021, puis +1,2 % entre 2021 et 2035). Ensuite, la population de retraités augmenterait de façon plus modérée (+0,4% par an en moyenne), portée uniquement par les gains d'espérance de vie. Au total, les effectifs de retraités de droit direct augmenteraient davantage que les effectifs de cotisants et le rapport démographique, qui rapporte les seconds aux premiers, se détériorerait sur pratiquement toute la période de projection. Après une baisse marquée, liée à la hausse du chômage en 2012 et 2013, la diminution resterait à moyen terme contenue par la baisse du chômage et les effets de la réforme des retraites de 2010, permettant de maintenir un rapport démographique d'environ 1,65 cotisant par retraité de droit direct à l'horizon 2020. Mais ce dernier baisserait ensuite fortement sous l'effet du papy boom, pour passer à moins de 1,4 dans les années 2040, et à moins de 1,35 à l'horizon 2060

Les perspectives financières moins dégardées qu'en 2010!

La situation financière des régimes de retraite à court et moyen terme serait marquée par le contexte macroéconomique dégradé liée à la poursuite de la crise jusqu'en 2013, puis par l'amélioration progressive escomptée pendant tout le reste de la décennie jusqu'en 2020. Le solde du système de retraite (y compris le FSV) resterait négatif à court et moyen terme. Le besoin de financement se creuserait régulièrement au cours des premières années, passant de 14 milliards d'euros en 2011 à 18,8 milliards en 2017, soit respectivement 0,7 et 0,9 point de PIB. Dans les scénarios économiques les plus favorables -scénario A et variante A'-, il commencerait ensuite à se réduire grâce au dynamisme accru des ressources lié à la diminution du chômage et à l'amélioration des salaires. A l'inverse, il continuerait de se creuser dans les scénarios les moins favorables. Le besoin de financement du système de retraite représenterait en 2020 entre 20,8 et 24,9 milliards d'euros selon les scénarios et variantes, soit 0,9 à 1 point de PIB. Par rapport aux projections réalisées en 2010, ces perspectives financières apparaissent moins dégradées, sans qu'il ait été possible de quantifier toutes les sources d'écart : cadre comptable modifié, hypothèse conventionnelle pour le taux de cotisation implicite de l'Etat employeur différente, hypothèses démographiques révisées, prise en compte de toutes les évolutions depuis 2010 de la législation sur les retraites, nouveaux scénarios économiques... Au total, le système de retraite resterait en besoin de financement en 2020. A long terme, les ressources projetées dépendent principalement des hypothèses économiques alors que la crise pèserait négativement sur les pensions futures des générations touchées.

Retour à l'équilibre entre 2050 et 2060

Les évolutions conjuguées des dépenses et des ressources du système de retraite se traduiraient par un solde durablement négatif. Toutefois, la hausse des ressources liée à la croissance de la population en âge de travailler à partir de 2030 permettrait à plus long terme un retour à l'équilibre dans le scénario A (vers le milieu des années 2050) et la variante A' (dès le début des années 2040). Conjuguée à l'hypothèse de rendements AGIRC-ARRCO décroissants, ce serait également le cas dans le scénario B en fin de période de projection. A l'inverse, un besoin de financement du système de retraite subsisterait jusqu'en 2060 dans les scénarios économiques les moins favorables avec l'hypothèse de rendements AGIRC-ARRCO constants (0,6 point de PIB dans le scénario B, 1,5 point dans le scénario C et 2,9 points dans la variante C'), et même avec l'hypothèse de rendements AGIRC-ARRCO décroissants dans le scénario C et la variante C'. Le solde financier du système de retraite en 2060 pourrait ainsi représenter, en milliards d'euros de 2011, de -105 milliards d'euros (variance C' et rendements AGIRC-ARRCO constants) à +93 milliards d'euros (variance A' et rendements AGIRC-ARRCO décroissants), soit de -2,9 à +1,7 point de PIB. Cette fourchette de résultats souligne la grande sensibilité de l'équilibre de long terme du système de retraite aux évolutions démographiques et économiques.

L'évolution des pensions

Après une hausse en moyenne de 0,8% par an entre 2011 et 2020, la pension moyenne augmenterait ensuite moins vite (de +0,5% à +0,7% par an entre 2020 et 2030 selon les scénarios et variantes), ce qui reflèterait avec retard les effets de la crise, et progresserait à nouveau plus rapidement après 2030. Au total, elle augmenterait, selon les scénarios et variantes, et selon l'hypothèse de rendements pour l'AGIRC et l'ARRCO, de 37% à 60% entre 2011 et 2060 en termes réels, donc au-delà de l'inflation. Cette hausse serait toutefois moins importante que celle des revenus d'activité bruts, directement liée aux hypothèses de productivité. Par conséquent, la pension moyenne rapportée au revenu d'activité moyen baisserait à l'horizon 2060, ce d'autant que les gains de productivité sont élevés. Entre 2011 et 2060, la pension moyenne rapportée au revenu d'activité brut moyen diminuerait de 10% à 28% selon les scénarios et variantes économiques sous l'hypothèse de rendements AGIRC-ARRCO constants, et de 14% à 35% sous l'hypothèse de rendements décroissants. Cependant, comme la progression des revenus d'activité serait ralentie du fait de la crise (+0,7% par an en moyenne entre 2011 et 2020), la pension moyenne rapportée au revenu d'activité brut moyen augmenterait jusqu'au milieu de la décennie 2010, et ce n'est qu'un peu après 2020 que son niveau deviendrait inférieur à celui de 2011. La hausse du taux de prélèvement  supplémentaire sur les actifs nécessaire pour équilibrer le système de retraite serait de l'ordre de 2 points en 2020. A plus long terme, les évolutions du taux de prélèvement pour maintenir le système de retraite à l'équilibre dépend de l'évolution du solde financier avant rééquilibrage, le taux de prélèvement supplémentaire augmentant dans certains scénarios ou variantes et diminuant dans d'autres jusqu'à passer en-dessous du niveau des taux de prélèvement de 2011 suite à l'apparition d'excédents. Du fait des hausses de prélèvement déjà programmées et de ces ajustements supplémentaires pour assurer l'équilibre comptable du système de retraite, la pension nette moyenne rapportée au revenu d'activité net moyen serait supérieure d'environ 5 points en 2020 par rapport à son niveau de 2011. Après 2020, elle diminuerait, tout en restant supérieure à son niveau de 2011 jusque vers 2025 (plus tard dans la variante C'). L'ampleur de cette diminution serait très contrastée selon les scénarios et variantes. La pension nette moyenne rapportée au revenu d'activité net moyen baisserait, entre 2011 et 2060, de 1% à 28% sous l'hypothèse de rendements AGIRC-ARRCO constants et de 7% à 38% sous l'hypothèse de rendements décroissants.

Les conditions de l'équilibre du système de retraite

Selon les projections, l'âge effectif moyen de départ à la retraite augmenterait d'environ 1 an entre 2011 et 2020, et le besoin de financement du système de retraite représenterait en 2020 environ 1 point de PIB. Si on fait l'hypothèse conventionnelle que le besoin de financement serait intégralement couvert par de nouvelles hausses de prélèvement à la charge des actifs, le taux de prélèvement pour le système de retraite augmenterait d'un peu plus de 2 points et s'élèverait alors à environ 32%. Après application de cette hausse, le rapport entre le niveau moyen des pensions nettes et le revenu moyen net des actifs augmenterait d'environ 5% entre 2011 et 2020 ; au cours de cette période, le revenu moyen net des actifs, dont la progression serait ralentie du fait de la crise et de cette hausse supplémentaire de prélèvement, évoluerait en effet moins vite que la pension moyenne nette.

Si tout l'ajustement à l'horizon 2020 (en retenant le scénario B) se faisait sur un seul des trois leviers, en supposant acquise la hausse projetée d'environ 1 an de l'âge effectif moyen de départ à la retraite par rapport à 2011, il faudrait pour atteindre l'équilibre annuel en 2020 :
- soit une hausse du taux de prélèvement moyen de 1,1 point par rapport au taux moyen atteint en 2020 ;
- soit une baisse du rapport entre la pension moyenne nette et le revenu moyen net d'activité de 5 % par rapport à 2011 ;
- soit un décalage supplémentaire de l'âge effectif moyen de départ d'environ 6 mois, c'est-à-dire un décalage au total d'environ un an et demi par rapport à 2011.

En 2040 et 2060, en supposant acquise la hausse projetée de deux ans de l'âge effectif moyen de départ à la retraite par rapport à 2011, il faudrait pour atteindre l'équilibre annuel :
- soit une hausse du taux de prélèvement moyen de respectivement 5 et 6,2 points ;
- soit une baisse du rapport entre la pension moyenne nette et le revenu moyen net d'activité de respectivement 20 et 25,3 % par rapport à 2011 ;
- soit un décalage supplémentaire de l'âge effectif moyen de départ à la retraite d'un peu plus de 4 ans en 2040 (soit au total un peu plus de 6 ans par rapport à 2011) et de près de 5 ans en 2060 (soit un décalage total de près de 7 ans par rapport à 2011).

Enfin, pour illustrer l'éventualité d'une diminution des taux de cotisation à l'assurance chômage qui, à taux de prélèvement global inchangé, autoriserait d'augmenter les taux de cotisation à l'assurance vieillesse, des projections de l'UNEDIC ont été réalisées dans les différents scénarios et variantes. La baisse du taux de cotisation global à l'UNEDIC serait comprise à terme entre 1,1 point (scénario C et variante C') et 2,2 à 2,3 points (scénarios A et B et variante A'), ce qui permettrait de dégager des recettes de cotisations équivalent respectivement à 0,3 point de PIB et 0,6 point de PIB.

Il reste maintenant, sur les bases de ce rapport du COR, à une commission ad hoc de remettre début 2013 des propositions de pistes de réforme au Premier ministre. Puis viendra le temps de la concertation avec le patronat et les syndicats avant l'élaboration d'un projet de loi qui devra prendre en compte le court terme... et le long terme.
 

Réagir

Commentaires

whynot  a écrit le 24/01/2013 à 19:25 :

Les retraites coûtent 12.5% du pib et sont versées au 1/4 de la population Française. Ce dispositif verse des montants élevés à ceux qui ont eu de belles carrières et une misère aux exclus qui ont galéré toute leur vie. Les montants prélevés empêchent le développement de l'économie, ce qui provoque un chômage de masse supporté par une part de plus en plus importante de la population. Au lieu de réformer ce système injuste, inefficace et dangereux, on nous propose un acharnement thérapeutique qui ne fera qu'empirer la situation. Combien de chômeurs, de pauvres et d'exclus de plus nous faudra-t-il pour qu'on traite cette question de manière juste et efficace?

Limouseniors  a écrit le 27/12/2012 à 9:19 :

Depuis longtemps la régularisation des retraites auraient dues être faites. Dans une soit disant République dont les "principes" sont parait-il Liberté, Egalité, Fraternité
Ceux qui ont travaillé dans l'industrie privée, même avant 20 ans, même dans des conditions pénibles, même s'ils ont de graves maladies reconnues et prise en charges à 100% par la CPAM, doivent attendre 62 ans avant d'avoir la retraite, quand ils sont pas décédés avant
Par contre les "fonctionnaires" qui travaillent dans des bureaux ont leurs retraites à 59 ans et 3 mois
Pire certains services comme l'EDF etc. qui ont leurs retraites à 55 ans voir 52 ans s'ils ont tous leurs points, et qui passent les 3/4 de leurs temps d'astreinte chez eux
C'est Egalité et la Fraternité Républicaine Française!

snoppy 63  a répondu le 25/01/2013 à 9:14:

pour vous tous les fonctionnaires travaillent dans des bureaux.....
dans les hopitaux publics les infirmières ont un travail qui est loin d'être une sinécure....
A la poste, votre facteur -s'il est dans cette fonction avant 1999- est probablement fonctionnaire est il n'est pas dans un bureau....
en 1999 les agents EDF après la tempête, en plein hiver était loin d'être planqués

Jean-Jean  a écrit le 21/12/2012 à 12:48 :



Il est évident que la fragilité de nos régimes de retraite est connue des spécialistes depuis bien longtemps. Michel Roccard avait publié un livre sur le sujet en 1991...Tous les gouvernements successifs n'ont pas voulu voir ou ont reculé, sous la pression de la rue.Maintenant c'est devenu encore plus compliqué.Plus le temps passe plus les retraités sont nombreux et moins il y a de cotisants. Cette situation n'a pourtant pas surpris nos politiques, qui au fil du temps ont aggravé la situation.En 2005 quand face au problème des retraites EDF il fut décidé de faire appel au caisses du privé,on savait, alors, la solution mauvaise,mais elle a été choisie en connaissance de cause pour ne pas fâcher le personnel d'EDF .Cette manipulation a été faite en catimini,les salariés du privé n'ont, bien sûr, pas été alertés. On se retrouve maintenant dans une situation inextricable:Une population de salariés qui tient à des "avantages acquis" et qui a bénéficié de nouvelles faveurs en 2010. 3 entreprises regroupent principalement les régimes intouchables : EDF,SNCF,RATP . Là encore les dirigeants de l'époque savaient qu'il commettaient une faute grave en ne remettant pas en cause ces régimes spéciaux.Je dis bien UNE FAUTE, ET PAS UNE ERREUR Nous étions dans une crise financière majeure rendant cette faute considérable, inexcusable. Les responsables qui participèrent à la mascarade de la réforme de 2010 portent une lourde responsabilité dans la colère des salariés du privé.Il n'est qu'à lire les commentaires dans diverses colonnes. Eux, salariés du privé,vont subir maintenant, pendant des décennies, le poids de charges importantes en taxes et impôts, avant de partir en retraite plus tard et avec un taux de remplacement ridicule. Car il ne faut être lucide : La CNAV, l'AGIRC-ARRCO ne peuvent plus faire face. Il faudra augmenter les cotisations, reculer l'age de la retraite, et taxer les actuels retraités .Pourquoi avoir laissé la situation se dégrader à ce point, alors que tout était prévisible depuis si longtemps ? Il faut dire que la classe politique aussi bénéficie d'un" régime spécial"Alors que le chômage grandissait, un premier ministre en nous disant qu'il était à la tête d'un état en faillite, faisait semblant de faire une réforme.Regardez le tableau en page 3 du projet de loi de finances 2013: L'avenir y est en partie exposé, en partie seulement : Ne figure pas l'armée des députés ,sénateurs , hauts fonctionnaires, les diplomates et autres privilégiés bien payés dont nous ignorons même l'existence. Page 4, un autre tableau: Une prévision jusqu'en 2030 http://www.senat.fr/rap/l12-148-323/l12-148-323.htlm Le 9 /7/2011, j'ai écrit dans ces colonnes" Moi je ne crois ni aux 62 ans, ni aux 41ans 1/2 de cotisation"Je n'ai pas changé d'avis. Ceux qui n'ont rien fait par peur de la rue, seront les responsables des inévitables débordements de cette même rue.Il est évident qu'il y a la crise, la démographie...Ces éléments aggravants,auraient dû montrer l'urgence d'une intervention,mais,on pense aux élections en défendant les corporations favorables aux syndicats ,aux politiques... L'avenir,peu importe !!En terminant je peux me riquer à une prévision : Pour le privé, on reviendra aux 65 et 67ans, pour le public et les spéciaux , rien ne changera.

Gilles1  a écrit le 20/12/2012 à 13:38 :

Retour à l?équilibre aux calendes grecques. Bien malin qui peut dire quelle sera la situation économique dans 30 ans ! de toutes façons les politiciens français vivent au jour le jour veillant à conserver avant tout tous leurs petits privilèges attachés à leurs fonctions.

No  a écrit le 20/12/2012 à 12:11 :

Donc il faudrait que les jeunes paient indéfiniement pour les boomers qui prennent une retraite à 55 ans alors que les jeunes n'ont pas droit à la vie active? Ils se prennent pour qui! Qui sont ces gens qui couvrent le pays de dettes, qui ne font rien et qui dévastent l'économie et qui prennent les jeunes pour leurs esclaves. La dictature de la pantoufle, il serait temps d'y mettre un terme!

Yes  a répondu le 20/12/2012 à 13:18:

Donc il faudrait que les gamins des années hip hop n'aient pas besoin de bosser, puissent bénéficier du travail de leurs parents et grand parents et rester le cul devant un écran à se dézinguer la cervelle sur des jeux débiles qu'ils confondent avec le monde réel.
Joue au loto mon lapin t'as peut être une chance de devenir riche, ça demande aucun effort ni aucune compétence (faut quand même cocher des cases donc concentre toi bien)...

Thargor  a répondu le 20/12/2012 à 18:46:

@Yes : priez pour que ces gamins restent abrutis par leurs écrans et ne tentent pas de se rebeller contre cette lobotomisation cautionnée par nos politiques. Le jour où ils se réveilleront et se pencheront sérieusement sur les problèmes que nous leur laissons (car nous les avons créé), ils pourraient vouloir nous soumettre à la torture plutôt que de vouloir simplement nous exécuter.

Yes  a répondu le 21/12/2012 à 20:15:

Il te reste la solution de mettre tes parents à la rue et de puiser dans leur épargne

Realiste  a répondu le 24/12/2012 à 0:44:

Avant de parler des jeunes qui cotisent ,il faudrait qu'on trouve du travail pour les jeunes.Dans certaines banlieues les jeunes en âge de travailler et qui ne sont pas étudiants,sont au chômage a plus de 40%. Sans solution au problème du chômage de masse,il n'y aura pas de solution de long terme pour les retraites.Tout les commentaires faits ici,sont a coté de la plaque.

QUICK  a écrit le 20/12/2012 à 11:35 :

Avec ce type de document quel bonheur de savoir que" la sortie de crise : l'économie retournerait à son équilibre de long terme entre 2024 et 2031" La crise on l'a bien derrière nous pour le foutage de gueule.

ppa3775am  a écrit le 20/12/2012 à 11:28 :

Ce gouvernement qui se targue toujours et de manière arrogante de vouloir réformer le pays dans la justice sociale, doit maintenant aligner toutes les retraites spéciales de la fonction publique et des sociétés d' état , comme la sncf, la ratp, gdf, sur celle du privé: Départ pour tous à 65 ans, pension alignée sur les 15 meilleurs années pour tous.
Le reste c' est de la poudre aux yeux.

pasconvaincudutout !  a répondu le 20/12/2012 à 11:41:

chose qu'ils ne feront JAMAIS !! que des blabla, avec ça, on est sûr d'aller dans le mur!

Gabs  a répondu le 20/12/2012 à 19:20:

Bien d'accord avec vous!

ARRCO & AGIRC PILLES PAR LA RETRAITE A 60 ANS  a écrit le 20/12/2012 à 11:21 :

Le COR c'est très bien, mais à part les projections, il ne fait aucun constat sur la situation dégradée des régimes complémentaires ARRCO et AGIRC depuis l'emblématique réforme Mittérandienne de la Retraite pour tous à 60 ans.
En effet les caisses complémentaires n'ont jamais été indemnisées par le budget de l'Etat d'avoir versé à 60 ans au lieu de 65 ans les retraites complémentaires sans décote de 22% qui aurait dû être la règle maintenue. Résultat les caisses se sont vidées beaucoup plus vite que prévu.
Pour la CNAV, Bruxelles avait imposé à la France de faire toute la vérité sur les régimes de retraites de la fonction publique d'Etat et des régimes spéciaux en particulier: résultat les 900 milliards d'euros de déficit des retraites du secteur public ont été adossés, soitdisante sur compensations au profit de la CNAV, 9 milliards pour l'EDF/GDF, 6 milliards pour la SNCF etc...
Mais la réforme des régimes spéciaux de 2008 n'a absolument pas vu d'économies budgétaires, au contraire, les retraites du public et des régimes spéciaux continuent de se dégrader (+ 23% en 5 ans) payées bien sûr par le contribuable.
Donc je souhaite que les socialistes qui n'ont jamais été capables de réformer les retraites depuis 1982, fassent cette fois ci LA REFORME: PUBLIC ET PRIVE sur un même pied d'égalité en durée de cotisations, en assiette et en pourcentage de cotisations.
Dans un contexte aussi dégradé des finances publiques les Français n'accepteront plus les rentes de situation de la fonction publique et des régimes spéciaux, donc là aussi le slogan tous zimuts de ce gouvernement face aux hausses des prélèvements soit disant effectuées dans la justice et l'égalité des citoyens, devra se retrouver dans la réforme de tous les régimes de retraites.

voltR  a répondu le 20/12/2012 à 14:06:

Pour les électeurs, c'était : le redressement dans la justice !

villeroy  a écrit le 20/12/2012 à 11:20 :

Tant que les cotisations retraites resteront prélevées sur le seul travail humain des actifs établis en France (alors que différents instruments de productivité en réduisent le valeur et volume "local": informatique, robotisation, délocalisation totale ou ouvraison partielle en pays low cost,...), le COR pourra revoir sa copie annuellement. Lui, au moins, ne risque ainsi pas le chomâge!

Vrai Citoyen  a écrit le 20/12/2012 à 10:55 :

Vous dites justice pour tous les français M. Hollande ! ayez le courage d'abolir les retraites spécifiques et privilèges de la sphère publique avant que les salariés et entreprises du secteur du privé descendent dans la rue pour exprimer leurs colères à se serrer la ceinture pour cette caste de nababs à coup d'impôts et taxes.

Iciailleurs  a écrit le 20/12/2012 à 10:51 :

Et rien sur la responsabilité des gestionnaires ?

macaque  a répondu le 20/12/2012 à 11:43:

pour les 2 = + 10

liberal  a écrit le 20/12/2012 à 9:27 :

Il est regrettable que cette étude ne se concentre que sur le système par répârtition, c'est à dire le régime général et suppose les contributions et subventions des autres régimes au même niveau sans comparaison des rendements, disparités et coûts de ces régimes fortement subventionnés par le régime général et le contribuable. Cet aspect harmonisation des système de retraite n'est malhaureusement pas abordée alors qu'il est nécessaire dans le contexte actuel des dépenses publiques. Pas même, pour chaque régime, un récapitulatif des contributions par rapport à la masse salariale! Biaisé vous avez dit biaisé!

voltR  a répondu le 20/12/2012 à 14:09:

En clair : le système par répartition c'est : ceux qui oaient leur cotisation ne sont pas ceux qui perçoivent leur retraite et ceux qui perçoivent les plus belles retraites sont ceux qui n'ont jamais payé !

Patrickb  a répondu le 20/12/2012 à 15:20:

@voltR: grâce à vous, j'ai enfin compris le principe de la retraite par répartition ! :-)

grognard  a écrit le 20/12/2012 à 9:05 :

Un point de TVA en plus rapporte 7 milliards d'euro à l'état passons la TVA à 25 % affectons la totalité de ce surplus aux régimes de retraites pour une durée de 5 années,(elle est à 25% déjà dans plusieurs pays Européens) poursuivons l'harmonisation des systèmes de retraite,la réduction des dépenses de l'état et selon l'évolution des finances et du marché du travail nous aviserons en 2018..bien sur il faudrait du courage politique sur le sujet!!! autrement il reste une loi en préparation sur l'euthanasie...

@grognard  a répondu le 20/12/2012 à 9:15:

Où avez-vous vu une réduction des dépenses de l'Etat ? C'est bien là que le bât blesse.

voltR  a écrit le 20/12/2012 à 8:05 :

tapez : collectif sauvegarde retraite et vous constaterez que comme toujours en France ce ne sont pas ceux qui paient qui sont servis !

chauvin  a répondu le 20/12/2012 à 9:38:

Excact !

COR ou LOBBYE  a écrit le 20/12/2012 à 8:03 :

Le COR ne réunit que des gens ayant bénéficié de régimes avantageux, pour ne pas dire privilégiés , qui ne sont pas donc inquiets pour leur retraite, qui ne peuvent pas dès lors se mettre à la place des gens modestes. Ce n'est pas avec ces gens que l'on obtiendra un système de retraite juste. Ils chercheront toujours à privilégier leurs concitoyens issus du même milieu social .

PA  a écrit le 20/12/2012 à 8:01 :

J'ai une petite entreprise. Mon travail est aussi mon loisir. La retraite le plus tard possible. J'ai toujours eu pitié des gens qui regardent leur montre pour être sur de quitter leur travail à l'heure. A la retraite, ils s'ennuieront à mourir.

Enjoy  a répondu le 20/12/2012 à 8:26:

+ 1 ne pas de languir la retraite car être à la retraite c'est être vieux , mais beaucoup de gens sont vieux dans leur tête toute leur petite vie ...

lucide  a répondu le 20/12/2012 à 9:48:

ils regardent p-etre leur montre, car ils prennent leur travail uniquement, que comme un gagne pain : faut bien gagner sa vie ! pas tout le monde, n'a quelque part la chance, de faire un métier qui les passionne, les enchante,pour maintes et maintes raisons..là, p-etre regarderaient ils moins leur montre, ou pas du tout, se donneraient entièrement à leur boulot qui n'en serait en quelque sorte pas un , mais une "raison de s'épanouir et vivre pleinement leur vie....le retraite surement leur pèserait, mais pas aux autres...l'ambiance dans certaines entreprises actuellement est très difficile à vivre, chacun pour soit, on se tire dans les pattes, ceux là, aussi aimeraient bien voir approcher la retraite, qui malheureusement, n'est meme plus une étape ou l'on peut espérer finir sa vie, en y arrivant meme modestement, en compagnie de sa famille, et tant qu'à faire, encore un peu en pas trop mauvaise santé........y avez vous pensé ?

Les 35 heures, et l'horloge de la machine à café  a répondu le 20/12/2012 à 11:31:

L'invention des 35 heures et plus généralement d'un plancher à partir duquel on calcule les heures sups ont été une énorme erreur, pas dans l'application elle-même en entreprise, mais bien par la mentalité instaurée dans ce Pays de tâches à l'horloge de la machine à Café, sauf pour les cadres, surtout dirigeant à qui on a dit qu'ils se débrouilleraient pour effectuer en 35heures au butreau, à l'usine et éventuellement chez eux le week-end le travail pour lequel ils sont rémunérés.
En fait dans ce pays le privé est prié de se calquer sur le secteur public comme à la SNCF où l'on trouve des postes à 36heures, et 6' ! et il y a bien d'autres exemples à 37h 30 et pour bhien d'autres non concernés par les 35 heures: 39h et pluès si affinité !
Dans les années 60 à 80 on bossait le tremps qu'il ,fallait, avec des résultats on était bien payés et si l'on était pas satisfait on pouvait du jour au lendemain trouver autre chose sans problème et l'on était plus heureux et plus attaché à son job et à son entreprise qu'aujourd'hui quant je lis comme ci-dessus Lucide, le job c'est un gagne pain, point.

Repartiteur  a écrit le 20/12/2012 à 7:58 :

La seule réponse qui marche tout de suite est pourtant simple, et consiste a bêtement appliquer la définition même de notre système de retraite : RE-PAR-TI-TION. Chaque trimestre on regarde combien de cotisations retraites ont été prélevées, et on en recalcule le point du trimestre a venir. Ha, ca va gueuler chez nos ainés, c'est clair. Mais de toutes façons, ca va gueuler, parce qu'aujourd'hui, c'est pas de la répartition, c'est de la retraite par prestidigitation. On garanti le point, et on essaye de planquer sous le tapis l'argent nécessaire a cette garantie. Résultat, on a déjà doublé les cotisations retraites entre le moment où ceux qui sont actuellement a la retraite les ont payées et maintenant, et désolé, cela ne marche toujours pas.

voltR  a répondu le 20/12/2012 à 9:07:

commençons par listrer ceux qui ne paient pas leur cotisation : l'état, EDF avant que lse caisses du privé "versent" 2,5 milliards d'euros, les politiques, les footbaleurs (?), etc ...

Gépé001  a écrit le 20/12/2012 à 7:51 :

Le COR oublie le role de l'énergie dans le financement des retraites:l'énergie améliore la productivité du travail et doit être sollicitée pour financer les retraites.

çàcmoi  a écrit le 20/12/2012 à 5:18 :

désolé d'avoir trouvé un emploi à la sortie du service militaire qui m'a obligé à quitter mon entourage, ma région, d'avoir payé mes cotisations, mes impôts, mes contributions, pris des assurances et d'avoir épargné pour me protéger des aléas de la vie, d'avoir profité du système à l'insu de mon plein gré (diminution du temps de travail, augmentation de salaire), d'avoir pris ma retraite quand les jeunes me disaient eh vieux il faut laisser la place aux jeunes. J'ai pourtant voté tantôt à gauche, tantôt à droite et j'ai cru agir pour la bonne cause. On m'aurait menti ?

Mao  a répondu le 20/12/2012 à 8:14:

+1 :-)

Céline  a répondu le 20/12/2012 à 8:42:

"J'ai pourtant voté tantôt à gauche, tantôt à droite et j'ai cru agir pour la bonne cause"
C'est touchant de naïveté... Vous avez voté par clientélisme comme un égoïste pour ceux qui vous promettait la lune espérant que le système tienne suffisamment longtemps.

lucide  a répondu le 20/12/2012 à 9:56:

Voté par clientélisme....", et vous svp, vous avez voté avec quelles aspirations, si ce n'est pour penser voter pour des améliorations ? !@ céline

Céline  a répondu le 20/12/2012 à 13:17:

Ca fait qq temps déjà que je ne vote plus, je ne cautionne pas le bipartisme en place. Je ne vote pour le moins pire, pensant faire le bon choix. Je ne donne aucune légitimité aux bonimenteurs en place.

diouck  a écrit le 20/12/2012 à 5:17 :

Dans ce rapport aucune remarques entre le privé et le publique....Les enseignants du privé en viennent de voir leur retraite diminués de 100 euros selon les syndicats sans aucune solidarité du millions d'enseignements de l'état vive la solidarité socialiste.Les cadres du privé ne partent qu'avec 49 % de leur salaire,le publique 75 % et souvent une promotion avant de partir.Les retraités sont traités de nantis par la presse amie du pouvoir sans faire la distinction entre les deux entités.Les hommes politiques agnts de l'état cumulent les retraites de ministre,député,président du conseil régional,maire et la retraite d'enseignant comme si il avaient ttravaillés 48h par jour...Nous desendrons dans la rue et pour beaucoup de retraités du privé pour la première fois de leur vie.Nous avons travaillés 49 h ,puis 46 h par semaine et 50 h pour les cadres toute leur vie et cotisés pendant 45 ans des 2000 euros par mois pour que enfin on nous laisse finir nos jours sans nous spoliés.Ah aussi est il bien raisonnable de donner des retraites a de nouveaux entrants sur le territoire qui non jamais cotisés....

dago  a répondu le 20/12/2012 à 9:13:

ma femme simple employée du privé vient de prendre sa modeste retraite avec 80% de son ancien salaire ,car comme tout le monde elle a une retraite complémentaire qui, heureusement lui donne + de 50% de son ancien salaire. Donc si vous voulez etre un tout petit peu crédible n'écrivez pas n'importe quoi.

injustice  a écrit le 20/12/2012 à 1:02 :

Beaucoup trop de gabégie, d'abus en tous genres, d'injustice dans les régimes de retraite...Va-t-on instaurer 1 seul régime de retraite JUSTE, j'en doute fortement.
Il faut savoir qu'un amendement est passé sous silence et applicable depuis le 1er juillet: les médecins qui pouvaient partir à 65 ans , maintenant partiront à 67 ans . Qui dit mieux ????? Ont-ils été dans la rue ?? sont-ils soutenus par les syndicats, qui ne défendent que leur clientèle protégée et peuvent se permettre de mettre le bazar?
la retraite disproportionnée par rapport à tout ce qui leur a été ponctionné en cotisations, une arnaque, d'ailleurs combien n'en profitent pas ou très peu.! ils sont morts avant..

injusticetoutàfait!  a répondu le 20/12/2012 à 9:57:

+100000

Enjoy  a écrit le 20/12/2012 à 1:00 :

Chiche les ponctionnaires on va vous les mettre vos primettes et on va vous balancer la moyenne des 25 meilleures années , la retraite à 65 ans plus cotisations identiques au privé , sans oublier les jours de carence pour éviter de faire péter les vendredi et lundi et de se goinfrer des week end à rallonge à l'oeil , Accessoirement on va vous dégager la sécurité de l'emploi et vous inculquer la culture du résultat et surtout le respect de vos employeurs , c'est à dire ceux du privé à qui vous crachez à la gueule à la moindre occaz lorsque on a le tord de vous demander un truc et donc de vous demander de bosser deux minutes (quelle horreur) .. @llez on fait comme ça

On va également limiter vos salaires car c'est un scandale que vous gagniez plus que dans le privé , le monde à l'envers ..


ps: il va de soi que vous financez vos retraites et que vous arrêtez de taper dans la caisse de l'agirc et l'arco , chouette !!!

elrick59  a répondu le 20/12/2012 à 8:57:

ouah ! je suis militaire...les jours de carence .....c est signé.on y a droit ! le respect de mon employeur je connais ! je n ai jamais "craché' a la "gueule" des gens du privé ! je ne fais pas 35 heures par semaine !.....c est vrai que c est toujours mieux dans l assiette du voisin ! !....tu dois être malheureux ......je t en veux même pas ! ! comme d hab on va opposer le privé au publique....et oublier nos élus.....

Enjoy !  a répondu le 20/12/2012 à 9:07:

Globalement d'accord même si la tournure est un peu violente

elrick59  a répondu le 20/12/2012 à 9:37:

pas violente....ton mail l étais plus ! !......pendant que l on oppose les "heureux" fonctionnaires et les" malheureux" du secteur privé...certains dorment tranquilles ! !....penchons nous plutôt sur les retraites des députés, sénateurs, ministres, etc..... mais tu verras......eux .....je ne me fais pas de soucis ! !
Amicalement

elrick59  a répondu le 20/12/2012 à 9:50:

non pas si violente que la tienne ! arrêtons d opposer les "heureux" fonctionnaires et les "malheureux" du privé ! !....je ne m inquiète pas pour les retraites de nos ministres, sénateurs, députés, etc.....comme d habitude ils vont s en sortir ! !.....et je me répète....jamais je ne critiquerai les gens du" privé "! !..
Amicalement

phylo  a répondu le 20/12/2012 à 9:59:

on ne peut dire que + un

René  a écrit le 19/12/2012 à 23:50 :

Quand on parle retraites, il faut effectivement noter le déficit. Il faut aussi avoir à l'esprit que le niveau de vie des retraités est supérieur à celui des actifs et c'est le seul pays à se conduire ainsi. Il est nécessaire de rétablir une justice privé public pour la durée de cotisations. Il existe aussi des retraites sur le budget, pourquoi eux et pas les autres? Enfin, les salariés du privé n'ont pas des carrières entières, puisqu'on travaille entre 30 et 50 ans...

Mao  a répondu le 20/12/2012 à 8:17:

Tiens, revoila rene et son wagon d'incongruites incomprehensibles ! Salut Rene, je te croyais en Belgique.

Au pays des bisounours  a écrit le 19/12/2012 à 23:26 :

Super analyse, vraiment rien a dire... Enfin, juste un petit detail, changer juste vos hypotheses de bisounours par les vrais chiffres soit pour les 10 ans qui viennent, autour de 0% de croissance, une population au travail qui baisse de 10 a 20%, un chomage entre 10 et 15%... Et on obtient quoi ? La faillite.... Je comprends que nos fonctionnaires n'aient pas envisage cette hypothese juste avant noel... C'est deprimant... Juste un petit commentaire supplementaire, nos senateurs ont tellement confiance dans le systeme par repartition, qu'ils se font une retraite par capitalisation... C'est dire....

edgardpoe  a répondu le 20/12/2012 à 10:39:

à la différence près, c'est que les sénateurs, eux, peuvent la "faire par capitalisation " !! ce serait malheureux !

Vive la fin de la retraite collective  a écrit le 19/12/2012 à 21:34 :

Depuis les "réformes", l'extrême majorité des cotisants aurait désormais intérêt à ce qu'on leur rembourse leurs cotisations retraites et que l'on arrête de les prélever. Ils économiseraient plus qu'ils ne toucheront jamais.

Patrickb  a répondu le 20/12/2012 à 0:53:

@Vive la fin...: c'est une proposition que j'avais faite à Philippe Seguin il y a une vingtaine d'années, au temps où il était président de l'Assemblée ...et figure-toi qu'il ne m'a jamais répondu !!!

Patrickb  a répondu le 20/12/2012 à 15:23:

Encore un message du faux Patrickb, je n'ai jamais été député à l'Assemblée Nationale :-)

BIOMAN  a écrit le 19/12/2012 à 21:08 :

Le différentiel public/Privé réside déjà dans le niveau de qualification des salariés .Le public concentre davantage de qualifications élevées ! La croissance des emplois de service et la diminution des emplois de l'industrie ces dernières années appauvrie littéralement les régimes sociaux ! Moins d'emplois dans l'industrie, plus d'emplois de service (le choix de nos décideurs Français) aggrave la situation ! Quant au soi-disant scandale des régimes spéciaux , j'invite les détracteurs à faire une comparaison de fiches de paie à compétences égales ! Un exemple : les indemnités et primes dans le public ne sont pas prises en compte dans le calcul de retraite ! Un autre exemple : celui de la part patronale de la SNCF qui s'élève à 29,7% du BRUT IMPOSABLE contre 15,6% pour le PRIVE ...Le vrai scandale réside dans la chute vertigineuse des cotisations sociales dans les caisses actuelles lors des périodes de chômage !Cela s'appelle un manque à gagner !Quant au déséquilibre démographique, il est général et devient à proprement parlé ingérable ! Exemple :6000 curés cotisants pour 30 000 bénéficiaires retraités ...

Enjoy  a répondu le 20/12/2012 à 1:01:

je ne sais ce que vous cultivez dans votre jardinnet mais c'est de la bonne ...plus de qualifications élevées dans le public , non mais lol et relol ..

lyon69  a répondu le 20/12/2012 à 1:29:

"les indemnités et primes dans le public ne sont pas prises en compte dans le calcul de retraite ! " ... et vous cotisez dessus ??? ... et si la comparaison pour les fonctionnaires est aussi défavorable que vous voulez le faire croire, ...alors exigez une adhésion de tous à un régime UNIQUE basé sur le modèle du régime général des retraites !!! c'est marrant : je n'ai JAMAIS vu un seul fonctionnaire manifester pour une telle demande ! par contre, pour exiger le maintien du système actuel, là il y a du monde : à croire, selon vous, que tous les fonctionnaires sont soit masochistes, soit des saints !!!

lyon69 suite  a répondu le 20/12/2012 à 1:38:

J'ai eu ma réponse sur service-public.fr : la base de cotisation pour la retraite principale est le traitement indiciaire !! (donc prime exclu !!)

lyon69 avant  a répondu le 20/12/2012 à 2:15:

(mon message n'est pas passé, alors forcément, la suite n'est pas très compréhensible)
"les indemnités et primes dans le public ne sont pas prises en compte dans le calcul de retraite ! " dites-vous ?? Parce que vous avez cotisé dessus pour la retraite principale ????? .... et donc la suite dans un 2e temps : J'ai eu ma réponse sur service-public.fr : la base de cotisation pour la retraite principale est le traitement indiciaire !! (donc primes exclues !!)

UN CALCUL A REVOIR  a écrit le 19/12/2012 à 21:08 :

On ne sait pas comment sont calculés tous ces chiffres sur tant d'années, une chose est sûre, avec le peu d'emballement à travailler de nos jours on peut déjà avancer que tout cela ne tient pas la route ou alors il faut arrêter le processus du RSA et de la retraite minimum et faire en sorte que tout le monde se remet à travailler 39 h pour vivre et non pas compter toujours sur la société.

scandale  a écrit le 19/12/2012 à 21:03 :

Les régimes de retraites des fonctionnaires sont scandaleux! Quand on fait un procés à Depardieu pour son départ en Belgique et qu'on occupe tout l'espace médiatique sur les efforts que tout le monde doit faire (oui TOUT le monde soit-disant!), il serait plutôt judicieux de nous parler justice sociale entre les secteurs privés et public. Comment peut-on justifier encore de nos jours cet écart qui représente la plus grande injustice socilae en France de nos jours?

Justice pour les polypensionnés  a écrit le 19/12/2012 à 20:33 :

Et les polypensionnés sont acculés à la misère du fait de la passivité de tous ces gouvernements qui se succèdent depuis 20 ans

Patrickb  a écrit le 19/12/2012 à 20:27 :

Le différentiel de durée de vie qu'il y a entre les hommes et les femmes milite pour que l'on prolonge uniquement la durée de travail des femmes. Ceci afin de rétablir une certaine équité.

Patrickb  a répondu le 20/12/2012 à 0:54:

Ce commentaire n'est pas de moi,mais il est drôle :-)

Patrickb  a répondu le 20/12/2012 à 0:57:

suite... drôle, et emprunté à Niac dans un autre article :-)

@patrick le vrai  a répondu le 20/12/2012 à 2:34:

... quand on emprunte un pseudo, on peut aussi emprunter un commentaire, non ??!!!

Ulysse  a répondu le 20/12/2012 à 10:43:

là ou il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir !!

Patrickb  a répondu le 20/12/2012 à 15:42:

Jouissons sans entraves, telle était notre devise en 68 ! :-)

Remboursement des cotisations et fin des retraites  a écrit le 19/12/2012 à 20:13 :

Après estimation, et comme la plupart des salariés du privé dont l'espérance de carrière moyenne est de 30 ans, le montant de ma future pension sera inférieure au minimum vieillesse et, de plus, à la somme des cotisations que j'aurai versées. Pour cette raison, je souhaite qu'on me rembourse mes cotisations, et je renonce à mes "droits" à la retraite.

atrabilairecynique  a écrit le 19/12/2012 à 20:07 :

Quand on remplace du travail humain par des machines, elle ne cotise pas, elle est amortie.

Il faut un mécanisme d'amortissement sur les masses salariales qui viendrait en complément des cotisations comme les systèmes d'amortissement sur le capital mobilisé pour les machines. Attendons quelques années - 10 à 20 ans - avant qu'un autre pays le fasse et que nous trouvions cela intéressant, et entendions à longueur de journée les médias vanter ce pays. nous avons déjà eu les EU, le Japon, L'Allemagne, le Danemark, alors peut-être la France dans 20 ans, mais je serai mort, avec une retraite ratiboisée.....:-))

vrai reforme  a écrit le 19/12/2012 à 20:06 :

il faut une vraie réforme : supprimer tout les services spéciaux y compris ceux des députés le emem nombre d'annuités pour tous et je pense que cela préserverait le montant des pensions pour tout le monde

toccata  a écrit le 19/12/2012 à 20:06 :

On tire des plans sur la comète. Le plus simple bon sens prédit que si le rapport démographique entre actifs et retraités passe de 2,1 à 1,5 bien qu'en comptant sur une immigration de 100 000 personnes/an (une immigration aujourd'hui mal accueillie...), et alors que le système de retraite actuel est déjà déficitaire, alors il faudra cotiser beaucoup plus pour des retraites beaucoup plus maigres. Et attention au "double effet kiss kool". Les pensions à taux plein baisseront pour tenter de rééquilibrer les retraites. Mais l'allongement des études, la baisse engagée des salaires, l'impact du chômage et la continuation de l'anticipation plus ou moins forcée des départs à la retraites (place des seniors dans la vie active) font que les retraites seront de moins en moins prises à taux plein. Après la smicardisation de la classe moyenne, on risque d'assister à la mise en rente minimum vieillesse des seniors. Comment préparer la retraite? La capitalisation s'impose, pour ceux qui en ont les moyens...

demo  a écrit le 19/12/2012 à 19:24 :

Surtout ne pas toucher aux retraites des fonctionnaires, un alignement sur le privé serait une atteinte a leurs professions ils risqueraient de se mettre en greve ou en arret maladie, il ne sont pas d gauche pour rien...

Furyo  a répondu le 19/12/2012 à 22:10:

Absolument aucun problème...que l'on aligne le calcul de ma futur pension sur celui du privé...et j'y gagnerai la prise en compte de mes primes...de fonction....soit pas loin de 40% de mon revenu actuel...
Z'êtes vraiment pitoyable de toujours beugler la même chose, surtout si vous n'y connaissez rien...
Au fait quelqu'un peut m'expliquer pourquoi je cotise pour le chômage....ah la solidarité....Super pour me faire cracher dessus depuis près de 30 ans....
Ps: Pas la peine de me sortir que c'est le privé qui me paye par les impôts, j'en paye aussi et assez largement....

stupidite  a répondu le 19/12/2012 à 23:01:

Ce monsieur Demo sait il que le traitement de la plupart des agents de la fonction publique est composé d'une bonne partie de primes ne rentrant que très partiellement (régime RAFP) dans le calcul de la retraite !
Réclamer un alignement pur et simple privé public reléve au mieux d'une démagogie de bas étage véhiculé par l'idéologie libérale ambiante au pire d'une ignorance crasse du secteur public .

@furyo et stupidite  a répondu le 20/12/2012 à 1:33:

...et bien sur, vos primes sont intégrés dans la base de salaire prise en compte dans le paiement de vos cotisations ! ... et bien sur, vos retraites sont calculées sur les 25 meilleures années et non les 6 derniers mois !!! hein ??...!!

Il faut une refonte complète du système de retraites  a écrit le 19/12/2012 à 18:54 :

Il faut une refonte complète du système de retraites qui rétablira enfin l'équité entre tous les règimes.
Le prochain RDV est prévu en 2013. Seulement voilà les syndicats de fonctionnaires se préparent déjà à saboter ce RDV.

La situation financière du pays s annonce catastrophique, et c'est nos retraites, les retraites du privé qui vont etre rabotées sans merci si on n arrive pas à rétablir un système équitable où chacun paye sans venir allègrement se servir dans celle des autres.
Collectif Sauvegarde Retraite au 53 rue vivienne, 75105 Paris Cedex 02.
www.sauvegarde-retraites.org

N'importe quoi !!!  a répondu le 19/12/2012 à 20:33:

Et pourquoi t'es pas rentré dans la Fonction Publique au lieu de vilipender les Fonctionnaires. Crois tu vraiment que cela améliorera ta retraite ?

@N'importe quoi !!!  a répondu le 19/12/2012 à 21:57:

Ce n'est pas le privé qui est contre la fonction publique, mais l'inverse. Ce sont les fonctionnaires qui décident du massacre des retraites du privé parce qu'avec leur régime séparé et privilégié, ils ne sont aucunement affectés par la misère qui résulte de leurs décisions. Unifiez les régimes de retraite du privé, du public et, surtout, des politiques et vous verrez qu'on cessera de taper sur le privé.

A n'importe quoi  a répondu le 19/12/2012 à 23:33:

A mon époque, ceux qui devenaient fonctionnaires, c'était les nuls et les fainéants... Les salaires du prive étaient beaucoup mieux... Maintenant ceux qui deviennent fonctionnaires sont les malins mais toujours fainéants... Quant aux salaires du prive entre la non revalorisation de ces derniers depuis des années et tous les nouveaux impôts depuis, cela ne sert plus a grand chose de travailler...
Comme je dis a mes enfants, fais fonctionnaire tu seras moins emmerde... Si tu veux faire autre chose alors prépare ta valise et pars de ce pays...

ah non alors tout mais pas ça !  a répondu le 20/12/2012 à 11:16:

il ne faut pas oublier que dans certains milieux il est déhonorant d'être fonctionnaire : manque d'ambition, manque d'intelligence, tire au flanc, j'en passe et des meilleurs... enfin bref tout mais pas ça.... c'est comme quand on demande pourquoi il n'a plus pas plus de femmes en politique, elles répondent : j'ai autre chose de mieux à faire...

Nous attendons une vraie réforme des retraites  a écrit le 19/12/2012 à 18:47 :

Collectif Sauvegarde Retraite au 53 rue vivienne, 75105 Paris Cedex 02.

Le budget retraite des fonctionnaires est en pleine explosion : 15 Milliards d'euros supplémentaires entre 2006 et 2012, encore 15 Milliards de plus d'ici 2015...
Et pourtant rien n'est fait pour arrêter cette dépense effrénée qui pèse de plus en plus lourd sur le BUDGET de l'ETAT et donc sur les CONTRIBUABLES.
Le gouvernement se contente d'augmenter encore impôts et cotisations, qui rogneront un peu plus le niveau de vie de millions de retraités du Privé, alorq qu'on pourrait facilement couper dans les Privilèges-Retraite injustifiés et superflus du Public :
-Retraite anticipée dès 50 ou 55 ans pour plus d'un quart des agents du Public, niveau de retraite 100% garanti, trimestres distribués gratuitement, réversions sans conditions, pension calculée sur les 6 derniers mois de salaire.. Au final, si les agents du public avaient le même régime de retraite que les salariés du privé, on économiserait 20 Milliards d'Euros par an.

fred  a répondu le 19/12/2012 à 20:16:

Voila cela fait plus de 35 que je travail dans la fonction public, j'ai 55 ans et je vais prendre ma retraite.
Depuis 33 ans j'ai une astreinte d'une semaine par mois, donc un WE par mois en moins et je compte pas les nuits, les jours de fête,etc..
Je ne pense pas démériter de prendre dés maintenant mas retraite.

Patrickb  a répondu le 20/12/2012 à 1:00:

@fred: désolé, mais la norme c'est 42 ans de cotisations et 60 ans d'âge. T'as fais des nuits et des astreintes, mais j'ai une nouvelle pour toi: t'es pas le seul :-)

lyon69  a répondu le 20/12/2012 à 1:42:

@fred : parce que dans le privé, le travail de nuit, le travail en 3x8, le travail w-end et jours fériés, les astreintes, bien sur : ça n'existe pas !!! y a que les pov' petits malheureux fonctionnaires qui sont des incompris et qui doivent partir avant les autres et sur une base de calcul nettement plus favorables !!!

Pour avoir des retraites il faut avoir du travail : europe dévoyée  a écrit le 19/12/2012 à 18:45 :

La crise de lEuro va continuer parce qu?une monnaie unique est incapable de survivre sur la base d?économies divergentes. En ne remettant pas en cause l?Euro cher et non dévaluable, en continuant à faire dépendre les budgets des Etats des taux d?intérêts privés, en ne rétablissant pas de frontières économiques pour faire face à la concurrence déloyale, la politique de François Hollande est une équation sans solution.
Pendant que le Président se croit soulagé, l?hémorragie des entreprises et de l?emploi s?aggrave tous les jours. Les hausses d?impôts sont donc sa seule solution avec les coupes dans les dépenses : le remède va tuer le malade.

Un des derniers exemples : Il y a quelques jours, l?Europe annonçait la fin du régime spécial de protection pour l?industrie européenne du briquet jetable. Du briquet Bic en clair, qui va désormais subir de plein fouet la concurrence de produits chinois à très bas prix. Or que constate-t-on ? D?une part, rien ne nous oblige à nous laisser envahir par le briquet chinois ce qui a comme conséquence directe de stopper les investissements dans les usines Bic, donc de pénaliser notre emploi et notre production industrielle que nous voulons, je vous le rappelle, « redresser ».

Il faut une refonte complète du système de retraites  a écrit le 19/12/2012 à 18:42 :

Il faut une refonte complète du système de retraites qui rétablira enfin l'équité entre tous les règimes.
Le prochain RDV est prévu en 2013. Seulement voilà les syndicats de fonctionnaires se préparent déjà à saboter ce RDV.

La situation financière du pays s'annonce catastrophique, et c'est nos retraites, les retraites du privé qui vont etre rabotées sans merci si on n'arrive pas à rétablir un système équitable où chacun paye sans venir allègrement se servir dans celle des autres.
Collectif Sauvegarde Retraite au 53 rue vivienne, 75105 Paris Cedex 02.
www.sauvegarde-retraites.org