Quelles sont les régions qui innovent le plus ?

 |   |  917  mots
Entre 2010 et 2012, 56% des entreprises auvergnates ont innové.
Entre 2010 et 2012, 56% des entreprises auvergnates ont innové. (Crédits : Creative Commons)
Plusieurs études publiées par l’Insee témoignent des différences régionales en matière d’innovation. Si les entreprises auvergnates et des Pays de la Loire se distinguent positivement, leurs homologues du Nord-Pas-de-Calais et surtout de la Corse sont à la traîne.

Innover, innover, il en rester toujours quelques chose... Plus de marchés à l'exportation par exemple. Telle est l'une des principales conclusions d'une série d'études régionales réalisées par l'Insee qui effectue actuellement un tour de France de l'innovation en province. Ainsi, constate l'Insee, les sociétés exportatrices innovent davantage que les autres (64 % contre 43 %), en particulier pour créer de nouveaux produits.

Pour évaluer l'innovation des entreprises et pour pouvoir effectuer des comparaisons, l'Institut considère l'innovation au sens large qui regroupe l'innovation technologique (produit ou procédé) et l'innovation non technologique (marketing ou organisationnelle). Concrètement, elle concerne la conception de biens ou services, l'introduction de nouveaux procédés de production, de nouveaux modes d'organisation ou de stratégies de vente. Selon l'Insee, les dépenses engagées pour les innovations technologiques représentent en moyenne 4% du montant du chiffre d'affaires des PME de province.

L'Auvergne superstar

Au regard des publications déjà disponibles, quelques régions se distinguent déjà. En Auvergne, 56% des entreprises ont innové entre 2010 et 2012 malgré une structure économique régionale considérée comme étant plutôt « défavorable » par l'Insee. C'est davantage que dans les autres régions où, en moyenne, 51% des entreprises innovent.

" Cet effet structurel négatif est en effet compensé par une part relativement élevée de sociétés innovantes dans certains pans de l'économie régionale. Les sociétés auvergnates ont moins recours à la recherche et développement interne, qui est la première activité d'innovation technologique. Comme en province, un tiers des sociétés coopèrent pour innover, principalement avec des partenaires privés (fournisseurs, clients). Toutefois, la coopération internationale est en retrait en Auvergne. Si le recours au financement public est proche de la moyenne nationale, le Crédit d'Impôt Recherche, quant à lui, est moins utilisé".

Les télécommunications et l'informatique tirent l'innovation dans les Pays de Loire

Dans les Pays de Loire, 52,3 % des entreprises de 10 à 249 salariés ont déclaré avoir innové entre 2010 et 2012. Les entreprises de services et de l'industrie innovent davantage (respectivement 65 % et 57 %) que leurs homologues du commerce de gros ou des transports (respectivement 43 % et 34 %) en raison d'activités par essence plus innovantes comme les télécommunications et l'informatique. " Ces écarts sont plus importants dans les Pays de la Loire avec des taux d'innovation supérieurs de 2 et 3 points dans les services et l'industrie par rapport à la France de province, tandis que les taux sont plus faibles de 5 et 2 points dans le commerce de gros et les transports ", observe l'Institut.

Dans le Nord-Pas-de-Calais, le potentiel est là

Dans le Nord-Pas-de-Calais, le taux d'innovation des PME est sensiblement plus faible que celui des PME de France de province. L'écart est de sept points pour l'innovation au sens large et de cinq points pour l'innovation technologique.

Plusieurs facteurs sont traditionnellement mis en avant pour expliquer les différences de comportement d'innovation entre les entreprises et, plus largement, entre les régions : taille de l'entreprise, secteur d'activité, taux d'investissement, taux d'exportation, part des ingénieurs dans les emplois de l'entreprise. Pour tous ces éléments, les PME locales ne se distinguent pas nettement de leurs homologues de province. Le Nord-Pas-de-Calais présente par exemple une proportion d'entreprises appartenant aux secteurs dits innovants, selon la nomenclature de l'OCDE, similaire à celle de la France de province, avec environ 10 % d'entreprises concernées, de tailles elles-mêmes comparables aux autres caractéristiques régionales.

" Or ces unités présentent une moindre propension à l'innovation. L'écart observé entre le taux d'innovation des entreprises nordistes et celui des entreprises situées dans les autres régions de province ne s'explique donc pas par un tissu productif peu propice à l'innovation. Il résulterait davantage du comportement d'innovation spécifique des entreprises de la région, qui innovent moins que le permettrait leur potentiel "

Les PME limousines n'investissent pas assez dans le design et la recherche de débouchés

Dans le Limousin, ce sont 49% des PME qui déclarent avoir innover sur la période. L'Insee relève deux spécificités régionales : d'une part, les PME innovantes du Limousin semblent sous-investir certains segments. Ainsi, le design ne concerne que 30 % d'entre elles, soit six points de moins qu'en moyenne de province. D'autre part, une proportion identique de PME consacre des moyens à développer la mise en marché, comme la recherche de nouveaux débouchés ou la publicité, soit onze points de moins qu'en moyenne France de province.

La structure économique de la Corse « peu propice » au développement des pratiques innovantes

En Corse, seules quatre entreprises sur dix innovent en moyenne. L'Insee avance une batterie d'explications pour expliquer ce décalage :

" Par de nombreux aspects, la structure économique de la Corse est peu propice au développement des pratiques innovantes. Ainsi, la faiblesse du tissu industriel limite l'émergence de l'innovation. Inversement, les secteurs d'activité à faible productivité de travail, tels le commerce ou la construction, sont surreprésentés. Par ailleurs, le marché économique insulaire est peu ouvert et les exportations sont limitées. Le très grand nombre de petites entreprises dans le système productif est également un frein à l'innovation. Rares sont les grandes entreprises à vocation nationale ou internationale. Enfin, le niveau de diplôme de la population active est toujours inférieur à la moyenne nationale "

De nouvelles comparaisons régionales seront bientôt possibles avec la publication prochaine d'études sur la Picardie, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes et la Guyane.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2014 à 11:08 :
"Plusieurs études publiées par l’Insee témoignent des différences régionales en matière d’innovation"... comme citation des sources c'est fabuleux. Très précis ! Bravo, ça c'est du très bon journalisme. ça sent le publireportage à plein nez.
a écrit le 30/10/2014 à 20:35 :
On dit toujours qu'il faut favoriser l'innovation, qui est LA SOURCE DE CROISSANCE, mais on ne veut jamais payer les innovateurs, c'est à dire, les chercheurs, et ceux qui déposent des brevets... On voudrait de l'innovation, mais sans les innovateurs... Qu'on commence par financer et payer ceux qui innovent, plutôt que de gaspiller 6 000 000 000 d'euros par an de "crédit Impôt Recherche" qui ne sert à rien selon la Cour des Comptes et qui est un cadeau fiscal déguisé avec une appellation recherche abusive. C'est du détournement des fonds destinés à la recherche !!!
a écrit le 30/10/2014 à 19:21 :
La CORSE est très innovante en matière de fiscalité
a écrit le 30/10/2014 à 17:20 :
L'innovation ça n'est pas dans les gènes de notre société Française, les TPE et PME de moins de 50 salariés sont incapables d'innover, quand vous proposer des innovations vous n'avez pas une chance sur 10 pour que cela aille au bout. Il faudrait un ministère de l'innovation spécifique aux petites entreprises et pour le particulier. Mais ça c'est du rêve.
Réponse de le 31/10/2014 à 2:49 :
Un ministère pour tenir le biberon de l'innovation... encore belle vision de l'entreprenariat français!
a écrit le 30/10/2014 à 15:49 :
J'ai vu un jour un reportage qui montrait une idée locale en Corse consistant à faire du jus avec les clémentines non commercialisables et ainsi éviter de les jeter. Mais c'est pas facile dans le contexte local, peu d'industries.
C'est une technologie commune, mais quand je suis passé à Corte, j'ai apprécié le parking d'une grande surface couvert de panneaux solaires, ça fait de l'ombre pour stationner (+30°C à l'ombre en octobre !) et de l'électricité.
a écrit le 30/10/2014 à 8:56 :
Celles qui innovent sont celles qui attirent les talents par sa "richesse" au dépend des autres délaissés par manque d'un plan d’ensemble!
Réponse de le 30/10/2014 à 17:30 :
faux, les pays pauvres innovent tous les jours !
La richesse n'attire pas les gens intelligents, mais les gens venaux !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :