Bandeau Présidentielle

Bob-emploi.fr : algorithmes et big data pour faire reculer le chômage

 |   |  496  mots
(Crédits : Statista*)
Un "compagnon numérique" au service des demandeurs d'emploi : une plateforme utilisant le big data (données massives), baptisée "bob-emploi", sera lancée mercredi en partenariat avec Pôle emploi, avec l'objectif de "redonner le pouvoir à tous les chômeurs" en les accompagnant au quotidien.

Le site se veut être un "service public citoyen", et fonctionne avec un algorithme capable d'analyser les données du marché du travail, la situation de chaque chômeur.

"Notre objectif est d'utiliser le big data pour redonner le pouvoir à tous les chercheurs d'emploi dont beaucoup se sentent perdus dans le système, et apporter une solution à une partie du chômage", a expliqué Paul Duan, concepteur de bob-emploi, fondateur de l'ONG Bayes Impact, créée il y a deux ans dans la Silicon Valley aux États-Unis.

Son projet, né il y a un an, est soutenu par l'Élysée et le ministère du Travail, qui a mis Paul Duan en relation avec Pôle emploi. Cette initiative "est complémentaire de ce que peut faire Pôle emploi pour favoriser la mise en relation entre les offres et les demandes d'emploi, dans une démarche d'utilisation de données publiques", a-t-on commenté dans l'entourage de François Hollande.

"Avec ce plan, notre ambition est de mobiliser les acteurs de l'innovation numérique au service de l'inclusion sociale", a souligné la ministre du Travail Myriam El Khomri, estimant que ce partenariat permettra "de mieux répondre aux besoins de ceux qui sont les plus éloignés de l'emploi".

Des objectifs quotidiens proposés par un conseiller 2.0

Venant en appui aux conseillers de Pôle emploi, bob-emploi.fr se veut un "compagnon numérique" ouvert à tous - inscrits ou non sur les listes de l'opérateur public - et "très simple d'accès". L'utilisateur renseigne d'abord son parcours. Dans un premier temps, le programme lui livre un diagnostic pour construire une stratégie "optimale" de recherche d'emploi, ou suggère une formation.

Il lui propose un accompagnement quotidien :

"On peut tenir la main de chaque chômeur sur la durée. Parce qu'une recherche d'emploi dure 12 mois en moyenne et qu'il faut garder le rythme, et le moral", analyse Paul Duan.

Chaque jour, bob-emploi suggère cinq actions pour avancer dans la recherche : refaire son CV, aller voir telle entreprise qui recrute, se mettre en relation avec tel réseau, lire tel article, etc. Le site, d'un budget de 800.000 euros (financements publics et mécénat), vise aussi à rediriger les gens vers les métiers en tension, en se servant des données existantes.

"L'idée n'est pas de dire à un boulanger de faire plombier, mais de donner les informations pour voir les métiers qui fonctionnent, pour faire comme si chaque chômeur était un expert du marché du travail", précise le fondateur du site.

L'activité de l'utilisateur du site sera confidentielle et partagée avec le conseiller Pôle emploi "seulement s'il le veut" car "l'idée n'est pas de fliquer les chômeurs". Le conseiller aura pour sa part plus de temps pour "jouer son rôle d'expert", selon Paul Duan, qui souligne la "complémentarité" entre l'outil informatique et Pôle emploi.

*Graphique réalisé par Statista

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2016 à 16:07 :
A suivre, car 800 K euros pour une entreprise sans but lucratif, ça me parait beaucoup et me rappelle l'affaire Daewoo (http://www.humanite.fr/node/406208). Et c'est d'autant plus louche que les socialos sont partie prenante :-)
a écrit le 16/11/2016 à 11:09 :
800 000 mille euros! ça fait cher pour un site... Migrants, chômeurs, la misère remplit les poches de qui?
a écrit le 16/11/2016 à 9:21 :
un projet operationnel en un an!
fichtre, je serais curieux de savoir ce qu'il y a dedans!
vu le temps de deploiement pour les erp et les methodes appliquees , j'ai un peu mon idee dessus
a écrit le 16/11/2016 à 8:52 :
Ah encore une formule magique qui ne fonctionnera pas, encore un détournement indirect de fonds publics.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :