Validé de justesse, le paquet neutre échappe au lobbying intense des cigarettiers et buralistes

 |   |  276  mots
Le Sénat avait supprimé cette disposition du projet de loi Santé, proposant à la place de suivre la directive européenne qui prévoit d'accroître la taille des avertissements sanitaires sur les paquets. Mais les députés l'avaient ensuite rétabli en commission.
Le Sénat avait supprimé cette disposition du projet de loi Santé, proposant à la place de suivre la directive européenne qui prévoit d'accroître la taille des avertissements sanitaires sur les paquets. Mais les députés l'avaient ensuite rétabli en commission. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Pas moins de 17 socialistes ont tenté de supprimer cette mesure phare du texte de Marisol Touraine. L'amendement de suppression de cette mesure, qui a suscité une levée de boucliers chez les industriels du tabac, a été rejeté par seulement 56 voix contre 54 à l'Assemblée nationale.

L'Assemblée a approuvé mercredi soir 25 novembre de justesse l'instauration du paquet de cigarettes neutre à partir de mai 2016, vivement contesté par l'industrie et les buralistes, dont les protestations ont été relayées par les députés de droite tout comme certains socialistes.

L'amendement de suppression de cette mesure en nouvelle lecture du projet de loi Santé a été rejeté par 56 voix contre 54. Pas moins de 17 socialistes ont tenté de supprimer cette mesure phare du texte de Marisol Touraine.

Instauration de paquets de cigarettes neutres en mai 2016

Le texte prévoit l'instauration à partir de mai 2016 de paquets de cigarettes neutres, ayant tous la même forme, la même taille, la même couleur et la même typographie, sans aucun logo. Le nom de la marque continuera toutefois d'apparaître en petit sur les paquets.

Le Sénat avait supprimé cette disposition du projet de loi Santé, proposant à la place de suivre la directive européenne qui prévoit d'accroître la taille des avertissements sanitaires sur les paquets. Mais les députés l'avaient ensuite rétabli en commission.

La mesure a suscité une levée de boucliers chez les cigarettiers qui menacent d'actions en justice, et chez les buralistes qui mènent une campagne à grand renfort d'affiches proclamant "oui à la prévention, non à la punition".

Les députés de droite, notamment ceux des régions frontalières ou des zones rurales, se sont succédé pour dénoncer le fait que la France va plus loin que la législation européenne. Ils ont aussi défendu la profession de buraliste, "créateur de lien social" dans de nombreux territoires.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2015 à 0:06 :
'Vont mettre le paquet sur le prix aussi !!
PSU: de toute façon je finirai dans une boite neutre avec 4 poignées...
a écrit le 29/11/2015 à 20:14 :
Veuillez fournir à internet les noms des 54 voix (socialistes ou non) qui ont cédé/voté en accord avec les lobbyistes pro-cigarettes. Internet s'occupera du reste. Merci.
a écrit le 27/11/2015 à 0:34 :
Celui-là semble vraiment neutre. Celui actuel a des réclames dénigrantes, donc des pubs.
a écrit le 26/11/2015 à 13:02 :
tabac = mort prématurée
a écrit le 26/11/2015 à 10:11 :
Je ne suis pas pro-tabac, l'interdiction de fumer dans les lieux publics a changé ma vie.

Mais la je trouve que ça va trop loin, c'est de l'expropriation de marque. Et je pense que de nos jours il faut être un peu con pour ne pas savoir que fumer c'est mauvais pour la santé.
a écrit le 26/11/2015 à 9:55 :
En France le tabac tue chaque année autant que 500 "13 novembre"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :