Aux États-Unis, l'industrie solaire fait chauffer le marché de l’emploi

 |   |  544  mots
En 2015, une nouvelle embauche sur 83 s'est faite dans le secteur de l'industrie solaire.
En 2015, une nouvelle embauche sur 83 s'est faite dans le secteur de l'industrie solaire. (Crédits : Sophie Brändström)
L’emploi dans l’industrie solaire américaine a crû de plus de 20% en 2015, d’après l’enquête annuelle de la Solar Foundation. Ce foyer d’emploi durable affiche une bien meilleure santé que les secteurs des énergies fossiles.

Le solaire se veut un nouveau foyer d'emploi foisonnant dans le deuxième pays le plus pollueur de la planète. Comme le fait valoir la sixième enquête emploi annuelle de la Solar Foundation, publiée mardi 12 janvier, la création d'emploi dans l'industrie solaire américaine a été l'an dernier 12 fois plus rapide que dans l'ensemble de l'économie, représentant une nouvelle embauche sur 83. Ce foyer d'emploi a connu une croissance de 20,2% sur un an, totalisant plus de 209.000 employés, soit 35.000 de plus que l'année précédente, et de 123% sur ces 6 dernières années. Les employeurs anticipent une augmentation plus faible en 2016, avec 14,7% de postes supplémentaires (30.000 nouvelles embauches), soit tout de même 13 fois plus que l'ensemble de l'économie américaine. La réalisation de cette anticipation porterait l'emploi solaire à près de 240.000 personnes à la fin de l'année 2016.

« Un puissant moteur de la croissance économique et de la création d'emplois »

Le secteur de l'installation reste le plus employeur, avec une croissance de l'emploi de 24% au cours de l'année 2015, et de 173% depuis 2010, année de la première enquête de la Solar Foundation. Il représente plus de la moitié des emplois créés dans l'ensemble de l'industrie solaire. « L'industrie solaire a une nouvelle fois montré qu'elle était un puissant moteur de la croissance économique et de la création d'emplois », commente Andrea Luecke, présidente de la Solar Foundation.

Un foyer d'emploi en meilleure forme que dans les secteurs des énergies fossiles

L'emploi dans le solaire se porte bien mieux que dans les traditionnels secteurs des combustibles fossiles. En 2015, l'industrie d'extraction pétrolière et gazière a créé seulement 13.800 nouveaux emplois, tandis que le secteur de l'acheminement pétrolier et gazier en a perdu 9.500. Le solaire représente, en outre, un foyer d'emploi 3 fois plus gros que celui de l'industrie minière, qui compte moins de 68.000 personnes. Ancien maire de New York et désormais envoyé spécial des Nations unies pour les villes et le climat, Michael Bloomberg accueille avec enthousiasme les résultats de l'enquête conduite par la Solar Foundation :

« L'industrie solaire américaine continue de croître et de créer des emplois, démontrant un peu plus que la promotion de la croissance économique et la lutte contre le changement climatique peuvent aller de pair. »

Salaire horaire médian de 17 dollars

L'enquête souligne le rôle qu'a joué, pour obtenir de telles performances, l'action du Congrès américain, qui a cette année reconduit l'Investment Tax Credit (ITC), visant à soutenir le développement du solaire à l'échelle fédérale, jusqu'à 2021. Ce soutien public à l'investissement permet aussi aux entreprises de ne pas sous-payer leurs employés. Le salaire horaire médian sur l'ensemble du secteur est à 17 dollars (15,6 euros), tandis que celui des concepteurs est à 27 dollars (24,7 euros), et celui des employés du secteur de la vente du marketing, à 29 dollars (26,6 euros). Andrew Birch, PDG de Sungevity, premier installateur solaire privé aux États-Unis, se félicite du dynamisme de son secteur :

« Nous sommes extrêmement fiers d'être une des entreprises solaires américaines à croître le plus rapidement, et de faire partie d'une industrie qui crée qui centaines de milliers d'emplois de qualité. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :